Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Une féconde année jubilaire

Chronique du 25/10/2015

2015 aura été pour moi une année faste, et tout d’abord dans l’ordre artistique.

En février, la publication simultanée d’un gros volume de mon journal intime, Mais la musique soudain s’est tue, chez Gallimard et d’un roman, La Lettre au capitaine Brunner, à La Table Ronde ; la réédition dans la collection de poche La Petite Vermillon de mon dictionnaire philosophique, Le Taureau de Phalaris ; collection de poche où, en novembre, paraîtra une nouvelle édition, augmentée d’une préface inédite, de Boulevard Saint-Germain. Et en décembre, dans La (...)
Lire la suite

Commentaires : 70

Censure et Assomption

Chronique du 26/08/2015

Tout Français qui séjourne régulièrement en Italie aura, au moins une fois dans sa vie, assisté à une cérémonie patriotique au cours de laquelle est récitée la prière des Chasseurs Alpins, les célèbres Penne Nere : « Fortifie nos armes contre quiconque menace notre patrie, notre drapeau, notre millénaire civilisation chrétienne. »

Le 15 août dernier, lors de la messe de l’Assomption, les Alpins réunis à Tovena, un patelin situé entre Trévise et Belluno, ont été contraints de réciter leur traditionnelle prière en dehors de l’église, car le prêtre qui célébrait, le père (...)
Lire la suite

Commentaires : 73

Vous avez dit Le Pen ?

Chronique du 01/08/2015

J’allume la radio. Jean-Marie Le Pen parle. Une heure et demi d’entretien où sont abordés les sujets les plus sérieux. Jusque là, rien que de très banal, tous les hommes politiques font ça, c’est leur métier. Ce qui n’est pas banal, c’est qu’à la fin de l’interview, en grande forme, Jean-Marie Le Pen a impromptu récité un poème de Charles d’Orléans, puis, dans la foulée, chanté une chanson de corsaires. L’écoutant, je songeais : qui, parmi les hommes politiques de sa notoriété, serait capable d’une telle liberté, d’une pareille spontanéité ? En Italie, Berlusconi et Peppe Grillo. En France, j (...)
Lire la suite

Commentaires : 123

L’étalon de la liberté

Chronique du 08/06/2015

Que nous soyons à Paris, au Caire, à Naples ou à Manille, le lieu par excellence où nous pouvons jauger à sa juste valeur le degré de liberté qui règne dans un pays, c’est une librairie. Voilà pourquoi je souhaite que Daniel Cohn-Bendit et Bernard-Henry Lévy soient le plus vite possible autorisés à recevoir dans les consulats russes le visa de tourisme qui leur est présentement refusé. En effet, puisqu’ils semblent ne pas avoir eu encore la curiosité de le faire depuis 1988, l’année où après soixante-dix ans d’une impitoyable dictature les portes de la liberté s’ouvrirent enfin au peuple russe (...)
Lire la suite

Commentaires : 93

Palmyre, ma chère Palmyre !

Chronique du 21/05/2015

Un artiste vieillissant, qu’il soit peintre, sculpteur, écrivain, compositeur, est habitué à ce que ses amours les plus belles ne soient plus que des amours mortes, qu’elles aient cessé d’exister dans la vie réelle et ne survivent que dans les toiles, les marbres, les livres, les musiques qu’elles lui ont inspirés.

En ce qui regarde les villes, c’est plus rare. L’imbécillité criminelle de la politique américaine en Syrie, l’aveugle assujettissement de l’Europe à Washington vont peut-être, dans les heures, les jours à venir me contraindre à faire cette douloureuse expérience avec (...)
Lire la suite

Commentaires : 61

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page