Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Pierre Clémenti

Chronique du 24/10/2010

Si ma mémoire est bonne, la première fois que je vis Pierre Clémenti, ce fut en 1964, au théâtre de l’Odéon, dans une pièce de Billetdoux, Il faut passer par les nuages. J’étais moi-même très jeune – Pierre était de quatre ans mon aîné –, je n’avais encore rien publié. Mon premier livre, Le Défi, ne paraîtrait que l’année suivante. J’étais alors plus passionné de cinéma que de théâtre et si j’avais été voir cette pièce à l’Odéon, c’était parce qu’y jouait un immense comédien que j’admirais, Pierre Bertin.
Ce fut au cinéma que Pierre Clémenti allait se révéler à moi (...)
Lire la suite

Commentaires : 62

Lettre à Saphia Azzeddine

Chronique du 27/09/2010

Chère Saphia,
Quand j’ai publié mon premier livre, François Mauriac, qui m’aimait bien (comme en témoignent certaines pages de son célèbre Bloc-Notes), m’avait dicté cette règle de fer :
- Durant les deux mois qui suivent la publication d’un de vos livres, lorsque vous vous exprimez dans les media, qu’il s’agisse de la presse écrite, de la radio ou de la télévision, ne parlez que de votre livre. Ne parlez ni de politique, ni de religion, ni de cinéma, ni de quoi que ce soit d’autre que de votre propre travail, de ce nouvel ouvrage qui vient de paraître. Soyez votre prop (...)
Lire la suite

Commentaires : 77

Réponse à un lecteur, professeur de lettres, qui m’écrit vouloir se donner la mort

Chronique du 29/08/2010

Cher Monsieur,
Je viens de recevoir votre lettre et je vous remercie de l’intérêt que vous y témoignez pour mon travail. Je suis cependant attristé par son ton sombre, désespéré.
La vie est une aventure captivante et, puisque vous lisez mes livres, vous savez qu’ils sont tous animés par une extrême gourmandise de la vie, de ses plaisirs, de ses passions.
Dans La Diététique de lord Byron, qui est parmi mes essais un de ceux où j’ai mis le plus de moi-même, je montre que la diététique, ce n’est pas seulement le souci de se maintenir en bonne forme physique ; que ce (...)
Lire la suite

Commentaires : 17

Flaubert, au secours !

Chronique du 16/08/2010

En ces jours de l’Assomption, (comme disent les catholiques) ou de la Dormition (comme disent les orthodoxes) de la Vierge Marie, on a plus que jamais chanté dans les églises de la chrétienté ce superbe chant du Magnificat où la Mère de Dieu nous annonce que Celui-ci « a dispersé les superbes, renversé les puissants et élevé les humbles ».
Curieusement, c’est cette période bénie du mois d’août que le gouvernement français choisit pour opérer des rafles parmi ces plus humbles parmi les humbles que sont les Rom, pour ressortir ces serpents de mer de l’extrême-droite que sont la d (...)
Lire la suite

Commentaires : 112

L’hommage à Carole

Chronique du 24/01/2010

Pour Paul, Alexandra et Géronimo



J’espère que les lectrices et lecteurs parisiens de ce site auront été très nombreux à assister, le vendredi 22 janvier, à la soirée d’hommage à Carole Roussopoulos, organisée au théâtre Sylvia-Monfort, rue Brancion. Et, s’ils ont pris cette heureuse décision, je suis certain qu’ils partagent avec moi la certitude d’avoir vécu un moment rare, d’être dépositaires d’un trésor très précieux.
Je ne crois pas au hasard, je crois en revanche aux signes, et le fait que mes dernières chroniques publiées sur ce site aient é (...)
Lire la suite

Commentaires : 104

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page