Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Mes trois joies de l’automne

Chronique du 17/11/2018

1°) La résurrection des Lettres françaises dans nos kiosques. Renouer avec le plaisir de tenir entre nos doigts le célèbre journal d’Aragon aux destinées duquel président désormais ses héritiers spirituels, les poètes Jean Ristat et Franck Delorieux, nous rend – au cas où nous l’aurions perdue – confiance en l’avenir de la presse littéraire et artistique ; en l’avenir de l’intelligence.

2°) La parution chez un éditeur de province, Bleu autour, d’un roman de Véronique Bruez, Une Jatte de fraises, biographie rêvée, réinventée d’un peintre strasbourgeois du XVIIèm (...)
Lire la suite

Maurice Genevoix, écrivain pour mulots ?

Chronique du 11/11/2018

Dans le superbe hôtel particulier de la rue Garancière qu’occupait dans les années 70 du siècle dernier le groupe composé par les éditions Presses de la Cité, Plon, Julliard, du Rocher, Christian Bourgois, les murs du couloir qui menait au bureau du grand patron, Sven Nielsen, étaient ornés de portraits d’auteurs de la Maison, mais uniquement d’auteurs académiciens et officiers supérieurs. Ce grand éditeur que fut M. Nielsen publiait aussi, de Dominique de Roux à Bibi (comme dirait le président Macron), de jeunes auteurs, mais n’étant ni galonnés ni sujets académiques, nous n’eûmes jamais droi (...)
Lire la suite

Plaidoyer pour Zemmour

Chronique du 07/10/2018

Les listes de proscription, les intellos parisiens ont ça dans leurs gènes. Mettre un confrère au ban, le vouer aux gémonies, l’anathématiser, lui coller au front l’étoile du lépreux, le transformer en sulfureux infréquentable, tel est leur sport favori. Dénoncer, ils adorent ça.

Ce n’est certes pas nouveau, l’expression « crier haro sur le baudet », nous la devons à La Fontaine, mais il me semble que, grâce à ce que l’on appelle « les réseaux sociaux », les glapissements des sycophantes bénéficient désormais de résonances dont ils ne disposaient pas au dix-septième siècle.
Lire la suite

Lubitsch, Salvini, Mélenchon, le joli mois d’août !

Chronique du 02/09/2018

Les raisons qu’un amoureux de Paris a d’y séjourner au mois d’août sont multiples, la première étant qu’en ce mois béni les grincheux Parisiens et leurs puantes automobiles sont partis ; qu’on n’y croise que des Chinois de bonne humeur et le nez en l’air qui, à force de chercher la Tour Eiffel, se payent des torticolis carabinés.

Cette année, nous avions une raison particulière de camper au quartier Latin, de n’en pas bouger d’un pouce : la passionnante rétrospective Ernst Lubitsch que nous offrait un cinéma de la rue Champollion. De grands classiques que nous connaissons par c (...)
Lire la suite

Un bar, une librairie, un livre

Chronique du 05/07/2018

Nous avions trois bars accoutumés : celui de l’hôtel du Pont--Royal, celui de l’hôtel Lutetia et, de mai à septembre, celui de la piscine Deligny.

Celui du Pont-Royal a disparu. Deligny, son bar, son solarium, la cabine 41 contenant mes serviettes, mes maillots de bains, mes raquettes de ping-pong et ma jeunesse ont sombré dans les eaux de la Seine.

L’hôtel Lutetia, fermé depuis quatre ans pour travaux, s’apprête à rouvrir ses portes et les vieux habitués que nous sommes sont impatients d’apprendre ce que les nouveaux propriétaires ont fait de notre vaste et paisi (...)
Lire la suite


Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page