Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Lubitsch, Salvini, Mélenchon, le joli mois d’août !

Chronique du 02/09/2018

Les raisons qu’un amoureux de Paris a d’y séjourner au mois d’août sont multiples, la première étant qu’en ce mois béni les grincheux Parisiens et leurs puantes automobiles sont partis ; qu’on n’y croise que des Chinois de bonne humeur et le nez en l’air qui, à force de chercher la Tour Eiffel, se payent des torticolis carabinés.

Cette année, nous avions une raison particulière de camper au quartier Latin, de n’en pas bouger d’un pouce : la passionnante rétrospective Ernst Lubitsch que nous offrait un cinéma de la rue Champollion. De grands classiques que nous connaissons par c (...)
Lire la suite

Un bar, une librairie, un livre

Chronique du 05/07/2018

Nous avions trois bars accoutumés : celui de l’hôtel du Pont--Royal, celui de l’hôtel Lutetia et, de mai à septembre, celui de la piscine Deligny.

Celui du Pont-Royal a disparu. Deligny, son bar, son solarium, la cabine 41 contenant mes serviettes, mes maillots de bains, mes raquettes de ping-pong et ma jeunesse ont sombré dans les eaux de la Seine.

L’hôtel Lutetia, fermé depuis quatre ans pour travaux, s’apprête à rouvrir ses portes et les vieux habitués que nous sommes sont impatients d’apprendre ce que les nouveaux propriétaires ont fait de notre vaste et paisi (...)
Lire la suite

Sur deux suicides

Chronique du 15/06/2018

Certes, il y a le G7, victime au Canada du champion incontesté de la douche écossaise Donald Trump, la rencontre de celui-ci avec Kim Jong-un à Singapour, le championnat mondial de foot à Moscou, mais ces jours-ci c’est un tout autre événement qui m’émeut, me tient en éveil : un double suicide.

Le suicide du cuisinier américain Anthony Bourdain, 61 ans, qui s’est pendu dans la chambre d’un hôtel des environs de Strasbourg et celui d’Inés Zorreguieta, la plus jeune sœur de la reine de Hollande, 33 ans, dont « le corps sans vie » (comme disent les agences de presse) a été retrouvé (...)
Lire la suite

La grande bourgeoisie ne sait pas perdre

Chronique du 05/06/2018

Depuis la victoire de François Mitterrand en 1981, aucun événement politique ne m’avait autant réjoui que le coup de théâtre qui vient de se produire en Italie. Ma comparaison n’est pas fortuite : dans l’un et l’autre cas je suis heureux du résultat des élections, mais, outre cette satisfaction, il y a la véritable jubilation où me plonge le spectacle que donne la grande bourgeoisie lorsqu’elle perd le pouvoir, quand les électeurs, ces pauvres crétins incultes, commettent la folie de le confier à des énergumènes qui n’appartiennent pas au sérail.

J’ai un souvenir précis de la c (...)
Lire la suite

Italie : élections, piège à cons

Chronique du 28/05/2018

Nous avions donc raison d’écrire ici même, le 21 mai, que l’Allemagne et l’Europe de Bruxelles ne permettraient jamais à l’Italie de tenter l’expérience Di Maio-Salvani ; que le loup allait, une nouvelle fois, dévorer la chèvre de Monsieur Seguin.

Le devoir constitutionnel du président de la République Serge Mattarella était de confier le pouvoir au gouvernement formé par les deux mouvements politiques vainqueurs des élections législatives, La Ligue de Salvini et les Cinq Étoiles de Di Maio ; mais quand le peuple vote mal, les politiciens aux ordres de je ne sais quelles mystér (...)
Lire la suite


Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page