Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Barbarin livré aux chiens

Chronique du 20/03/2016

Que la presse d’extrême-droite éructe contre les amateurs de fruits verts, anathématise la secte philopède, c’est naturel : les bonnes mœurs sont avec la défense du régime de Vichy, l’antisémitisme, l’Algérie française et le pape Pie XII un de ses thèmes récurrents (comme on dit à la Sorbonne) ou, si vous préférez une expression moins savante, son fonds de commerce. Cela fait rigoler ceux qui, comme moi, connaissent tant de pédophiles fieffés réactionnaires, fidèles lecteurs de Présent, de Rivarol et de Minute, mais c’est comme ça.

En revanche, je su (...)
Lire la suite

Commentaires : 507

Le charme discret de l’apatridie

Chronique du 14/02/2016

Gabriel Matzneff attache une importance particulière à ce texte sur l’apatridie et la déchéance de nationalité. Le Point en ayant lundi dernier réservé la lecture à ses abonnés, nous avons, par courtoisie, attendu une semaine avant de permettre à tous de le lire. Le voici.



Je cherche le mot « apatride » dans mon Littré. Je lis la définition d’ «apathie », celle d’ « apathique » et découvre avec une extrême satisfaction celle d’ « apathiste ». Les apathistes étaient des sectaires qui regardaient l’apathie comme un moyen de salut. Voilà une secte (...)
Lire la suite

Commentaires : 282

Touche pas à mon circonflexe !

Chronique du 06/02/2016

Partout, l’imbécillité triomphe. A Rome, par crainte de blesser la pudeur d’un mamamouchi enturbanné, le ministre des Beaux-Arts voile la Léda, la Vénus et le Dionysos des Musées capitolins ; au Royaume Uni, l’Oxford Dictionary, qui est à la langue anglaise ce que le Littré est à la française et le Tommaseo à l’italienne, cédant aux protestations de sycophantes obsessionnels, promet d’effacer dans sa prochaine édition les expressions jugées sexistes par ces cinglés du politiquement correct.

Une statue nous choque ? Personne ne nous oblige à la regarder et, passant devant elle (...)
Lire la suite

Commentaires : 115

Le Calife est mal informé

Chronique du 26/11/2015

Dans ma chronique précédente, j’ai évoqué Lucifer, le plus beau des anges, l’archange du néant, l’esprit qui toujours nie. Cela a déplu à certains intellos, j’en suis désolé pour eux, mais je persiste et signe. Voulez-vous, messieurs les incrédules, une nouvelle preuve de la présence active du Malin parmi nous ? La voici ;

Seul le diable aura pu persuader le Calife Abou Bakr el-Baghdadi que la France est la patrie du plaisir insouciant, du libertinage, de l’immoralité raffinée ; un pays où les plaisirs coupables et les amours interdites ont droit de cité ; bref, une nation péche (...)
Lire la suite

Commentaires : 232

Une féconde année jubilaire

Chronique du 25/10/2015

2015 aura été pour moi une année faste, et tout d’abord dans l’ordre artistique.

En février, la publication simultanée d’un gros volume de mon journal intime, Mais la musique soudain s’est tue, chez Gallimard et d’un roman, La Lettre au capitaine Brunner, à La Table Ronde ; la réédition dans la collection de poche La Petite Vermillon de mon dictionnaire philosophique, Le Taureau de Phalaris ; collection de poche où, en novembre, paraîtra une nouvelle édition, augmentée d’une préface inédite, de Boulevard Saint-Germain. Et en décembre, dans La (...)
Lire la suite

Commentaires : 71

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page