Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


L’Energumène 2012 est arrivé !

Chronique du 02/01/2012

En cette aurore de l’an 2012, je forme le vœu que vous soyez nombreux à acheter, à lire et à aimer mon nouveau livre, La Séquence de l’énergumène, qui paraît aux Editions Léo Scheer et sera, dès le 4 janvier, dans les librairies.
La Séquence de l’Energumène est un livre de résistance. Résistance au viol des foules, résistance à l’ahurissement médiatique, résistance à la pensée unique, résistance au décervelage, résistance au voyeurisme, résistance au nouvel ordre mondial auquel les quakeresses de gauche et les néo-puritains de droite rêvent de nous assujettir.
La Séquence de l’énergumène est un livre de combat. Mon combat pour la liberté, pour la beauté, pour l’insouciance, pour l’aventure, pour les pommes d’or du jardin des Hespérides.
La Séquence de l’énergumène est le livre d’un anarchiste, d’un esthète, d’un libertin, d’un sceptique, d’un religieux, d’un amoureux fou de la vie qui, ayant une conception sensualiste, palpable, des émotions, des plaisirs, refuse l’existence virtuelle, cérébrale, à quoi, par le truchement, hier de la télévision, aujourd’hui d’Internet, les Etats qui ne veulent que des esclaves s’emploient à réduire les gens.
La Séquence de l’énergumène est un livre politique sérieux, mais j’espère que vous rirez souvent en le lisant, qu’il vous éclairera en vous divertissant, que vous y retrouverez l’humour, l’insolence, les thèmes intempestifs et les combats baptisés « sulfureux » par les imbéciles, que vous appréciez dans mes romans, mes poèmes, mon journal intime.
C’est sur le site www.matzneff.com qu’est née l’idée de La Séquence de l’énergumène. Très précisément, le 20 janvier 2001, lors du premier des dialogues en ligne avec mes lectrices et lecteurs organisés par Frank Laganier, créateur et webmestre de ce site. Il m’aura fallu onze ans pour réaliser ce projet suggéré par un internaute. Une longue attente donc, mais qui, je le souhaite, décuplera votre plaisir.
Bonne Année 2012 ! Bonne lecture ! Viva la libertà !


Gabriel Matzneff
www.matzneff.com
1er janvier 2012


Commentaires

1 - Le 02/01/2012 par Véra

Merci Gabriel de nous inviter à commencer l'année de façon aussi réjouissante !

Pour les visiteurs pressés, je me permets de joindre le lien du dialogue évoqué : http://www.matzneff.com/rencontres.php?une_rencontre=2001

2 - Le 02/01/2012 par Samuel

Belle manière d'inaugurer l'année, épicurienne et "résistante", loin des prophéties de fin du monde ! Encore un instant de bonheur !

3 - Le 02/01/2012 par Ariane

Merci Gabriel !
Votre billet me fait sourire et je suis impatiente d'avoir le livre entre les mains.
De beaux moments en perspective (*-*)

4 - Le 03/01/2012 par Stéphane

voilà donc une excellente nouvelle, et pour moi, ce sera mes étrennes.
Meilleurs voeux à vous, Sieur Matzneff

5 - Le 03/01/2012 par saimoa

Je me réjouis de vous lire à nouveau cher Gabriel
J'attends avec impatience
Vous souhaite une belle année 2012 pleine de liberté et poésie
Cyril

6 - Le 03/01/2012 par Candide



Oh que oui : préférons notre pétillant GM aux anesthésiants "réseaux sociaux" !

7 - Le 03/01/2012 par Cunégonde = : o )---&

Sans oublier que nombreux seront ceux qui vont - une fois n'est pas coutume - s'installer voluptueusement ce soir devant leur écran, tout en sirotant quelque flacon d'un divin nectar ! http://www.matzneff.com/infos.php

8 - Le 03/01/2012 par noelle

cruelle deception de ne pas vous voir ce soir sur la 3.je vais me consoler en courant achetervotre livre:un jour a paris j ai eu le grand plaisir de vous rencontrer a la table ronde et de converser avec vous en buvant un jus de pamplemousse pres du jardin du luxembourg.merci gabriel matzneff

9 - Le 04/01/2012 par JoPa

Merci d'être intempestif!! Là est la liberté! Belle année, Gabriel, bons vents et marées.

10 - Le 04/01/2012 par Véra

Noelle, si vous n'avez pu, il vous est toujours loisible de vous rendre chez l'éditeur Léo Scheer par ici : (voir le lien du commentaire n° 8 du Général Trouvetout, Gab la Rafale s'exprime joyeusement en fin d'émission).

---> http://www.leoscheer.com/blog/2012/01/03/1796-l-energumene-2012-est-arrive-par-gabriel-matzneff#c69491

11 - Le 05/01/2012 par bruno

Bonjour

ouvrage pris à La Hune, lecture très roborative, comme dirait le Maître ;-)
merci pour ces petits textes drôles et caustiques

une plus grande abondance de notes de bas de page n'aurait pas été inutile...le temps a passé, vite..

encore bonne année

12 - Le 06/01/2012 par Julian

Merci de ce beau livre, ouvert par une chronique sur Jean Dutourd.

13 - Le 06/01/2012 par E.

A l'instant sur FR3 au journal régional IDF , une petite chronique fort sympathique sur le nouvel ouvrage ! ça pétille comme dit "Candide" !

14 - Le 09/01/2012 par Hervé

Très belle conférence donnée par Matzneff ce matin à Normale Sup.
Nous étions une trentaine, planqués dans un sous-sol de la rue d'Ulm.
Public conquis d'avance. Matzneff, très élégant, arborant ses lunettes "à la Harry Potter", en pleine forme.

"Quand on est mort, on n'a plus aucun problème avec la censure. Bien au contraire. Regardez Casanova que la BNF célèbre aujourd'hui. C'est formidable. Reste que je ne suis pas pressé d'être appelé auprès du Seigneur. Comme vous tous, je veux encore profiter de la vie".

15 - Le 09/01/2012 par Barbara

Je suis de l'avis d'Hervé, c'était très intéressant. Si la conférence avait eu lieu non à 10 heures du matin mais en fin d'après-midi,il y aurait eu dans la salle plus d'étudiantes, de lycéennes. Nous étions quelques jeunes, mais pas assez, car à 10 heures du matin ils sont en cours.
J'ai regardé sur le site des éditions Léo Scheer l'interview de Matzneff par Taddéï à propos de son nouveau livre. Pour une fois personne n'a agressé notre auteur préféré. Tout le monde a été sympa avec lui, il a pu parler tranquillement et ce qu'il a dit donne vraiment envie d'acheter La Séquence de l'énergumène ! Ce matin, à L'Ecole

16 - Le 09/01/2012 par Candide

"Séquence de l'Energumène", page 151, premier fou rire de l'année.

A propos de Claude François : "ce foetus macrocéphale...mais qu'on lui casse une bonne fois son marteau sur la tête et qu'on n'en parle plus" !!!

Certes, les noms évoqués sentent un peu la naphtaline, mais la thématique est tout à fait d'actualité (la bêtise crasse de certaines émissions, et il n'y avait que 2 chaînes à l'époque !.

Je confirme : excellent millésime !

Bonne lecture à tous.

17 - Le 10/01/2012 par Dourakine

Candide, à propos de "foetus macrocéphale ", je connaissais la version par ouï-dire, mais avec "minus macrocéphale". Comme quoi lire l'original vaudra mieux que le bouche-à-oreille.

J'avais pensé à cette perle matznevienne, le jour où j'ai entendu la femme de DSK proclamé à l'antenne qu'elle appréciait le Cloclo et ses magnolias ! Je n'en revenais pas...

J'entends le facteur sonner. Une fois. J'espère que c'est pour le millésime... J'y va !

18 - Le 10/01/2012 par Hervé

En effet, Barbara, il y avait peu d'étudiants dans notre abri anti-atomique de la rue d'Ulm.
A vrai dire, il était facile de ne pas prendre connaissance de ce rendez-vous. En outre, il a fallu s'armer pour ne pas s'égarer dans le parking de l'ENS.
Dommage car cette rencontre fut brillante et égaie encore aujourd'hui mes rêveries.

Appel aux visiteurs. Des photos ont été prises.. Leurs auteurs pourraient éventuellement les mettre en ligne. Merci !

19 - Le 11/01/2012 par Tête de pioche

Hervé, pour les photos... je gage ferme qu'avec l'ère de l'internet, elles vont bien surgir de "quelques parts", tôt ou tard ! De même - du moins je l'espère - que le contenu de la conférence. (Pas le temps de chercher, je suis en train de déguster le "nouveau bébé" et je MDR !)

Ci-joint, un bref aperçu de la matinée déposé chez Léo Scheer par Christian de Maussion : http://www.leoscheer.com/blog/2012/01/03/1796-l-energumene-2012-est-arrive-par-gabriel-matzneff#c69532

20 - Le 12/01/2012 par Marquis de Lamballe

Je voudrais savoir si Gabriel Maztneff viendra présenter son livre en province. Il est dommage de limiter ses interventions à Paris, ne serait-ce que parce qu'en province on a le temps (on s'y ennuie beaucoup - c'est d'ailleurs mon cas - et donc on lit). Mona Ouzouf est venue récemment ici, et elle a fait un tabac !

21 - Le 12/01/2012 par Piton

La naphtaline, cher Candide ? A ce compte là on peut en dire autant des "Causeries du lundi" où Sainte-Beuve parle d'auteurs dont la plupart sont tombés dans un total oubli, des essais critiques où Baudelaire célèbre des peintres dont, sauf rares exceptions, les noms ne sont pas parvenus jusqu'à nous.Dans un siècle, en 2112,"La Séquence de l'énergumène" ne sentira pas plus la naphtaline qu'en 2012. Un beau livre est intemporel. Et d'ailleurs, un des thèmes du livre de Matzneff est précisément la raillerie de ces "grosses légumes" (l'expression est de lui) qui font un temps la une des journaux, sont fêtés par les médias, mais qui ne sont rien et sont très vite oubliés, alors que les vrais artistes, eux, sont immortels.

22 - Le 12/01/2012 par Candide

Vous avez tout à fait raison cher Piton. Je retire ma naphtaline. Et perds mon cadeau Bonux du coup ! Si seulement je pouvais me consoler avec un verre de Tang...

23 - Le 13/01/2012 par Marie

Cela ne dépend pas de Matzneff, mais des libraires, mon cher monsieur de Lamballe. Ce sont eux qui décident d'inviter tel auteur, et alors prennent contact avec sa maison d'édition, organisent le voyage de l'écrivain.Si dans votre ville vous connaissez un libraire fan de Gab la Rafale...

24 - Le 13/01/2012 par Marquis

Chère Marie, on s'étonne après que la librairie souffre et disparaisse au profit d'Internet, alors qu'elle ne fait preuve d'aucune initiative constante et intelligente pour jouer son rôle. Même une grande maison, par sa taille, la librairie Dialogues à Brest ne propose que rarement des rencontres intéressantes, à mon avis. Evidemment, Matzneff, tel le cardinal de Retz, mais pour d'autres raisons ! n'a pas envie de se retrouver dans cette ville sinistre et lointaine. Mais cela ne dure que quelques heures, le temps de séduire un public jeune et désoeuvré, croyez-moi !

25 - Le 13/01/2012 par Anatole

Un passage télé, bientôt France-culture à deux reprises, le directeur du Figaro littéraire en personne qui encense son livre, et dans le prochain JDD, Bernard Pivot qui, à son tour, dira tout le plaisir qu'il a pris à la Séquence de notre énergumène ! En attendant la suite. Il y a bien longtemps que Gabriel Matzneff n'avait pas été à pareille fête médiatique. Quel spectaculaire retour de flamme ! Et quel camouflet pour tous ceux qui avaient enterré un peu trop hâtivement Gab la Rafale.

26 - Le 13/01/2012 par Hervé

Anatole, vous qui semblez connaître la programmation des médias, pouvez-vous nous tenir au courant des articles parus ? Des dates d'émissions annoncées ?
Merci à vous.

27 - Le 14/01/2012 par Anatole

La Chronique de Bernard Pivot (qui sera fort élogieuse) paraîtra dans le Journal du Dimanche du 15 janvier.

Les émissions de France Culture sont annoncées sur la page infos de ce site, ainsi que sur celui des éditions Léo Scheer, où l'on trouve aussi l'article d'Etienne de Montety.

Je mets un lien vers celui de Vincent Roy, paru dans Le Monde. Au cas où il viendrait à disparaître du site du journal, le voici :

"Diatribes en or

La Séquence de l'énergumène réunit les chroniques de télévision que Gabriel Matzneff donna au quotidien Combat entre 1963 et 1965. A l'époque, le sulfureux diariste n'a encore rien publié : il se fait les dents sur le petit écran sans avoir de poste. Qu'importe ! Il est déjà mousquetaire, Aramis divisé entre saint Jean Climaque et les fesses rebondies des adolescentes qu'il drague sur les transats de la piscine Deligny. Les courts textes qu'il consacre à l'unique chaîne de l'époque, véritable instrument du pouvoir gaulliste, dépassent, et de loin, l'objet encombrant qui va s'impatroniser dans nos foyers. Voilà la raison pour laquelle ses diatribes « intempestives » valent de l'or. Il persifle déjà la bêtise du divertissement qui vise l'anesthésie des esprits. Il ferraille contre la propagande, pointe la vulgarité du spectacle, et critique le pouvoir à la veille de la première élection présidentielle au suffrage universel. Gabriel Matzneff est un écrivain rare qui, pour reprendre une maxime de Chamfort, « ne tient dans la main de personne, est l'homme de son coeur, de ses principes, de ses sentiments ». Sa liberté coupe la chique aux pharisiens du nouvel ordre moral."

Vincent Roy

Le Monde des livres, 13 janvier 2012

28 - Le 15/01/2012 par Barbara

Personne, je crois, cher Anatole, n'avait "enterré" Gabriel Matzneff. Certains avaient cherché à l'assassiner, c'est différent. Même ceux qui, dans les milieux littéraires et les médias, tentent - au nom de l'ordre moral - de boycotter son oeuvre, de la mettre hors la loi, savent qu'il est un des deux ou trois plus grands écrivains français de sa génération. Ce qui est exact, c'est que "La Séquence de l'énergumène", drôle, divertissant, polémique, et d'actualité avec la prochaine élection présidentielle , semble mieux accueilli que des ouvrages plus importants, incomparablement plus importants, tels que "Carnets noirs 2007-2008" et "Les Emiles de Gab la Rafale". La critique littéraire va à la facilité, ne nous en étonnons pas. "C'est la presse, bébé !", aurait dit Humphrey Bogart.

29 - Le 15/01/2012 par Leroux

C'est vrai que la presse littéraire est devenue particulièrement indigente, à l'image des pseudo-livres qu'elle est payée à nous vendre. Les suppléments du "Monde" et de "Libé" sont d'une tristesse inégalable, d'un ennui mortel, d'un désintérêt qui frôle l'exploit. Seul "Le Figaro" est parfois amusant. Dans "l'Obs", ou, pire, "L'Express" et l'inepte "Point", la critique littéraire est infantile, pour un lectorat infantile, un lectorat de masse, aussi stupide dans sa consommation par exemple que les téléspectateurs qui déjà regardaient la seule chaîne de TV dans les années où Matzneff en faisait le compte rendu si lucide qu'évoque ce nouveau livre. Rien n'a changé, tout a empiré, si bien que "La Séquence de l'énergumène" est un livre prophétique en tout point. Hélas !

30 - Le 16/01/2012 par Véra Ribambelle

Barbara, je partage entièrement votre avis pour ce qui concerne la drôlerie divertissante du "nouvel enfant" qui semble mieux accueilli sans nul doute parce que, comme me le disait feue une vieille tante : "ce gros intrus de poste est venu envahir mon salon", mais je serais moins catégorique que vous pour dire qu'il est "incomparablement moins important" que les ouvrages que vous citez. Avec Gab la Rafale, il n'est jamais prudent ni opportun de ne se fier qu'aux apparences. Depuis quelques jours - et c'est assez inouï - combien n'ai-je vu ressurgir de "vieux dossiers" fustigeant la télévision, mais tous étaient antérieurs aux années concernées dans le livre. J'en souris sous cape.

31 - Le 16/01/2012 par Sonia

Très beau documentaire, tard hier, sur Michel Bouquet... S'il fallait relever tous les liens que Gab la Rafale rappelle à notre mémoire dans son nouveau-né, il y aurait matière à longuement se pencher. http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=I7OzBO_iv4g

32 - Le 17/01/2012 par Marie

Surtout,hier soir, très belle émission de Gabriel Matzneff, interviewé par Laurent Goumarre sur France-Culture, et en pleine forme. Et je suppose, Sonia, que vous avez lu le grand article que Bernard Pivot a consacré avant-hier dans Le Journal du Dimanche à "La Séquence de l'énergumène" !

33 - Le 17/01/2012 par Sonia

Oui, chère Marie, la famille veille. Un clic sur mon pseudo vous renseignera que le Général Trouvetout accompagne "comme il faut" !

34 - Le 18/01/2012 par Harry

Un étudiant en droit ou un juriste qui a déjà lu La Séquence de l'énergumène pourrait-il répondre à la question que s'y pose Gabriel Matzneff, à propos de son combat pour la création d'une émission de l'Eglise orthodoxe à la télévision, sur le Concordat de 1801 et la loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905 ? Ce que raconte Matzneff est en effet déconcertant.

35 - Le 18/01/2012 par Véra

Je suppose que vous vous référez aux pages 231/232 du 3 mai 1965 ? Pour vous je sais pas, mais ce qui moi me déconcerte est de faire depuis belle lurette, le consternant constat que l'émission "Orthodoxie" ne "passe" toujours qu'une seule fois par mois ! Je pense que le jour où les émissions religieuses de "la démocratie des ondes" ne se limiteront plus à ne donner la parole qu'à des culs-béni-oui-oui à la voix doucereuse, mais à de "bons petits diables", l'anticléricalisme primaire serait sans doute moins à la mode.

36 - Le 19/01/2012 par Harry

Non, chère Véra, je fais allusion aux pages 172, 173, 174, et en particulier à la note 1 qui débute page 173 et s'achève à la page suivante. C'est un point précis que soulève Matzneff, tant dans son texte de jeunesse que dans la note de 2012, et à laquelle il serait intéressant qu'un juriste réponde.

37 - Le 19/01/2012 par Harry

Je voulais écrire :"c'est une question précise que pose Matzneff..." (d'où le "laquelle" qui suit.

38 - Le 19/01/2012 par Véra

Harry, merci pour les pages.Comme c'est toujours le cas chez Gabriel Matzneff, sous des apparences fort drolatiques, intimes, légères ou scandaleuses, se faufilent des sujets de réflexion d'une profonde gravité. Pour votre question, j'ai fait une première, sans doute maladroite, tentative d'appel sur Facebook... On ne sait jamais. Vous me faites penser que le temps est largement venu de dénoncer, fermement et à jamais, ce qui doit l'être : la non séparation de l'Eglise et de l'Etat. Après tout, d'une certaine façon, il me semble que le Christ s'est aussi laissé crucifier pour ça !

39 - Le 20/01/2012 par Hervé

Pour son sixième rendez-vous de la saison, Transfuge invite Gabriel Matzneff à la Pagode à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage La Séquence de l’énergumène,
l’écrivain a choisi de projeter Misère et Noblesse de Mario Mattoli, avec Toto et Sophia Loren.

Le film sera suivi d’une rencontre avec l’auteur, puis d’une dédicace.

Le mardi 7 février 2012, à 20H, à la Pagode.
57 bis rue de Babylone, Paris 7.
(Métro Saint-François Xavier)

Réservations : info@transfuge.fr ou au 01 42 46 18 38

40 - Le 22/01/2012 par L'assistante du webmestre

Chers internautes,
vérifiez vos informations avant de les publier sur ce site (ou ailleurs). Ce ne sera pas un film de Mario Mattoli que présentera Gabiel Matzneff à La Pagode, mais un film de Dino Risi.
Par ailleurs, "Ivre du vin perdu" n'est pas épuisé dans la collection de poche Folio, chez Gallimard : il en reste 268 exemplaires.
Le seul livre actuellement épuisé publié par Gabriel Matzneff dans une maison du groupe Gallimard est son journal intime 1970-1973, "Elie et Phaéton", paru en 1991 à La Table Ronde.

41 - Le 22/01/2012 par Anatole

@ l'assistante du webmestre,

Je me réjouis que l'admirable "Ivre du vin perdu" soit encore disponible en Folio.

Le problème est que les 268 exemplaires qui restent en stock risquent d'y rester longtemps : lorsqu'un client demande à son libraire de lui commander cette édition de poche, le libraire, après avoir consulté les bases Electre ou Dilicom, lui répond qu'il lui est impossible de passer cette commande, la mention "provisoirement indisponible" s'affichant sur son écran d'ordinateur.

Je suis certain que Gallimard vient de faire le nécessaire pour que cette anomalie soit rectifiée. Idem pour "Le Taureau de Phalaris" dans la collection "Petite Vermillon" chez sa filiale La Table Ronde.

42 - Le 22/01/2012 par Anatole

Sous mon nom, un lien vers le site de Transfuge, qui annonce la soirée du 7 février à la Pagode. Il y a des invitations à gagner pour les abonnés à cet excellent magazine.

Les cinéphiles rectifieront d'eux-même une légère imprécision : "Les Nouveaux monstres" est un film à sketches co-réalisé par trois maîtres de la comédie italienne : Dino Risi, Mario Monicelli et Ettore Scola.

Quoi qu'il en soit, une superbe soirée en perspective dans un cadre enchanteur !

43 - Le 22/01/2012 par L'assistante du webmestre

Cher Anatole,
Ce que vous me signalez est très grave, mais plus qu'à moi c'est aux Editions Gallimard et de La Table Ronde que vous devez le signaler. Je ne suis pas certaine qu'Antoine Gallimard et Alice Déon lisent les commentaires des internautes aux chroniques de G. Matzneff.

44 - Le 22/01/2012 par Lectrice de province

Sous mon nom, un lien vers les Editions Léo Scheer à propos de la soirée.

45 - Le 22/01/2012 par Anatole

@ Lectrice de province,

Comme vient de nous le dire notre chère assistante du webmestre, ce n'est pas le film de Mario Mattoli, annoncé fautivement par le blog des éditions Léo Scheer, qui sera programmé le 7 février à La Pagode.

La bonne information est celle qui figure sur le site du magazine Transfuge, dont je redonne le lien ci-dessus. Le film sera "Les Nouveaux monstres", co-réalisé par le brelan d'as : Risi, Monicelli et Scola.

46 - Le 22/01/2012 par Lectrice de province

Oui merci, cher Anatole ! J'avais vu. Un choix excellent que ces "Monstres" toujours pareils à eux-mêmes au jour d'aujourd'hui, je trouve. Une ô combien divine époque du cinéma italien que furent aussi ces années septante.

PS : je pourrais le demander à l'auteur et lui écrire, mais il est sans doute préférable que tous en profite, car j'ai une question à poser.
Dans le livre, certains passages, quoiqu'ils soient rares, sont très brefs. Juste quelques lignes pour un jour. Je songe, eg, à la page 155 du 1er août 1964 ou la 244 du 3 juin 1965. Mais surtout la page 240 du 25 mai 1965 de rien que deux phrases ? Comment se présentait le journal Combat à l'époque ? Pensez-vous que dans son nouveau livre, Gab la Rafale ait fait des coupures dans ses chroniques par rapport aux originaux dans Combat ?

47 - Le 23/01/2012 par Violaine

Je suis étonnée que Matzneff ait choisi "Les Monstres" pour cette soirée : n'aurait-il pas eu davantage de choses à dire sur "Casanova" ? Il faudrait qu'on m'explique ça. "Les Monstres" est un grand film, pas de problème, mais j'aurais plutôt imaginé que ce fût le choix d'un sociologue, mettons. Que va bien pouvoir raconter Matzneff ? C'est un véritable suspens !

48 - Le 23/01/2012 par Véra ribambelle

Etonnée, pourquoi Violaine (*) ? Moi pas tellement, à vrai dire. Car je crois bien me souvenir qu'en plus de Fritz Lang ou de Visconti, Fellini et bien d'autres encore, Gabriel Matzneff affectionne aussi Dino Risi. D'autant plus que ces Monstres nouveaux m'ont tout l'air de n'avoir pris trop de rides. Sans oublier non plus que les matzneviens n'ignorent pas combien la bella Ornella lui "tapa dans l'oeil naguère", comme on dit.


Non, pour ce qui concerne Casanova, il me semble qu'on puisse dire que GM a déjà pas mal évoqué son attachement pour celui de Fellini aussi. Mais si j'ai bien compris, c'est de son nouveau livre qu'il sera question en premier, lors de la soirée, non ? Or, la télévision est bien un sujet de sociologie, justement, et ce ne sont les questions qui manque ni manqueront.
.
PS : sous mon nom, un lien que les personnes présentes devraient, à mon avis, lire avant de poser des questions qui obligeraient Gab la Raffale de se répéter.

(*) Si vous avez le privilège d'y aller , posez-la lui, et rapportez-nous les réponses...




49 - Le 23/01/2012 par Suzanne C.

@ L'assistante du webmestre, votre (41). Simple curiosité, pour savoir s'il y aurait causes à effets : existe-t-il un moyen fiable pour localiser depuis quand, à un mois près, "Elie et Phaéton" est épuisé ?

50 - Le 24/01/2012 par L'assistante du webmestre

Chère Suzanne,
Là encore, c'est une question qu'il faut poser à l'éditeur. Seul lui peut vous répondre avec précision. Tous les éditeurs de Gabriel Matzneff (Gallimard, La Table Ronde, Léo Scheer, Payot, Lattès, Le Rocher) ont, me semble-t-il, des sites Internet où vous devez pouvoir les interroger, leur signaler les livres que les libraires (virtuels ou réels) affirment être épuisés, exiger des réponses.
Nous vous saurons extrêmement gré de nous informer de ces réponses !

51 - Le 24/01/2012 par Frédéric Cavallier

Je me suis rendu à la FNAC de City II à Bruxelles début Janvier: "Monsieur, on ne peut pas commander ce livre de M. Matzneff car il n'est pas encore sorti en Belgique". De retour quinze jours plus tard: "Monsieur, mon ordinateur me dit qu'il y a 3 exemplaires de la "Séquence" en rayon dans le magasin". L'énergumène court partout à la recherche des 3 livres. Ils sont introuvables. Mystère. Mais on me dit que je peux le commander. Délai d'attente: 3 semaines. J'ai passé commande et murmuré très fort: "FNAC you!"

52 - Le 24/01/2012 par Piton

Cher Frédéric Cavallier,
Si j'étais vous, je signalerai ce fait aux éditions Léo Scheer, car, elles, elles ont les moyens d'agir auprès de leur distributeur, et aussi auprès de la Fnac

53 - Le 25/01/2012 par Violaine

Faut-il en rajouter sur l'incompétence notoire de la librairie et des distributeurs ? Moi, maintenant j'achète la plupart de mes livres sur Internet. C'est moins cher, et les problèmes sont rares... Bref, un jour il n'y aura plus de librairies, ni de libraires surtout (une race de professionnels prétentieux), et ce sera tant mieux ! Le livre, lui, continuera, en dépit de tout.

54 - Le 25/01/2012 par Piton

Il y a aussi des libraires sérieux qui aiment leur métier et le font bien. Vos remarques, chère Violaine,ne doivent pas dissuader Frédéric d'alerter l'éditeur de Matzneff qui, à son tour, alertera le diffuseur. Un livre qui n'est pas en librairie est un livre qui ne peut se vendre. Lisez la longue interview (agrémentée de belles photos) que vient de donner Gabriel Matzneff au Magazine du Livre (le n° 34 avec la photo de Cioran en couverture):il n'y parle pas seulement de La Séquence de l'énergumène, il y parle aussi de ses ventes. Si vous ne voulez pas que notre auteur préféré finisse dans la misère, agissez pour que ses livres se trouvent dans toutes les librairies francophones, en France, en Belgique, en Suisse, au Canada et ailleurs, et ça, c'est le travail de l'éditeur et de son diffuseur.

55 - Le 26/01/2012 par Passante

A l'assistante du webmestre : juste un détail, rien qu'en passant. L'information qui concerne la soirée du 7 février à 20 heures ne se trouve à l'accueil. Sous mon nom le lien qui, tel l'aviron, nous mènera au pont !


56 - Le 27/01/2012 par L'assistante du webmestre

Merci, chère Passante. Cela va être fait, non à l'Accueil, mais, comme il se doit, à la rubrique Infos. Rubrique Infos où vous trouverez aussi les prochains rendez-vous de Gabriel Matzneff avec les media : le dimanche 29 janvier à 20 heures, sur France-Culture, une heure d'interview tête-à-tête avec Frédéric Taddéi, et le jeudi 2 février, deux interviews, l'une à 8 heures du matin, sur France-Musique, par Christophe Boursellier, l'autre à 19 h 30, à Radio-Courtoisie, par Catherine Rouvier.Et lisez dans le numéro 34 du "Magazine des Livres", qui vient de paraître, le dossier consacré à l'auteur de "La Séquence de l'énergumène".

57 - Le 27/01/2012 par Marie-Elisabeth

Dimanche 29 janvier, à 20 heures, le beau Gabriel sur France-Culture pendant une heure ! Si je comprends bien, France-Culture est la seule chaine audiovisuelle qui ne se met pas au garde-à-vous, fait de la résistance et préfère donner la parole à l'auteur de "Mamma, li Turchi !" plutôt qu'à M. Sarkozy qui, lui, à la même heure, mobilise un nombre incroyable de chaînes pour transmettre son discours électoral aux populations. Espérons que nous serons nombreuses (et aussi nombreux) à préférer Gabriel à la Voix de son Maître.

58 - Le 27/01/2012 par Bérénice

Oui ! Surtout que les politiciens répètent toujours les mêmes promesses, comme de vrais perroquets. NB : sous mon nom un nouvel article au Journal des Femmes.

59 - Le 30/01/2012 par L'assistante du webmestre

C'est évidemment le JEUDI 2 février (et non le vendredi 2) que Gabriel Matzneff est interviewé en direct sur France-Musique à 8 heures et sur Radio-Courtoisie à 19 h 30.

60 - Le 30/01/2012 par Costals

http://www.franceculture.fr/emission-le-tete-a-tete-gabriel-matzneff-2012-01-29

61 - Le 31/01/2012 par Harry

Seize millions d'entre nous ont, disent les journaux, regardé Sarkozy dimanche soir de 20 heures à 21 heures. Vu que nous soixante-dix millions, cela signifie que dans ce même laps de temps cinquante-quatre millions de Français avaient choisi d'écouter Gabriel Matzneff interviewé par Frédéric Taddéi, sans compter les auditeurs se trouvant à l'étranger, car France-Culture est un poste qui est capté sur toute la planète. Hip! hip! hip! hourra! pour l'Energumène !

62 - Le 03/02/2012 par Anatole

Chaude ambiance, jeudi dernier, sur radio-courtoisie : Gabriel Matzneff au meilleur de sa forme, Catherine Rouvier encore plus enjouée qu'à l'ordinaire, des rafales de rire dans le studio.

J'ai mis l'émission en lien. Elle dure trois heures, G. Matzneff n'intervient qu'au cours de la deuxième moitié. Attention, pour télécharger, c'est le parcours du combattant : il faut, sur la page d'accueil, choisir "téléchargement lent", puis ignorer la page de pub qui envahit l'écran et revenir à la page d'accueil.

D'autre part, l'article du mousquetaire François d'Orcival sur la Séquence de l'énergumène n'étant, à cette heure, en ligne ni sur le site de Valeurs actuelles, ni sur celui des éditions Léo Scheer, je le copie-colle ci-dessous. N'est-il pas normal que les lecteurs de cet excellent site soient les premiers servis ?

La Séquence de l'énergumène de Gabriel Matzneff



Voici du Matzneff AOC. Du Matzneff tapé sur une machine à écrire des années 1960 qui n'a pas pris une ride. Ce sont même des pages de jouvence de l'abbé Soury, des bulles de champagne qui font du bien.

De 1963 à 1966, Gabriel Matzneff a tenu pour Combat, le quotidien que dirigeait Philippe Tesson, une "Séquence" qui portait son nom. Il lui arriva un jour d'agacer le pouvoir au point d'être appelé « l'énergumène ». Ce devait être une rubrique consacrée à la télévision; il n'y avait à l'époque que deux chaînes, l'une en noir et blanc et l'autre en couleurs. Mais la télévision n'était qu'un prétexte, une matière à commentaires infinis sur les partis pris esthétiques, littéraires, politiques, religieux et les aventures sentimentales de l'auteur. C'est ce qui nous vaut ce joli livre composé de chroniques écrites tantôt dans un style grave tantôt sur le ton de la bouffonnerie qui paraissent immortelles comme les fleurs du même nom.

Naturellement, il y a une part de nostalgie de ce "monde englouti", après la guerre d'Algérie, au temps du Général, de Sartre et de Mauriac, du Dr Jivago et des jolies jambes de Noëlle Noblecourt (ce qui valut à cette présentatrice de télévision de perdre son job), mais bien plus : l'éternelle démystification du « confort intellectuel, des sorcières et autres loups-garous »... « Les années qui passent, écrit Matzneff, sont les eaux du Léthé, fleuve de l'oubli; elles sont le baume qui guérit les blessures, apaise les discordes, endort les douleurs et éteint les passions. » Il arrive aussi que les passions se raniment sous la cendre des souvenirs.

François d'Orcival

Valeurs Actuelles, jeudi 2 février 2012.

63 - Le 04/02/2012 par Vadim

Ce qui me dérange un peu dans cet article de F. d'Orcival, c'est que ce "penseur" de "Valeurs actuelles" a l'air de considérer Matzneff comme le non-conformiste idéal, celui dont rêvent tous les salons parisiens, à commencer par ceux de droite. Alors, Matzneff ne serait-il pas finalement récupérable, hautement récupérable même, tout en s'affirmant et se voulant un dangereux subversif, en tout cas un esprit libre ? Et si tout ça, depuis les années 60, n'était que du vent ? La prose si typiquement nulle de François d'Orcival a un mauvais goût de révélateur chimique. En somme, il nous dit que finalement Matzneff est consommable (il parle même d'AOC !). Il accueille Matzneff, comme si ce dernier ne pouvait plus nuire, n'avait en réalité jamais nui, comme si Matzneff, justement, c'était du cinéma et rien d'autre...

64 - Le 04/02/2012 par Barbara

Cher Vadim,allez à votre bibliothèque, ouvrez le dictionnaire philosophique que Matzneff a publié en 1987 à la Table Ronde sous le titre "le Taureau de Phalaris" et lisez, à la lettre R, le chapitre intitulé : "Récupération".Vous y trouverez un développement qui va, d'une certaine façon, dans le sens de vos remarques mais qui vous permettra également de les nuancer.

65 - Le 04/02/2012 par Harry

Il serait intéressant de savoir si, quand il a fait cette remarque à propos de l'article de Valeurs actuelles sur La Séquence de l'énergumène, Vadim avait à l'esprit ces pages de Matzneff sur la récupération dans Le Taureau de Phalaris, dont parle Barbara.

66 - Le 04/02/2012 par Renaud

@ Vadim et Harry,

Je ne comprends pas bien. Si vous êtes des lecteurs attentifs de Gabriel Matzneff, vous devez savoir que François d'Orcival et lui sont liés par une amitié de près d'un demi-siècle. Donc, avant que d'Orcival entre à Valeurs actuelles (avant même la création de ce journal) et avant que Matzneff publie son premier livre.

Comme l'a rappelé Anatole, d'Orcival est un des convives les plus anciens et les plus assidus du Dîner des mousquetaires (je crois même qu'il l'a cofondé avec Matzneff et Saint Robert).

Tantôt sous son nom de journaliste tantôt sous son vrai nom (Chaunac) on le croise souvent dans les Carnets noirs. Cela a déjà été dit ici-même.

(Re)lisez les Carnets 2007-2008, vous verrez que, bien que d'Orcival fasse le service de son journal à son ami mousquetaire, celui-ci ne se prive pas de critiquer sévèrement sa ligne éditoriale.

D'ailleurs, on est dans la tradition de Dumas. Dans les premiers chapitres de "Vingt ans après", ses mousquetaires à lui n'appartiennent-ils pas à des camps opposés ?

D'orcival et Matzneff sont en tout cas réunis par une cause commune, celle de la liberté d'expression. D'Orcival occupe d'importantes fonctions dans des organes corporatistes de la presse écrite ; il a été élu par des journalistes de toutes obédiences. Serait aurait-il été le cas s'il n'avait pas été pas reconnu, à droite comme à gauche, comme un homme de liberté ?

67 - Le 05/02/2012 par Piton

Je partage tout à fait l'avis de Renaud. Son analyse des faits est précise et d'une exactitude absolue. Il est évident, quand on lit l'article de François d'Orcival,qu'il a beaucoup aimé "La Séquence de l'énergumène", et que son enthousiasme est spontané, sincère. D'Orcival écrit ce qu'il pense. Quand Matzneff a publié "Les Passions schismatiques", certaines pages de ce livre avaient déplu à François d'Orcival qui écrivit alors un article très sévère dans "Valeurs actuelles".Le journal intime de Matzneff prouve que cette franchise ne porta pas la moindre ombre à leur amitié.

68 - Le 05/02/2012 par Renaud

Sans doute en hommage involontaire à Combat et à ses célèbres coquilles (contre lesquelles a tant pesté Gabriel Matzneff), ma dernière phrase (n° 67) est incompréhensible. Il faut lire : "Cela aurait-il été le cas s'il n'avait pas été reconnu, à droite comme à gauche, comme un homme de liberté ?"

Ajoutons que, dans un de ses Carnets des années 1980, on voit Gabriel Matzneff rendre visite, en compagnie de François d'Orcival, au père de celui-ci, le poète (décédé depuis) Philippe de Chaunac-Lanzac. Et c'est un vrai moment de grâce.

69 - Le 06/02/2012 par Victor B. de Bruxelles

Quoi qu'il en soit, mais moi quand j'ai lu ce que Vadim évoquait à propos du "vent", j'avoue, franchement, que là j'ai cru tomber de ma chaise ! "Des baffes !" aurait dit... qui encore ? (C'est une devinette...)

70 - Le 09/02/2012 par Harry

Et la soirée en l'honneur de Gab la Rafale organisée mardi par Transfuge à La Pagode ? Je suis en province, je n'ai pu me rendre à Paris, mais je pensais trouver ici, dès le lendemain, les commentaires des Parisiens. La réunion at-elle été annulée à cause du froid glacial? Racontez-nous, donnez-nous des détails, ou alors à quoi bon avoir Internet, pouvoir s'exprimer sur ce site ?

71 - Le 14/02/2012 par Lantenac

Après cet intermède publicitaire, revenons à l'essentiel: un internaute avisé à publier sur Youtube une vidéo saisissante de Gabriel Matzneff: un portrait silencieux réalisé par Gérard Courant le 3 novembre 1984. Je le trouve absolument fascinant. http://www.youtube.com/watch?v=cuqjrkAkUfg

72 - Le 15/02/2012 par Sonia

Merci, mais c'est à un véritable supplice que Gab la Rafale a dû se plier là, non ? Comment fait-il donc pour ne pas pouffer de rire ?

C'est clair, en tout cas, qu'il aurait pu faire une grande "carrière" au cinéma !

A propos de Yeutube ou ailleurs, il me tarde de voir un jour "Style et Passion" sur la "toile". Un film singulier de 50 minutes transcrit en DVD et réalisé en 1999 à Bruxelles par la feue "Société des Amis de Gabriel Matzneff".

73 - Le 15/02/2012 par L'assistante du webmestre

Gabriel Matzneff me poste ce commentaire à la découverte de Lantenac sur Youtube (n° 72) :
Voir ce film, dont je n'ai pas oublié le tournage mais que je n'avais jamais vu, me bouleverse car jy porte la bague florentine, si chère à mon coeur, que Marie-Elisabeth F. et Marie-Laurence A., deux jeunes amantes que j'ai passionnément aimées, m'avaient offerte et qui me fut volée lors du cambriolage que j'évoque dans "De la rupture". Je pensais ne jamais revoir cette bague et voici que, grâce au film de Gérard Courant, je la vois vivre à mon doigt.Merci, cher Gérard, de ce magnifique cadeau, précise illustration de ce que j'ai souvent écrit sur l'art, vainqueur de la mort.
Gabriel Matzneff

74 - Le 20/02/2012 par Lantenac

Une vidéo bien plus récente, cette fois, mais qui ravira les lecteurs de GM: http://www.dailymotion.com/video/xot95d_les-mardis-transfuge-avec-gabriel-matzneff_shortfilms

75 - Le 22/02/2012 par Piton

La vidéo que signale Lantenac au numéro 72 (celle fimée par Gérard Courant, qu'on peut voir sur Youtube) est surtout destinée à faire battre le coeur des ex-adolescentes qui peuplent les pages de "Mes amours décomposés".En la voyant, elles soupireront : "Qu'est-ce qu'il était joli garçon, mon amant !".

76 - Le 23/02/2012 par Dismas

A Piton, pas que pour pas que pour, mon cher ! Ni pas que "dans", du reste. N'oublions jamais que le "garçon", l'amoureux éternel devant le grand bon dieu, a voulu (se souvenir des Carnets noirs 2007/2008 chez Léo Scheer), rester longtemps jôli, non seulement pour plaire, mais aussi et surtout pour qu'elles l'aiment.

77 - Le 09/03/2012 par Bepa C.

Avis aux futurs visiteurs : notez que l'onglet "Audio-Vidéo" qui figure à l'accueil s'est enrichi de deux enregistrements consacrés à "La Séquence de l’énergumène". (un clic sous mon nom) http://www.matzneff.com/audiovideo.php

78 - Le 12/03/2012 par Bruno

Bonjour-Merci pour ces vidéo et les commentaires du Maître associés.
Un bon et rare film italien ici :
https://www.youtube.com/watch?v=0qfZ6vzRNt0
Le Satyricon de Polidoro mérite la vison, par son traitement - curieux et amusant- du personnage de Giton...
On espère que le Maître nous fournira les sous titres ;-) quoi que le film reste facile à comprendre pour les fins latinistes abreuvés à l'oeuvre de Pétrone...

79 - Le 18/03/2012 par Hervé

Chers amis,
Cela n'étonnera personne de constater la présence de Gabriel Matzneff sur les forums de discussion consacrés à la vie de l'église orthodoxe.
En revanche, cela fera sans doute plaisir à tous de le lire :

http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Une-reponse-de-Gabriel-Matzneff-a-Gueorguy_a2294.html

80 - Le 19/03/2012 par Véra

Merci !

81 - Le 28/03/2012 par Surpris !

La parole d'un stoïcien !!

82 - Le 28/03/2012 par Sandra

Merci Surpris ! Chapeau à l'orateur de l'agora, en tout cas. Voilà qui pourrait ou devrait changer le cours du destin des "présidentiables" français. Non ?

83 - Le 29/03/2012 par Surprise aussi !

Caroline Fourest et lui devraient s'entendre, alors ? :-)

84 - Le 01/04/2012 par Sonia W.

Hervé : une réponse à votre lien - un clic sous mon nom - et je vous souhaite un très bon Dimanche ensoleillé !

http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Une-reponse-de-Gabriel-Matzneff-a-Gueorguy_a2294.html

85 - Le 01/04/2012 par 85

Pardon, je corrige.

http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Victor-Loupan-Reponse-a-Gabriel-Matzneff_a2327.html?com#comments

86 - Le 04/04/2012 par Piton

Je sais bien que Gabriel Matzneff a écrit un très bel essai intitulé "La Diététique de lord Byron", mais est-ce une raison suffisante pour nous infliger ces publicités en langue anglaise ? Cher Webmestre, par pitié, soyez vigilant ! Nous voilà bien loin de la dernière chronique de Matzneff, consacrée, je le rappelle, à "La Séquence de l'énergumène", son nouveau livre. Revenons à notre sujet !

87 - Le 04/04/2012 par Sonia

Cher Piton, ne vous tracassez pas. La ribambelle aussi, elle veille.
Car si les importuns s'étaient incrustés plus d'un jour, le webmaster Frank Laganier aurait été prévenu de plus belle. D'ailleurs, il ne s'explique pas encore comment ces bestioles s'arrangent pour passer au travers des mailles d'un filet - pourtant costaud - à une cadence aussi régulière. Mais peut-être devrait-il demander un avis, par exemple, au responsable des Penchants du roseau qui m'a tout l'air de très bien connaître la musique. Tant son site est fantastique.

Oui, revenons au sujet. Avez-vous des nouvelles récentes du Maître ? Son courage est exemplaire ! http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion

88 - Le 06/04/2012 par Véra

Bon, vous aviez raison cher Piton, voilà que ça recommence... Je me lance.

89 - Le 14/04/2012 par Dirlandaise

Je vous aime ! Vous êtes mon écrivain préféré. Merci d'exister !

90 - Le 16/04/2012 par Harry

L'e-mail enthousiaste de Dirlandaise (91)est sympathique, mais ayant relu récemment ce qu'écrit Gabriel Matzneff dans "C'est la gloire, Pierre-François !" et "Vous avez dit métèque ?" sur l'importance qu'ont pour lui les lettres de ses jeunes lectrices, je serais curieux de savoir ce qu'il pense de ces lettres virtuelles, anonymes, qui ne débouchent jamais sur une vraie rencontre - un peu comme les "amis" sur Facebook -, et s'il ne conserve pas la nostalgie de l'époque où, je le cite ("Vous avez dit métèque ?", page 280) ses jeunes lectrices utilisaient "le stylo, l'encre, le papier, l'enveloppe, le timbre", et leurs lettres constituaient un prélude à une rencontre en chair et en os...

91 - Le 17/04/2012 par Véra

Oui cher Surpris (82), mais quand le tribun de votre lien évoque - avec talent, je vous l'accorde - le vaste "génie de la Science", je me dis que son discours reste malgré tout assez vain. Ppour la mauvaise raison que ce fameux génie n'est pas encore parvenu, loin de là, à vaincre la folie meurtrière des guerres. Dans son Manfred, par exemple, Byron a magnifiquement exprimé l'enfer que serait l'éternité terrestre pour un homme.

Quant à "vaincre la mort", ça me fait un tantinet sourire, pour la bonne et toute simple raison qu'elle fut déjà glorieusement "vaincue", il y a belle lurette, par la résurrection du Christ ! J'ai envie d'ajouter "orthodoxe"... Tuer la mort, ce serait tuer l'artiste car elle est son "génie "musagète".
.

92 - Le 17/04/2012 par Barbara

A qui répond Véra ? A Bruno ? A Harry ? Au cinglé qui envoie des messages incompréhensibles en anglais ? Pour en revenir à Harry, je le trouve trop pessimiste : certes,Dirlandaise n'a pas laissé ici ses coordonnées, par prudence sans doute, mais qui vous dit qu'elle n'a pas, par le même courrier, posté une vraie lettre à Matzneff, avec son vrai nom, son adresse, son téléphone ? On peut être internaute et savoir encore se servir d'un stylo ! Sur ce site sont indiquées les deux adresses postales où nous pouvons écrire à Gabriel, c'est très facile.

93 - Le 17/04/2012 par Véra

Barbara, mais je l'ai indiqué ! Que je répondais au Surpris. Quant à Dirlandaise, ce nom me dit quelque chose. Je vais vérifier, mais je me demande si elle ne vit pas au Canada ?

A ce propos, c'est fort amusant, mais j'ai retrouvé, il y a peu, la charmante Véronique V. grâce à Face Book. Il se fait que vers les années septante, Gab la Rafale nous avait conviées - traitées - "Au Rendez-vous des Camionneurs", cher au feu professeur Alphonse Dulaurier, elle, Anouchka L., Françoise L. et Macha, ma précieuse soeurette.


94 - Le 17/04/2012 par Eglantine

Véra, vous aviez raison. Faites vite un clic sous mon nom !

95 - Le 18/04/2012 par Surpris

Beaucoup sont certainement au courant mais le 4 juillet 2012 est à retenir pour se procurer "Monsieur le Comte monte en ballon"...
Amicalement

96 - Le 18/04/2012 par Véra Ribambelle

Mais bien évidemment, cher Surpris ! J'ai même découvert le charme inouï de sa première de couverture... Mais le 4 juillet est encore un jour bien trop lointain pour en parler. Non ? Souvenons-nous que l'aventure de "Voici venir le Fiancé" devrait vous/nous inciter à une discrète prudence quelque peu superstitieuse.

Chose particulièrement amusante, car je retiens qu'à cette date - donc le 4 juillet que vous confirmez - nous fêterons, selon le calendrier de Grégoire, non seulement Sainte Elisabeth, mais aussi, heureuse ironie du sort ou simple coïncidence, la Saint Florent !!!

PS : laissons tomber Sainte Berthe, elle me rappelle trop celle aux grands pieds...

97 - Le 19/04/2012 par Barbara

Véra (100) a raison : Occupons-nous du livre que Gabriel Matzneff vient de publier, "La Séquence de l'énergumène", et aussi de ses ouvrages précédents. Pour parler du livre à venir, attendons qu'il soit disponible chez les libraires. Alors seulement nous le commenterons, nous inviterons les internautes à l'acheter. Cinq mois à l'avance, c'est un coup d'épée dans l'eau, ça ne sert à rien. Rappelez-vous ce qu'écrit ironiquement Matzneff à propos de ces femmes du monde qui, dans les diners en ville, alors qu'il vient de publier un nouveau livre (qu'elles n'ont pas lu), se penchent vers l'écrivain assis à leur droite et lui sussurent : "Alors, cher maître, que nous préparez-vous de beau ?".

98 - Le 19/04/2012 par Véra 102

Ah bon ? Il s'était donc agi, comme on dit, de femmes du monde ? J'avais, cependant, le souvenir que Gab la Rafale épinglait avant tout de "jeunes cadres dynamiques" incultes et souvent (sic) "bêtes comme des paniers".(*)

Il n'empêche que dans les propos ironiques que vous évoquez, il précise bien que seuls ses lecteurs et lectrices passionnés et fidèles ont le "droit" de lui poser ce genre question. Non ?

Cela étant, il faut malgré tout bien admettre que la tentation d'en savoir un peu plus est plus que vivace. Du moins pour celles et ceux qui n'ont pas oublié son célèbre "Taureau de Phalaris", édité en 1987, et ses surprenantes rubriques...

(*) Une expression de feu Cyrille Razvratcheff à propos de "ceux" qui se "déplacent comme des bans de harengs", et qui, presque un demi siècle après, fait encore pleurer de rire mon cousin Isidore.

99 - Le 19/04/2012 par Véra 103

bancs...

100 - Le 19/04/2012 par Donald Forbes

Dites, chère Véra 102, serait-ce que vous voudriez ménager la femme la plus puissante du monde - j'ai nommé Angela Dorothea Merkel - que vous évitez de dire que le banc de feu Cyrille R. était un banc allemand ? Je n'ignore plus que vous avez vécu des heures sombres à Hambourg après la guerre, mais quand même.

101 - Le 20/04/2012 par Harry

C'est curieux, bien que le nouveau livre de Matzneff auquel faut allusion Barbara (98), La Séquence de l'énergumène, soit très politique, polémique, personne ici ne semble se demander, en ces jours qui précède l'élection présidentelle, pour lequel des candidats notre auteur préféré s'apprête à voter. Eh bien, j'ai un élément de réponse, trouvé non dans la presse française, mais dans la presse italienne (un article qui date du 20 mars dernier, d'il y a donc juste un mois) : Gabriel Matzneff s'apprête à voter en faveur de Jean-Luc Mélenchon.

102 - Le 20/04/2012 par Barbara

Merci, Harry. En effet je n'avais pas lu ça dans la presse française, en tout cas ni dans Libé ni dans le Monde, mais ça ne m'étonne pas : dès son premier livre, Le Défi, dans le chapitre intitulé "Les fils de Bazarov", le jeune Matzneff déclare préférer l'extrême-gauche à la gauche et dit son mépris de la social-démocratie. Il est resté fidèle à ses idées d'adolescent.

103 - Le 20/04/2012 par Piton

Et, plus récemment, Matzneff avait assassiné celle qu'il appelle "la quakeresse", la puritaine de gauche Ségolène Royal, dans un chapitre de "Vous avez dit métèque ?" (2008); et en 2004, dans "Yogourt et yoga", nous avions lu ces lignes : "Dès que Mme Ségolène Royal ouvre la bouche, je frémis, tant ses propos sont bêtes et odieux."
On comprend, chère Barabara, que l'idée de voir revenir la Royal dans les bagages de ce pauvre Hollande ne transporte pas de joie Gab la Rafale...

104 - Le 20/04/2012 par Sandra

Chat alors ! Donc comme Surpris (82) alors ? Si je vivais en France, je pense bien que ferait pareil. Quitte à me faire égorger par mon "entourage".

105 - Le 20/04/2012 par Eglantine

(102) Cher Harry, détrompez-vous. Nombreux sont ses lecteurs qui se demandent souvent ce que Gabriel Matzneff aurait pensé ou fait dans certaines circonstances. Personnellement, j'ai été tentée, à plusieurs reprises, de lui poser la question ici ou par écrit mais, souvenez-vous, lors d'un entretien passé où une femme, je suppose du "monde", lui avait demandé pour qui Gabriel Mazneff votait, l'écrivain l'avait remise gentiment à sa place, lui rétorquant que le vote étant secret, il ne souhaitait pas lui répondre.
L'image surréaliste, mais je me demande parfois ce qui se passerait si un jour tous les Français décidaient, avec force et à l'unisson, de faire la grève générale du vote...

Piton, pour la quakeresse Royal, j'ai pensé comme vous ! Intuitivement, je la mets dans le même sac à patates que la Marine. Quand j'entends qu'un "jeune sur (25 ?) va lui donner sa voix, ça me glace.
PS : "Pauvre Hollande", en effet (sourire)
PPS : avez-vous entendu que la "France" veut intenter un procès à la télévision belge, laquelle n'est pas soumise à la règle de ne divulguer pas de chiffres avant vingt heures ? Le tollé que ça fait !

106 - Le 20/04/2012 par 106

l'image "est" surréaliste

107 - Le 20/04/2012 par Apollon

Eglantine, vous me faites sourire. Pour la grève, bien évidemment... Mais j'y vois un bon "sujet" de roman.

108 - Le 20/04/2012 par Marie

Ce que Matzneff a régulièrement reproché aux socialistes français, et cela dès l'époque où Mitterrand tentait de remplacer De Gaulle à l'Elysée (lire "Mitterrand et Saint-Fiacre", un texte paru en 1967 à "Combat" et recueilli en 1986 dans "Le Sabre de Didi"), c'est d'être encore plus aux ordres des Etats-Unis que ne l'est la droite, encore plus atlantiste.
A propos de la politique imbécile de Sarkozy et de Juppé en Afghanistan, en Lybie, en Syrie, Matzneff est persuadé - il l'a dit à la radio voilà une quinzaine de jours - que si Hollande était à l'Elysée, sa politique étrangère serait la même, et pire encore.

109 - Le 20/04/2012 par Surpris(s'en va...)

Je souhaitais juste donner une information qui réjouit le nouveau lecteur de Matzneff que je suis (malgré tout, j’ai acquis tous ses ouvrages en 3 mois !) mais au vu des réactions…je préfère désormais rester silencieux…Bien dommage je trouve…peut être la lecture des spams que reçoit le site régulièrement est-elle plus intéressante pour cette lectrice qui me « tacle » comme on dit aujourd’hui…bref…bonne continuation !

110 - Le 20/04/2012 par Surprise

Surpris, vous êtes surprenant. Où voyez-vous une lectrice qui vous a taclé ? Personne n'a cherché à vous contrer, que je sache. Bien au contraire ! Mais un site n'est-il voué à vivre ?

111 - Le 21/04/2012 par Post Script-boum

Chers Surpris (s'en va...),

Ne soyeez donc pas à ce point susceptible, et cessez de bouder, je vous en prie. Puisque vous dites que vous avez acquis tous ses livres depuis peu, je suis très curieuse de savoir par lequel vous avez commencé et quels sont vos avis. Sachez que je comprends fort bien votre enthousisme de jeune lecteur, mais je pense que si Véra a émis une réserve quant à une annonce trop précipitée du voyage de Monsieur le Comte, c'est qu'elle a dû, plus que probablement, recevoir des remontrances pour une impatience à la votre pareille. Naguère...

112 - Le 21/04/2012 par ...

enthousiasme

113 - Le 21/04/2012 par Barbara

Chère Eglantine (106), c'est pour rire que vous souhaitez la grève du vote, n'est-ce pas ? Songez aux Eglantine du 19ème, du 20ème siècle, qui se sont battues pour obtenir ce droit! Songez aux Eglantine qui, en 2012, vivent sous des régimes totalitaires et sont privées du droit de choisir leurs dirigeants ! C'est un sujet grave sur lequel plaisanter n'est pas de mise, me semble-t-il... Matzneff, lui, s'est toujours battu pour défendre ses idées, nos amis qui s'expriment aux 102, 103, 104, 109, nous le rappellent.

114 - Le 21/04/2012 par Eglantine

Oui, bien sûr, chère Barbara, que je plaisantais, un tantinet... Mais au vu (des) l'actualités présentes et passées, il m'est trop souvent apparu que tous ce ramdam politicard est bien dérisoire. Néanmois, quand - voir le lien sous ma fleur - je suis témoin de l'absurdité et de la mauvaise foi de ceux (celles) qui osent faire la leçon aux défesseurs de la liberté d'opinion, la moutarde me monte. Pourtant Dieu sait combien la marine me donne le mal de mer ! Je garde l'xOui, bien sûr, chère Barbara, que je plaisantais, un tantinet... Mais au vu (des) l'actualités présentes et passées, il m'est trop souvent apparu que tous ce ramdam politicard est bien dérisoire. Néanmois, quand - voir le lien sous ma fleur - je suis témoin de l'absurdité et de la mauvaise foi de ceux (celles) qui osent faire la leçon aux défesseurs de la liberté d'opinion, la moutarde me monte. Pourtant Dieu sait combien la marine me donne le mal de mer ! Je garde l'espoir que la personne concernée sera accueillie par un éditeur tel que Monsieur Léo Scheer qui lui...
http://www.fdesouche.com/295517-jean-paul-bourre-sur-les-elections-et-les-vrais-guignols-de-linfo-video

115 - Le 21/04/2012 par 115

Désolée, c'est ma souris qui a capoté. N'en faisons pas un fromage.

116 - Le 22/04/2012 par Désolée (bis).

J'aimerais préciser que pour l'allusion au fromage - elle m'a échappé - il s'agit d'une association d'idée avec la souris et non François Hollande. Car, en effet, je découvre à l'instant que votre malheureux candidat fait déjà l'objet d'un sobriquet qui fera couler beaucoup d'encre. A défaut de lait. Eglantine


117 - Le 22/04/2012 par Marie

Je croyais que la remarque d'Harry (102) allait susciter un débat sérieux, contradictoire, sur les idées politiques (politique intérieure et étrangère) de Gabriel Matzneff, mais non, rien de sérieux, aucune analyse s'appuyant sur des textes (récents ou plus anciens, essais, journal intime, romans),aucune réflexion témoignant d'une vraie connaissance de son oeuvre, mais seulement de petites plaisanteries, de petites boutades, tout cela gentil, sympa, je ne dis pas le contraire, mais sans grand intérêt, décevant.

118 - Le 22/04/2012 par Eglantine

Marie, je ne doute pas un instant que vos reproches soient fondés, mais encore faudrait-il se sentir de taille ou à la "hauteur". Ce n'est pas si aisé que ça d'avoir un débat "contradictoire" quand on a eu affaire à Nostradamus Junior pour qui le pire serait toujours certain. La preuve !

Car si je vous disais que d'avoir osé lancer à la cantonade que Gab la Rafale allait voter Melanchon, mais que d'aucuns de ses plus fervents lecteurs ont cru à un canular, le croiriez-vous ? En revanche, je suis toute aussi indignée qu'il y ait récidive, par exemple, à l'encontre de Renaud Camus par ceux-là même qui défendent haut et fort la liberté d'opinion. http://www.fdesouche.com/295517-jean-paul-bourre-sur-les-elections-et-les-vrais-guignols-de-linfo-video
PS : le lien sous mon nom : ne pensez-vous que l'ouvrage très complet consacré à Gabriel Matzneff édité sous la direction de Florent Georgesco soit plus attractif et utile que tout débat, contradictoire ou pas ?

119 - Le 22/04/2012 par Coccinelle

Rappel du lien : http://www.leoscheer.com/la-revue-litteraire/2010/09/15/121-gabriel-matzneff-aux-editions-du-sandre

120 - Le 22/04/2012 par Sonia W.

Marie, toutes proportions gardées, je peux rejoindre, en pensées, votre déception aussi, mais malgré que "La Séquence de l’énergumène" soit un livre politique très sérieux, il me semble que trop nombreux sont encore de ses lecteurs qui occultent systématiquement son appartenance orthodoxe et le rôle considérable - ô combien discrètement élégant - que fut le sien dans la diaspora. Mine de rien. (voir le lien sous mon nom)

121 - Le 22/04/2012 par Josée

Un clic sous mon nom abondera dans le sens prouvant que toutes parlottes seraient vaines et quasiment inutiles. Tant il est vrai que la France et ses voisins se comportent en impies mécréants et oublieux de la Mémoire du passé. A l'instar du théologien Olivier Clément, je prône la laïcité de la cité, mais me penche vers une Eglise libre et multinationale. Celle des affligés, des pauvres, des rejetés et des laissés pour compte.
Mais libre !

122 - Le 23/04/2012 par Marie

Je ne pense pas que ce soit faire un compliment à Internet que de dire que les "parlottes" sur des sujets sérieux n'y ont pas leur place.Eglantine a raison d'évoquer le gros ouvrage sur Matzneff paru récemment aux éditions du Sandre, mais que des écrivains, des universitaires, des critiques littéraires analysent son oeuvre ne doit pas empêcher de jeunes internautes qui l'aiment de le faire, eux aussi, même maladroitement. Et puis, ma remarque était liée à l'actualité, qu'il s'agisse de l'élection présidentielle ou de la Syrie (si présente dans "Le Carnet arabe").

123 - Le 23/04/2012 par Fan club Matzneff

Marie, et pourquoi donc faudrait-il faire à tout prix l'éloge d'internet ? Tant il est vrai qu'il ne s'agit, pour ma part, que d'une véritable auberge espagnole. Ne serait-il, finalement, qu'un très banal mais redoutable vecteur de ce qu'il est convenu d'appeler "la pensée unique" ? Au vu des résultats du premier tour des "élections", j'aurais tendance à me dire que "ça craint" ! (sic)

124 - Le 26/04/2012 par Hervé

Pour info, rendez-vous le 3 mai à Paris avec GM :

http://cerclecosaque.hautetfort.com/archive/2012/04/25/gabriel-matzneff-au-cercle-cosaque.html

125 - Le 26/04/2012 par Hervé

À propos du Cercle Cosaque :

."J'attends les Cosaques et le Saint Esprit." Léon Bloy

Le Cercle Cosaque est un cabaret littéraire animé par Olivier Maulin et
Romaric Sangars le premier jeudi de chaque mois, au café à l'enseigne
du Grand Turc de la Sublime Porte, autrement appelé "Chez Barak",
rue Sambre et Meuse dans le dixième arrondissement de Paris.
On y invite et célèbre des auteurs vivants, on y débat, on s'y querelle,
on y boit du vin. Déconseillé aux abstèmes, aux fâcheux et aux tièdes.

126 - Le 26/04/2012 par Piton

Le Café Cosaque invite Matzneff pour le "quereller" ??? Curieuse invitation. Ses proches disent que la patience n'est pas sa qualité principale et qu'il prend vite la mouche.Si vous ne voulez pas qu'après cinq minutes il se lève et prenne non seulement la mouche mais aussi la porte, prévoyez de très bonnes bouteilles, c'est, dit-on, son point faible.

127 - Le 30/04/2012 par Grouchènka

In vino veritas !

PS : http://www.dailymotion.com/video/xc9ljd_controverses-du-progres-la-televisi_news

128 - Le 03/05/2012 par Hervé

Retour à "l'Energumène".
Dans une note de bas de page en page 32, Matzneff indique avoir été "mis en garde à vue, perquisitionné, traîné dans les locaux de la police à deux reprises, en 1982 et 1998".
Concernant 1982, il s'agit bien sûr de la triste "Affaire du Coral" souvent relaté dans les Carnets noirs.
Mais 1998 ? A quel événement se réfère-t-il ?

129 - Le 03/05/2012 par L'assistante du webmestre

Posez-lui la question ce soir au Cercle Cosaque ; mais il est peu probable qu'il y réponde...

130 - Le 03/05/2012 par Sandra NOVA

J'allais le dire. Surtout que l'année 1998 est inédite. En revanche, pensez-vous que Gabriel Matzneff accepterait de dévoiler à quel candidat il compte offrir sa voix la semaine prochaine ?
Peut-être un vote blanc ?

131 - Le 03/05/2012 par Emmanuelle

Votre question est consternante.
Matzneff ne votera pas, aucun doute à ce propos.
J'en profite pour appeler tous les visiteurs de ce forum à ne pas voter.

132 - Le 03/05/2012 par Sandra

Mais c'était bien mon intention... Ce qu'il faudrait, c'est que nul ne votât, ici ou ailleurs. Une vaste grève nationale - ça nous connaît - du vote voilà ce qu'il eut fallu prévoir. Mais c'est hélas, trop tard !
PS : ne pensez-vous que Fabrice L. ferait un bon matznevien ? http://www.youtube.com/watch?v=cxsWDoHgaqY

133 - Le 04/05/2012 par Shian

Surtout que nous avons face à face deux candidats parfaitement illettrés !

134 - Le 04/05/2012 par Chipie

Ah ! oui. Par dessus le "marché" !

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2012/05/01/rupert-murdoch-accuse-d-avoir-deliberement-ferme-les-yeux-sur-les-ecoutes-telephoniques_1693676_3236.html

135 - Le 05/05/2012 par Barbara

Et alors, le Cercle des cosaques ? Commment cela s'est passé ? Que celles et ceux qui habitant Paris ont pu y assister nous racontent !

136 - Le 05/05/2012 par Véra S.

Ne faudrait-il poser la question aux responsables de leur site ? A ma connaissance, ils sont aussi sur Facebook. D'ailleurs, vous me faites penser à une chose qui me turlupine depuis ce matin.

137 - Le 09/05/2012 par Hervé

Quelle chose vous turlupine, Véra ?

138 - Le 10/05/2012 par Poulette

Chère Barbara, au risque de vous désoler davantage encore de l’avoir ratée, la soirée chez Barak était spécialement réussie jeudi dernier et l’archange au meilleur de sa forme. La salle était comble, les questions fusaient, intelligentes et décalées, les réponses abondaient, malicieuses et percutantes, l’atmosphère était à la liberté. Une discussion arrosée de retsina, vin résiné produit en Grèce, a précédé le dîner turc dans le restaurant de l’aiutre côté du mur où de nombreuses figures du monde littéraire se disputaient les places à la table de Gabriel Matzneff. Assemblée Cosaque jeune dans le bon sens du terme. La rencontre a commencé par la lecture d'un long extrait de "Comme le feu mêlé d'aromates" dont Dominique de Roux disait : "Entre les créateurs de la trempe de Matzneff et les rabougris mentaux, fétichistes de l'actualité, il y a la même différence qu'entre les jeunes princes mongols de la cour de Gengis Khan et les évêques gâteux de l'Église de Rome." 
Elle s’est achevée par l’évocation par Gabriel de plusieurs de ses amis disparus dont Montherlant (déprimé déprimant) et Cioran (pessimiste tonique roboratif)...
http://cerclecosaque.hautetfort.com/ A retenir : la fuite devant la chaîne des faux-devoirs et le courage de ne laisser influencer par rien, ni par l’époque dans ses choix. Une perle de l'énergumène : "Les larmes n'ont jamais déshonoré que les cons". Comme Cendrillon, Gab la Rafale s’est volatilisé à minuit.

139 - Le 10/05/2012 par Barbara

Je m'étonnais que Hervé ne nous ait pas encore raconté la soirée, mais vous venez de le faire si bien, chère Poulette, de façon si précise et spirituelle,je suis comblée !

140 - Le 10/05/2012 par Hervé

Je n'ai malheureusement pas pu me rendre à cette soirée. Merci donc pour votre compte-rendu, Poulette.

De la même manière que lors de l'intervention de GM à Normale sup en début d'année, je tente la question : des photos ont-elles été prises chez "Barak" ?



141 - Le 10/05/2012 par Anonyme

Rien à voir mais une belle image ici :
http://www.borlant.fr/p715987160/h276753CA#h276753ca

142 - Le 11/05/2012 par Poulette

Dans Le Figaro littéraire du 10 mai 2012, "Sur invitation"
Un joli article sur cette soirée par Bertrand de Saint-Vincent

Semper juvenescens
Gabriel Matzneff au Cercle Cosaque.

« Je suis obsédé par la pensée que la vie est une question d’heures. » Invité du cabaret littéraire Cercle Cosaque, Gabriel Matzneff devise dans l’arrière-salle voûtée du bar Barak (Xème arrondissement), tel un philosophe antique. Élégance spartiate, silhouette de jeune homme, semper juvenescens (toujours au printemps), crâne lisse et cravate nouée, l’écrivain septuagénaire, dernier séducteur de Saint-Germain-des-Prés, livre devant un auditoire à l’allure estudiantine sa vision de la liberté. Denrée précieuse dont il a usé, voire abusé. « Le mal n’est pas la sensualité ; le mal, c’est la pesanteur. » Un intervenant lit un extrait d’un texte de jeunesse. Gab sourit, doux comme la soie. Il a fini son verre de vin blanc, ressemble à un prince en exil : « Faux sérieux, esprit de lourdeur, cul de plomb », l’hédoniste altier balaie d’un geste souverain les nuages de la pensée embrigadée : « Le plus difficile, c’est de rester fidèle à ses passions d’adolescent. » Esprit de résistance, discipline, diététique ; ne pas avoir peur d’être soi. Ses paroles se gravent dans le marbre. Il évoque des figures disparues : Bory, une balle dans le cœur. Barthes, « exquis », Foucault, « roquet hargneux et arriviste ». « Les homosexuels aspirent à se marier et à adopter des enfants ? Ils cherchent les emmerdements. » Banquet de l’esprit. « J’ai été Loup et Cigale… Tous ces gens si vertueux. Ca donne envie d’enlever des étudiantes… » Matzneff embraye comme une voiture qui dévale joyeusement la pente ; parfois sa pensée s’égare. Il la redresse, lance des saluts enjoués à ses disciples. Un côté Fanfaron (Dino Risi). Casanova : « Le froid me pétrifie. Le bonheur est lié à une certaine insouciance… » Passent Dominique de Roux, Montherlant, Cioran, compagnons de désespoir : « Le premier vous foutait le cafard ; Cioran parlait d’apocalypse, mais avec lui on rigolait tout le temps. » Le sentiment le plus agréable à part l’amour ? « L’admiration. » Dont acte. Le soir du débat présidentiel, Matzneff dînait seul chez Lipp, en héros stoïque.

143 - Le 11/05/2012 par Anonyme

Je suis un fervent lecteur du "Figaro", et j'avais lu cette belle prose de Saint-Vincent. Ce qui m'amuse, c'est cette rage contre Michel Foucault, qui ne date pas d'hier dans cet organe de presse - rage hélas souvent répercuté par ouï-dire, ou proféré dans tel ou tel bureau de tel rédacteur en chef ! Ainsi va l'époque. N'allons pas nous plaindre après que les Américains nous piquent nos meilleurs penseurs et écrivains, Zola, et aujourd'hui Guy Debord, la faute à qui ?

144 - Le 13/05/2012 par Marie

Cher Anonyme, quel rapport avec le Figaro ? Les lecteurs de ses "Carnets noirs" connaissent très bien les multiples raisons du peu d'estime que Matzneff témoignait à l'arrivisme de Foucault, à sa lâcheté.De l'affaire Lapassade en Tunisie à l'affaire du Coral en France, Matzneff a eu de très nombreuses occasions d'être déçu, stupéfié, par cette lâcheté, cet arrivisme du "grand universitaire". On peut enseigner au Collège de France, être couvert d'honneurs, comme l'était Foucault, et n'être, humainement, qu'un "Trissotin vaniteux" (Matzneff, "Un Galop d'enfer") et carriériste.

145 - Le 13/05/2012 par Anonyme

Je voulais dire qu'à la suite du prodigieux Saint-Vincent vous répercutez des propos bien dignes des journalistes incultes, comme le sont en particulier tous ceux du "Figaro". Je ne m'attendais pas à ce niveau sur le blog d'un écrivain réputé - écrivain que j'ai lu, que j'admire parfois, et dont je sais qu'il n'a pas toujours été aussi sévère avec ce pauvre Foucault. Son Journal en témoigne à plusieurs reprises. Mais j'imagine par exemple (pour rétablir l'équilibre !) qu'Hervé Guibert connaissait beaucoup mieux Foucault, le Foucault intime, que Matzneff (cf. "A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie"). Et puis Foucault devait trouver quand même Matzneff assez grand pour ne pas être constamment importuné par lui pour des affaires assez misérables, non ?

146 - Le 14/05/2012 par L'assistante du webmestre

Gabriel Matzneff me demande de publier la déclaration qui suit :

En marge des observations d'Anonyme (144, 146) et de Marie (145) je désire préciser que Michel Foucault ne s'est jamais mal conduit avec moi, et que je n'ai rien écrit qui pût donner à penser qu'il m'aurait un jour fait du tort. En revanche, et sur ce point Marie est dans le vrai, Foucault s'est, par peur d'être compromis, par arrivisme et lâcheté, extrêmement mal conduit avec deux de nos amis communs, Georges Lapassade et René Schérer. Cela n'ôte évidemment rien à sa qualité de grand universitaire.J'ajoute que je n'ai jamais "importuné" Michel Foucault, ni d'ailleurs personne. Mes adversaires m'ont attribué d'innombrables défauts, mais jamais celui d'être un importun.

147 - Le 16/05/2012 par Emile sans émile

Chère assistante du webmestre, le lien sous mon sobriquet en est la preuve vivante.

A propos d'une possible nomination à "la culture" de la quakeresse, diffusée par la presse, nous sommes perplexes : intox ou info ? Rassurez-nous ?


PS : pourriez-vous avoir la gentillesse de prévenir Gab la Rafale, que bien qu'ayant accès à l'Internet, ma cousine Ribambelle a "grillé" sa messagerie de plus belle, mardi ? Ses convoyeurs cherchent et attendent. A vous, un grand merci.

148 - Le 19/05/2012 par Harry

Qu'Emile sans Emile se rassure. Le nouveau ministre de la Culture est Aurélie Filippetti, une jolie jeune femme très sympathique (le contraire donc de la quakeresse), d'origine italienne, qui a écrit voilà une dizaine d'années un beau roman, "Les Derniers jours de la classe ouvrière",où elle évoque son père et son grand-père qui, venus d'Ombrie, travaillaient dans les mines de charbon en Lorraine. Grâce aux sacrifices de ses parents, Aurélie Filippetti a pu faire des études supérieures (lettres classiques à l'Ecole normale), et la voici aujourd'hui, cette fille de mineur,d'ouvriers pauvres, ministre de la Culture! Ce qui prouve que Marine Le Pen a tort quand elle dit pis que pendre des enfants d'immigrés, je l'écris ici sur ce site consacré à un autre prestigieux fils d'émigrés, un grand écrivain français.

149 - Le 19/05/2012 par SUD

A propos d'écrivain, je recommande le feuilleton d'Eric Chevillard, paru dans "Le Monde des Livres" d'hier et consacré à... Denise Bombardier. On se souvient que cette rombière des lettres avait agressé Matzneff lors d'une émission d'Apostrophes, transformant le plateau en "Deux flics à Miami" (dixit Matzneff). L'éreintement de Chevillard est superbe, brillant, drôle... et tellement vrai !

PS. J'en profite pour recommander aussi le Blog de Chevillard, où chaque jours il nous permet de commencer la journée par trois petites phrases qui sont souvent des bijoux.

150 - Le 19/05/2012 par Emilie

Merci !

151 - Le 19/05/2012 par Marie

J'espère que le nouveau ministre de la Culture, dont Harry nous dit du bien, va organiser dans les collèges et les lycées des lectures publiques de "Mamma, li Turchi !", le roman passionnément italien de Gabriel Matzneff !

152 - Le 19/05/2012 par Grouchènka de la ribambelle

Marie, oh vouiche ! Savez-vous que vous m'ôtez le pain-mot de la bouche ?
Et puis, pourquoi pas aussi un film allègre et qui serait si joli ? Car vous imaginez le casting ? Peut-être par le truchement Léo Scheer, qui sait ? Je verrais bien Mylène Farmer en Nathalie, mais pour Raoul et le moine Guérassime, il faudrait voir du côté des acteurs "métèques", ceux tant décriés par la Marine évoquée par Harry ?

PS : Madame Aurélie Filippetti a-t-elle lu "Mamma, li "TOURKI !" ? Si j'étais attachée de presse, je me ferais un vif plaisir de le lui faire parvenir avec une belle dédicace dont Gab la Rafale a le secret... Hou hou ! Où es-tu Antoine ?

153 - Le 19/05/2012 par Oxymore de Bruxelles

Ah ! mais je trouve - voir le lien sous mon pseudo-nom - que la jeune et jolie Aurélie Filippetti est bougrement sympathique ! Merci aussi à vous, cher Harry, pour l'information.

PS : je ne devrais pas le divulguer, mais ma cousine Lioubov D. a déjà vu en son sommeil, que AF serait la "présidentiable" rêvée pour le prochain quinquennat. Qu'on se le dise ?

154 - Le 23/05/2012 par Sam

Les initiales AF sont aussi celles de l'Action Française. Espérons que c'est un bon présage. (Je suis de gauche !)

155 - Le 23/05/2012 par Véra-Réva de la ribambelle

Sam, vous faites bien de rappeler à notre ami de Belgique que les initiales sont, dans la mesure du possible, à utiliser avec parcimonie... Quoique ?

Non mais, sans rire, avez-vous lu - "bien lu" - le livre évoqué au # 152, par Marie ?

Car si ce à quoi je songe s'avère, le fil qui a inspiré "Mamma, li Turchi !" - prononcer "Tourki" - pourrait bien, d'une façon ou d'une autre, aller dans le sens du bon présage que vous espérez. NB : Vous avez dit présage ? Qui sait ? Avec un digne héritier de Nostradamus l'ancien, tout est possible...

156 - Le 28/05/2012 par Emile

En novembre 1933, Cioran obtint une bourse de doctorat Humboldt à Berlin, où il devint rapidement un fan de Hitler. « Je suis absolument emballé par l’ordre politique qu’ils ont établi ici », écrivit-il à son ami Mircea Eliade, le futur historien des religions, dont le fascisme et l’antisémitisme des années 1930 émergèrent surtout après sa mort. « Certains de nos amis », disait Cioran à son copain Petru Comarnescu, « croiront que je suis devenu hitlérien par pur opportunisme. La vérité est que j’approuve beaucoup des choses que j’ai vues ici ».

157 - Le 28/05/2012 par Emile

A peine une semaine après la tristement célèbre « Nuit des longs couteaux » (30 juin 1934), pendant laquelle Hitler ordonna le meurtre de Ernst Röhm et de presque 200 de ses S.A., Cioran défendait le Führer dans l’hebdomadaire Vremea de Bucarest : « De tous les hommes politiques d’aujourd’hui, Hitler est celui que j’aime et que j’admire le plus ».

158 - Le 28/05/2012 par Emile

Que pense Matzneff de cela, lui fut un si fidèle ami de Cioran ?

159 - Le 28/05/2012 par Anonyme

Que pense Matzneff de cela, lui QUI fut un si fidèle ami de Cioran ?

160 - Le 28/05/2012 par Sam

A l'heure où on republie certains romans de Drieu en Pléiade, votre question nous paraît assez naïve. Je ne sais ce que vous répondrait Matzneff, mais je sais que Cioran a regretté cet engagement de jeunesse, que c'était effectivement une stupidité, et que, quand il est devenu plus "sage", sa philosophie a alors porté une dimension radicalement sceptique et pessimiste. Ce dévoiement originel l'a guéri pour la vie de toute croyance à des doctrines, quelles qu'elles furent. Je n'ai pas connu Cioran, mais c'était un être souverainement lucide, et intelligent - et pour intelligent, ce n'est pas manifestement votre cas, pauvre Emile de mes deux, qui revenez nous casser les pieds avec des choses qui sont connues depuis longtemps !

161 - Le 28/05/2012 par Comte de Monte-Cristo

Je viens de trouver le lien de cette vidéo de 55 minutes des mardis du transfuge :

http://www.babelio.com/auteur/Gabriel-Matzneff/8591

162 - Le 01/06/2012 par Mercédes

@ 165 Merci cher Edmond ! Savez-vous si, par hasard, l'oeuvre de Gab la Rafale est en voie d'être numérisée ?
(Pour illustrer des paragraphes sur la "toile", le copié-collé serait plus commode pour qui tape du clavier trop lentement).

163 - Le 01/06/2012 par Jules

A Emile (160,162) et à Anonyme (163)
Oui, vous avez raison. Il y a même d'autres grands écrivains qui ont beaucoup admiré Staline.

164 - Le 01/06/2012 par Question

Lesquels ?

165 - Le 01/06/2012 par Hervé

Le Cercle Cosaque met en ligne quelques images de l'intervention de Gabriel Matzneff au début du mois :

http://cerclecosaque.hautetfort.com/archive/2012/05/29/photos-du-cercle-cosaque-gabriel-matzneff-03-05-12-par-joan.html

166 - Le 01/06/2012 par Hervé

Le même Cercle Cosaque qui, je l'apprends malheureusement avec retard, a organisé le 30 mai une soirée d'hommage à Montherlant.

Voir sur leur site.

167 - Le 01/06/2012 par Anatole

Réjouissez-vous, Hervé, vous avez fait erreur. C'est jeudi prochain, 7 juin, que le Cercle Cosaque rendra hommage à Montherlant. (Le 30 mai est la date de mise en ligne de l'article annonçant cette soirée).

168 - Le 02/06/2012 par Jules

Lesquels ? demande Question (171). La liste est longue, vous y trouvez les noms d'Eluard, d'Aragon et de dizaines d'autres...

169 - Le 02/06/2012 par Question à deux balles

Ils étaient communistes certes, mais étaient-ils assez corrompus et dégénérés pour "admirer" Staline au fond d'eux-mêmes ? C'est ça que j'aimerais bien savoir. (Même pour Aragon, je ne crois pas.)

Je ne crois d'ailleurs pas non plus que c'est en quelques misérables phrases de blog, comme des graffiti sur une pissotière, qu'on règlera la question.

170 - Le 02/06/2012 par Jules

La comparaison avec les graffitis des vespasiennes est directement empruntée au chapitre 4 de "Voici venir le Fiancé" (conversation entre Nathalie et Nil), et elle est très juste. Comme est juste la réflexion de Sam (161).

171 - Le 03/06/2012 par Anonymous

Spam supprimé

172 - Le 03/06/2012 par Anonymous

Spam supprimé

173 - Le 04/06/2012 par Souvenirs

Un peu hors sujet...mais...je relisais "La prunelle de mes yeux"...En 2012, Vanessa vient d'avoir 40 ans...Se souvient-elle de ses 14 ans ? question sans réponse certainement..

174 - Le 04/06/2012 par Qui sait ?

Et dire qu'elle est peut-être sur le "réseau" sous un autre prénom, et que d'aucuns la croire sans le savoir ?

175 - Le 04/06/2012 par Hervé

@ Souvenirs
C'est une question qui me vient souvent à l'esprit également.
Je suppose que tous les lecteurs de Matzneff se la pose.
Mais que sont devenus ces jeunes femmes, ces icônes ?
Et pourtant, Matzneff a raison de nous rappeler que ces jeunes maîtresses doivent être regardées comme des figures littéraires, et rien de plus.
Mais la tentation est grande d'en savoir davantage, de connaître leurs traits, leur visage. Tentation d'ailleurs entretenue par la (paradoxale) publication de photographies sur ce site.
Ce hiatus matznévien qui place les personnages de son journal à la limite de la littérature et de la réalité est sans doute l'un des aspects les plus bouleversants de son oeuvre. Non ?

176 - Le 04/06/2012 par Hervé

Excusez les nombreuses fautes d'orthographe dans mon précédent message ;-)
On ne se relit jamais assez sur le web !!!

177 - Le 05/06/2012 par Piton

Lorsqu'on l'interroge sur ce sujet, Matzneff répond volontiers. Il explique que certaines de ces ex-jeunes amantes sont demeurées par delà la rupture de tendres amies, des complices, qui seront auprès de lui jusqu'à son dernier soupir et que d'autres ont totalement disparu,"comme aspirées par une trappe", c'est son expression.

178 - Le 05/06/2012 par Sonia

@ Hervé, c’est tellement juste ce que vous dites, qu'il arrive même que des lecteurs confondent les prénoms qui figurent dans les Carnets avec ceux des romans, lorsqu'ils les évoquent lors d'échanges dans la vie courante. Il est certain qu'il ne s'agit ni de distraction ni une question de mémoire qui flanche.
L'avènement du web et ses apports en contrefaçons ou plagiats dénoncés sont-ils en cause ? Mais ce qui est fort troublant aussi, c'est d'éprouver l’âpre sensation (récurrente) qu'il y aura, plus que probablement, dans l'histoire de l'art d'écrire, "un avant et un après Matzneff". Comme nous dirions « un avant et un après internet »… Pour la bonne et simple raison que, malgré que les "émiles" n'aient plus de secrets pour lui, l’œuvre de Gabriel Matzneff semble fermer la boucle de ces derniers écrivains "artisans amateurs" de l’histoire littéraire.

179 - Le 05/06/2012 par Sam

Je m'attendais à tout, sauf que Matzneff publie un blog, et nous présente toutes ses photos-souvenirs. Je tiquais déjà dans les années 70 lorsqu'il passait à la TV, notamment à "Apostrophes" : car il aurait mérité de demeurer dans le mystère, l'anonymat essentiel. Songez que cette décision de paraître publiquement a changé beaucoup de choses.

180 - Le 05/06/2012 par Pourquoi ?

Sam, si je peux me permettre ? Vous ne devez pas avoir tout lu, ou des masses, de l'oeuvre matznevienne. Sans quoi, vous sauriez que le présent blog fut une initiative spontanée, au siècle dernier, du webmaster Frank Laganier. Il est, depuis de nombreuses années, un fervent lecteur de Gab la Rafale, lequel ignorait même l'existence du présent blog jusqu'en l'an 1995 ! (*)

N'ayant jamais posé de souris sur internet de sa vie, ni l'intention de s'y "égarer" outre mesure, ce sont des amis qui sont parvenus à le convaincre de s'y pencher, en lui faisant cadeau d'un ordinateur. C'est donc par pure gentillesse qu'il accepta de contribuer à un blog portant son nom. Puisqu'il comportait quelques erreurs de chronologie.

(*) C'est l'année où fut créée discrètement, à Bruxelles, une société d'amis que Gabriel Matzneff eut l'humilité d'honorer de sa présence à plusieurs reprises. Est-il nécessaire d'ajouter qu'une société d'amis d'un écrivain encore en vie - il n'en existait que deux au siècle dernier - a surtout eut le mérite d'exister ? C'est pareil pour ce blog.

181 - Le 05/06/2012 par Hervé

Il est d'ailleurs assez dommage que cette Société ait connu un sort malheureux. A ce sujet, je me souviens qu'elle avait soutenu la réalisation d'un entretien filmé avec Matzneff. Cette vidéo était alors vendue par la Société en question. Qu'est-elle devenue ? Ne serait-il pas envisageable d'en faire aujourd'hui profiter le plus grand nombre en la mettant en ligne ici ou ailleurs ?

182 - Le 05/06/2012 par Hervé

"Monsieur le comte monte en ballon"

Parution le 4 juillet 2012.

Je n'avais pas encore vu la couverture et découvre ici de quoi il retourne :

http://www.leoscheer.com/spip.php?article2319

183 - Le 06/06/2012 par Sam à Pourquoi ? (n° 181)

Bon, on a forcé la main à Matzneff, mais cette pauvre victime y a pris goût, vous ne trouvez pas ? en témoignent ce livres d'e-mails qu'il a fait paraître dernièrement. De plus, Hervé, au n° 176, parlait de la "paradoxale publication des photos" des petites amies de notre grand séducteur. Lui aurait-on là aussi forcé la main ? Il ne fait pas la une de Paris Match, alors il s'expose sur son blog : voilà ce que je dirais si j'étais méchant. Mais au fond, moi-même j'ai pris connaissance de tout ceci avec amusement, sinon intérêt, regrettant quand même qu'un grand écrivain ne choisisse pas la "solitude essentielle" dans un monde moderne effarant, que précisément Matzneff critique de toutes ses forces : là réside à mes yeux une certaine ambiguïté.

184 - Le 06/06/2012 par Parce que (n° 184)

Forcé la main ? Ah bon ? Première nouvelle. J'ignore quelles sont vos activités, mais si vous étiez un écrivain invité par Chancel, Pivot ou d'autres, auriez-vous décliné ? Et au nom de qui et pourquoi ? Pour la "solitude essentielle", à part se retirer dans un monastère - et encore - ou la mort ! - il me semble que votre personne lui fait un procès d'intention pas très catholique...
A votre place, je ne parlerais pas d'ambiguïté, mais de paradoxes. Matzneff ne s'en cache pas quand il souligne l'ampleur de ses "contradictions" avec le talent et la sincérité que ses lecteurs attentifs lui reconnaissent. D'ailleurs, cette discussion a un côté mesquin sans réel intérêt. Je préfère - et de loin - me pencher sur la bonne nouvelle anticipée annoncée par Hervé au # 183 !

185 - Le 06/06/2012 par Sam


Quelques écrivains français ont de fait refusé toute apparition dans les médias (surtout à la TV et chez les Pivot/Chancel). On les appelait "les grands silencieux". Certains ont eu une importance considérable.
L'expression "solitude essentielle" est de Maurice Blanchot, si ça vous intéresse...
C'est tout sauf mesquin ! Je vous invite à creuser le sujet !

186 - Le 06/06/2012 par L'un n'est pas l'autre . . .

Si si, c'est un tantinet mesquin quand même ! Dans la mesure où vous tentez de comparer l'incomparable. C'est-à-dire des êtres n'ayant ni les mêmes racines, parcours, formations, origines, inspirations et qui plus est, d'une autre génération... A ma connaissance, le premier se distingue essentiellement en tant que romancier et poëte - même si des essais témoignent qu'il est loin d'être indifférent à la cause de la "cité" -, tandis que le second - à ma connaissance, toujours, même si rapminotienne pour la plupart - le second donc, est en premier considéré en tant que penseur et non comme romancier. Quant aux écrivains ayant "refusé toute apparition dans les médias", tel Cioran pour ne pas le nommer, il en existe aussi qui ont choisi la liberté de refuser des prix notoires etc. par exemple. Où est le problème ? Pourquoi ne pas évoquer alors Montherlant qui, lui, a toujours refusé - par lâcheté ? - d'étaler son penchant pour les amitiés particulières ?
Non, franchement, vos griefs contre Matzneff n'ont pas plus de fondements ni de poids qu'un pet sur une toile cirée. Matzneff est ailleurs... Ne vous en déplaise.

187 - Le 06/06/2012 par PS

Sans chercher à vexer personne, j'ai quand même envie d'ajouter que tout ça me fait diablement penser à ces gens qui lors d'un repas où l'hôtesse vous sert une plat délicieux confectionné avec art et tendresse, et qu'un(e) hurluberlu(e) se met à vanter les mérites d'un plat qu'il a dégusté la veille chez machin-chose.

188 - Le 06/06/2012 par Sam

Je n'ai aucun grief contre Gabriel Matzneff, que j'admire infiniment.
Et Montherlant était pour moi quelqu'un de courageux, je l'ai beaucoup lu.
Mais j'ai lu aussi Blanchot, qui a écrit des romans, des récits, et bien sûr des essais - et qui était comme vous dites un "penseur", mais aussi un grand silencieux.
Plus sérieusement, je me demande ce que Blanchot aurait raconté de Matzneff s'il avait dû écrire sur lui. Mystère et boule de gomme. Je suis sûr cependant que ça lui aurait plu, lui, Blanchot, le grand lecteur de Sade et de Lautréamont... Il aurait reconnu le VRAI talent.
(On se souvient en effet du mépris de Blanchot pour un Philippe S. par exemple.)
Fin de notre controverse amicale ! Demain, je dors !

189 - Le 06/06/2012 par Lulu

A PS, 188 : oui, mais vous confondez ce blog avec "Un dîner presque parfait", chaque jour sur M6 à 17h40.
Bon programme !

190 - Le 06/06/2012 par 188 §(*_°)§

à Sam, oui.
à Lulu : c'est malin... (Je ne capte pas M6 d'ici)

191 - Le 13/06/2012 par Zorglonde

Opposer Blanchot à Matzneff il fallait oser !

Blanchot a été pendant des années le type même de l'intellectuel dont on parle dans les milieux dans le coup . Il pouvait se permettre de jouer un personnage de " grand silencieux ". A l'inverse, Matzneff subit depuis des années et des années une conspiration du silence dont peu d'auteur peuvent se vanter .

Blanchot masque le peu qu'il a à dire derrière un système, une méthode , une phraséologie extrémiste absolument imbuvable . Matzneff au contraire écrit des livres essentiels dans une langue absolument délicieuse et inactuelle .

Blanchot peut écrire sur les thèmes les plus élevés qui soient il se dégage toujours le même ennui la même grisaille de sa production laborieuse et prétentieuse . Matzneff pourrait écrire sur la reproduction de la seiche en eau trouble au XIVème siècle en Nouvelle Guinée , il nous captiverait toujours autant .

Blanchot est un littérateur dans la pire acceptation du terme qui se déguise en philosophe pour maquiller son absence de dons et de talent . Blanchot est en outre est le type même du "critique" qui vit en parasite de l'oeuvre des autres . Ce n'est pas parce qu'il parle de philosophie qu'il peut se prétendre philosophe , ce n'est pas parce qu'il s'érige en critique littéraire que c'est un écrivain ou un artiste bien au contraire ...

De plus Blanchot est passé du fascisme au Marxisme sans jamais cesser d'être un esprit sectaire et un ignoble dénonciateur .

Bref Blanchot est tout le contraire de Gab la rafale . Je suis outré qu'on puisse critiquer Matzneff et poser Blanchot en modèle . C'est une véritable insulte pour Gabriel Matzneff ...

192 - Le 14/06/2012 par Anatole

Sam (189) se "demande ce que Blanchot aurait raconté de Matzneff s'il avait dû écrire sur lui. Mystère et boule de gomme."

Ni mystère ni boule de gomme, en revanche, sur ce que Matzneff pense de Blanchot. Il l'a écrit ici-même, le 5 mai 2006, dans sa chronique "Les délateurs de profession".

193 - Le 14/06/2012 par Roger L.

J'ai lu tout Matzneff, et je n'arrive pas à me remettre de l'info, dans son journal 2008, qu'il n'a plus tenu ses légendaires carnets depuis la fin 2008. Je sais qu'il reste dix années inédites, mais j'aurais eu grand plaisir à lire le récit de sa vie jusqu'au jour de son dernier souffle. J'aurais rêvé d'une ultime phrase dans son Moleskine, écrite par une jeune amante parce qu'il n'aurait plus la force de le faire...

194 - Le 14/06/2012 par Armelle

Une phrase ultime ? Comme vous y allez Roger ! Y aurait-il donc péril en la demeure ? Cela fait plus d'un bon quart de siècle que tous les lecteurs qui l'affectionnent tremblent pour sa vie d'écrivain généreux.

Depuis 2008, Gab la Rafale n'a jamais cessé de travailler à son oeuvre. D'ailleurs, rien ne nous dit que le jour venu - le plus tard possible, sauf si - une douce et tendre jeune Dacha n'y soit ou sera... ?

195 - Le 14/06/2012 par Sam

A Zorglonde (192) : merci soldat Zorglonde ! C'est avec des esprits de votre trempe qu'on va sauver Gabriel Matzneff !

196 - Le 14/06/2012 par Sam

A Anatole (193) : je n'ai pas retrouvé cette chronique, mais ce serait sympa de nous citer le passage. Merci d'avance.

197 - Le 14/06/2012 par Armelle

Sam, elle est renseignée au # 193 d'Anatole. Un clic sur son nom. http://www.matzneff.com/chroniques.php?id_chronique=22

198 - Le 14/06/2012 par Hervé

Plus de six mois que cette chronique est la dernière...
La parution prochaine de "Monsieur le comte" donnera-t-elle l'occasion à Matzneff de rédiger un billet sur ce site ?

199 - Le 16/06/2012 par Anonyme

Pour le geste, j'écris le 200ème commentaire de ce fil de messages !!!
Et bon week-end à tous, et tout particulièrement à Franck L. que nous aimerions lire plus souvent,
Hervé

200 - Le 16/06/2012 par Sam

Merci à Armelle. Il y a en effet au # 193 d'Anatole un intéressant et vif débat en ce moment à propos de la chronique de Matzneff. Débat légitime à mon sens.

201 - Le 17/06/2012 par Armelle

Sam ? Avez-vous vu ? Ils ont... http://www.youtube.com/watch?v=54Jzrmds3XY&feature=related

Ouf ! Notre cher Gab la Rafale ne sera ni contraint ni obligé de s'exiler en Italie. Comprenne qui voudra.

PS à Hervé : Franck L. ici ? En qui est-il déguisé, alors ?

202 - Le 17/06/2012 par Sam

C'est déjà ça, chère Armelle !

203 - Le 18/06/2012 par Armelle & Co

Ouiche... Et dire que du temps de François Mitterrand, je trouvais Ségolène si belle. Royalement. Comme quoi le pouvoir serait non seulement "aphrodisiaque" (...), mais aussi etc. etc. etc. La politique, mais quel pestacle ! En tout cas, ça m'a fait bien "ricané" en voyant les deux mauvaises perdantes montrer leur vrai visage. Quel pitié.

204 - Le 18/06/2012 par Gomme

Quelle...

205 - Le 20/06/2012 par Piton

Mais Frank L. est partout, chère Armelle (202), c'est le Créateur et le Deus ex machina de ce site ! Simplement, comme le Saint-Esprit, on ne le voit pas, il porte le voile d'invisibilité que lui ont prêté Harry Potter et son ami Ron.
Quant à Blanchot,le fasciste antisémite transformé en respectable Robespierre, relisez le portrait qu'en fait Matzneff dans "Vous avez dit métèque ?", au chapitre intitulé" "Les délateurs de profession" (La Table Ronde, 2008).

206 - Le 20/06/2012 par Lorrain

Je voudrais dire qu'en tout cas on peut ne pas aimer Blanchot, mais qu'il n'a jamais été antisémite.

207 - Le 20/06/2012 par Armelle & Co

Mais mon très cher Piton, vous ferais-je remarquer qu'en son com' (# 193), votre/notre fidèle ami Anatole portait déjà le portrait auquel vous faites allusion sur sa tête ? Il suffisait d'un clic...

PS : oui, mais pour ce qui concerne la supposée présence invisible de FL, il me semblait pourtant qu'aux dernières nouvelles - c'est Gab la Rafale qui l'a écrit - Frank Laganier sillonnait toute l'Asie en famille pour y travailler, et j'ai du mal à croire qu'il ait du temps à nous faire des farceries. Je ne suis plus née dans les choux non plus, vous savez !

208 - Le 20/06/2012 par Piton

Cher Lorrain (207), avez-vous "Vous avez dit métèque ?" sous la main ? Avez-vous, avant d'écrire votre note 207, relu le chapitre auquel je fais allusion ? Blanchot a été un fasciste, un antisémite notoire. Et si vous ne croyez pas Matzneff, lisez la biographie de Dominique Aury par Angie David, vous serez édifié.
Quant à Frank Laganier, où, chère Armelle, Matzneff a-t-il donner des renseignement sur la vie privée de celui-ci ? Ce n'est pas son genre. Indiquez la référence, je vous prie. D'ailleurs, qu'il soit en France, en Chine ou ailleurs, le créateur et webmaster d'un site Internet peut très bien le contrôler, le surveiller, le diriger, de là où il est. Son actuelle adresse ne regarde personne et n'a aucune importance.

209 - Le 20/06/2012 par Gisèle R. de Spa

Lorrain, ne pourrait-on, dès lors, vous rétorquer que là où il est, tout ça n'a peut-être plus beaucoup d'importance ? Car "Dieu" saura bien reconnaître les siens, jusqu'au "Jugement dernier"... Auquel, contrairement aux élans obstinés de Gab la Rafale, il a peut-être commis l'erreur de ne croire pas ?

210 - Le 20/06/2012 par Armelle

Cher Piton, il me semblait pourtant avoir rencontré quelques indices dans ses "Carnets" ou alors son roman électronique. Gabriel Matzneff cite souvent Frank Laganier pour en dire du bien. Et ceux qui se rendent sur FB n'ignorent pas qu'il réside à Shangaï en famille. Je ne vois pas en quoi il puisse y avoir atteinte à sa vie privée. Même si, à juste titre, vous pointez que cela n'a guère d'importance, et que le fait de s'imaginer que le webmaster de Matzneff vit en Chine lointaine peut séduire la tintinesque curieuse que je suis.

211 - Le 21/06/2012 par Harry

Ce n'est pas que Blanchot ait été un fasciste antisémite qui choque Angie David et Gabriel Matzneff, il y en a eu beaucouyp d'autres, et d'une autre envergure que Blanchot (je pense à Rebatet sur lequel Matzneff a écrit de belles pages dans "L'Archange aux pieds fourchus", "Elie et Phaéton", "Le Dîner des mousquetaires"), c'est que, ayant retourné sa veste, Blanchot se soit, comme dit Piton, transformé en Robespierre à la Libération, devint le pire des épurateurs, dénonça ses anciens amis politiques. C'est cela qui est dégueulasse.

212 - Le 21/06/2012 par Post Scriptboum

J'aimerais ajouter, tant je bouillonne devant l'injustice de certains reproches gratuits - que le sempiternel débat sur ce qui est du ressort de la vie privée ou pas me fait souvent penser - et en sourire - à ces personnes qui vous recommandent avec force regards appuyés, de ne surtout jamais livrer leur numéro de téléphone à quiconque sans leur permission, dès lors que le même numéro se trouve dans l'annuaire téléphonique avec même l'adresse privée en prime. Mieux ou pire : qu'y-a-t-il de soit-disant plus personnel qu'un numéro de compte bancaire ? Or, à chaque chèque émis, tout y est mis, y compris notre signature... Si vous voyez ce que je veux dire ? Que ceux qui n'ont jamais été débités pour des transactions excécutées par des voyous me jettent la première pierre ! In fine, il existe aussi des personnes qui vous font jurer sur le bois et le fer de l'enfer de garder un secret. Lequel secret - vous l'apprenez un jour par hasard - est celui du polichinelle.

NB : Désolée pour ce hors sujet, mais il me semble qu'il faudrait tempérer cette nouvelle psychose sur la "vie privée" qui sévit depuis l'internet. Je pense qu'il n'est pas impossible qu'elle soit alimentée par ceux-là même qui voudraient tout mieux contrôler.

213 - Le 21/06/2012 par Armelle

Henry, désolée encore, nous nous sommes croisés. Les dénonciateurs sont des ordures, c'est clair.

214 - Le 21/06/2012 par Lorrain

Cher Piton (209), oui je vais lire la biographie d'Angie David, mais je suis dubitatif sur l'antisémitisme de Blanchot, dont le meilleur ami fut dès avant la Guerre le philosophe E. Lévinas. Quant aux dénonciations dont vous parlez, j'ai lu tous les textes parus dans les journaux à l'époque, qui ont été repris par Gallimard ces dernières années, et je n'ai rien senti de tel. Mais je vais creuser la question ! Merci en tout cas de m'avoir répondu.

215 - Le 21/06/2012 par Piton

Vous pouvez, cher Lorrain, être également dubitatif sur le fait que la Terre est ronde. Quant à Postscriptboum, je me permets de lui rappeler qu'en démocratie le respect de la vie privée est un droit sacro-saint. C'est dans les pays totalitaires que la vie privée n'existe pas.

216 - Le 21/06/2012 par Lorrain

Cher Piton, vous êtes vraiment drôle : vous voulez peut-être m'entraîner vers la philosophie de Wittgenstein ? Pourquoi pas, au contraire !

"Est-il donc possible de faire l'hypothèse que n'existent pas tous les objets qui nous entourent ? Cette hypothèse ne serait-elle pas semblable à celle selon laquelle nous nous sommes trompés dans nos calculs ?" ("De la certitude", § 55)

Et plus loin : "We are satisfied that the earth is round..."

Traduction : La terre est ronde, nous nous y tenons.

Ai-je bien répondu à votre question, Piton ?

217 - Le 21/06/2012 par Victor de Bruxelles

Cher Piton, si je peux me permettre d'intervenir ? J'ai comme qui dirait, l'impression que le commentaire d'Armelle tentait d'exprimer tout autre chose... Car tout dépend, à mon "humble avis", de ce que l'on entend exactement par le respect de la vie privée, et ce qui en délimite les règles, bien souvent inhérentes aux us et coutumes propres à chaque culture et pays.

Le respect de la vie privée ne serait-il plutôt une question de savoir-vivre, d'éducation ou de sensibilité ? Et non tributaires d'oukases plus fantaisistes les uns que les autres ?
Pour ne citer qu'un exemple. Lors d'un séjour aux USA, et un autre au Japon, je fus le premier effaré de constater, lors d'une réception anodine, que cela ne semblait déranger quiconque que le premier zozo inconnu venu se permette de me demander mon âge ; ma profession ; si j'étais marié avec ou sans enfants. Et, le comble, à combien s'élevait mon salaire ! Fallait le faire.

Non, ce qui est inadmissible et tragique dans les régimes totalitaires, ce sont les délations utilisées pour ficher les gens en prison, et non de savoir si l'on vit à Singapour ou à Tintaville-les-Bains-de-pieds.

218 - Le 22/06/2012 par Piton

Cher Lorrain,des gens très sérieux ont nié que la Terre fût ronde, ils la croyaient plate. L'un d'eux est un des auteurs de prédilection de Gabriel Matzneff, il en a encore parlé hier soir à la radio. Si c'était votre cas vous seriez donc en très bonne compagnie.Cela dit, la Terre est ronde et la canaille Blanchot un ex-fasciste raciste converti, quand le vent a tourné, en intello de gauche, hystérique dénonciateur de ses anciens amis politiques. Ce n'est pas d'avoir changé d'avis qui fait de lui un personnage méprisable, c'est arrivé, à la même époque, à des gens très bien, Claude Roy par exemple, mais c'est de s'être aussitôt transformé en pharisien et en délateur. Lisez "Vous avez dit métèque ?", lisez le "Dominique Aury" d'Angie David, vous serez édifié.

219 - Le 22/06/2012 par Lorrain

Cher Piton, merci de votre réponse si pleine d'ironie. En attendant, dois-je vous rappeler que Cioran en personne avait écrit un texte sur Blanchot, texte fort critique mais dénué de toute invective ? C'était paru dans "La nouvelle Nouvelle revue française" du 1er décembre 1953 sous le titre "La fin du roman". Cioran y faisait une démonstration d'une très grande précision, sans sous-estimer un seul instant son adversaire, mais au contraire en l'ayant parfaitement lu et compris. Son sens de la dialectique y faisait merveille, et je relis encore aujourd'hui ces phrases avec émerveillement, comme : "On ne saurait... méditer assez sur le cas Blanchot, un des rares contemporains à avoir fait une expérience originelle de la... littérature." Voilà ce que disait Cioran dans cette remarquable diatribe, qui ouvre des horizons sur la pensée contemporaine - même si c'était pour s'en éloigner radicalement. On était là à un haut niveau intellectuel, qu'aujourd'hui on retrouve rarement, surtout lorsque c'est pour se moquer de ceux qui croient ou non que la terre est ronde. Je le regrette, pour ma part. Ceci dit très cordialement. "La haine de la dialectique les a conduits dans cette fosse à purin." (Guy Debord)

220 - Le 23/06/2012 par Piton

Olala ! Pitié ! Si je vous ai conseillé de lire Matzneff, c'est parce que nous sommes sur le site consacré à Matzneff, non sur le site Cioran ou le site Debord, et qu'il me semblait naturel de vous conseiller la lecture du dernier recueil de textes de Matzneff. Si cela ne vous plait pas, tant pis, mais pour moi cette conversation avec un sourd est terminée.

221 - Le 23/06/2012 par Lorrain

Ce n'était qu'un débat, arrêtons le combut !

222 - Le 23/06/2012 par Hervé

@Piton (219) Ai-je bien lu : GM était sur les ondes cette semaine ?

Pouvez-vous préciser ? Où ? Quand ?
Peut-être pouvez-vous relater son propos ?

Plus généralement, il serait agréable (et, en réalité, attendu !) que les membres de ce site informent les autres des rendez-vous matznéviens à la télévision, à la radio, en librairie...etc.

Partageons notre plaisir !

223 - Le 23/06/2012 par Vérabambelle de Bruxelles

Cher Hervé, vouiche ! Depuis hier, j'ai vainement cherché moi aussi.
C'est vrai chat, cher Piton, que vous auriez au moins pu vous fendre de nous indiquer la chaîne ou que sais-je ?
NB : mais peut-être que le webmaître, Frank Laganier, centralisera tout un jour à la rubrique "audio-vidéo" du septième onglet à gauche ?

224 - Le 24/06/2012 par Anatole

C'est chez son amie Catherine Rouvier (la "Catherine R." des "Emiles de Gab la Rafale") que Gabriel Matzneff s'est, la semaine dernière, exprimé par la voie des ondes. Il présentait son prochain livre, "Monsieur le comte monte en ballon"

Vous pouvez écouter l'émission sur le site de Radio-Courtoisie (un clic sur mon nom), mais dépêchez-vous, elle n'y restera que quelques jours.

225 - Le 24/06/2012 par Oxymore

Merci Anatole ! Ce fut, en vérité, un bon long moment tout à fait exquis !!! Car pour ceux qui sont dans le secret, le stoïsisme de Matzneff est plus qu'exemplaire. http://www.radiocourtoisie.fr/3894/libre-journal-de-catherine-rouvier-du-21-juin-2012-ballons-et-parachutes-la-droite-famille-recomposee/

A un moment où Gilles Monplaisir est cité, malgré que cela la réjouisse, ma compagne m'a avoué avoir tiqué un tantinet. Cela non sans une pointe d'amertume inavouable et "pécheresse"... Je fonde en tout cas l'espoir ou le souhait, que le jour où Gilles Monplaisir publiera son Journal intime, il ne manquera d'évoquer l'étrange échange de quelques émiles musagètes qui sont dans l'ombre. :-)

226 - Le 24/06/2012 par Elizavièta

Cher Oxymore, je sais à quoi vous faites allusion, mais sachez que la personne qui s'est confiée à votre compagne est aussi devenue ma meilleure amie par affinités matznevienne. Nulle amertume ni détours manipulatoires de sa part. Car comme pour les mots, elle pense que les bonnes idées appartiennent à tout le monde, et que le rôle de "l'inconscient" est la chose la plus mystérieuse et curieuse qu'elle ait observé lors de ces trente dernières années.D'un tempérament un tantinet fataliste ou oblomoviste, mon amie estime qu'elle "navèka" ! (sic) Accepter ses limites avec modestie n'est-il le premier signe de l'intelligence ?

En tous les cas, l'entretien mené par Catherine Rouvier que vous renseignez, et pour lequel je vous remercie aussi, fut très roboratif. Visiblement Gab la Raffale est son grand chou-chou (aussi)... On aurait bien tort de bouder son plaisir !

PS : c'est drôle comme tout, je vois que le mot proposé ci-bas pour la "protection anti-spam" de l'envoi de mon commentaire, est le verbe "OSEZ"...

227 - Le 24/06/2012 par Etourdie

matzneviennes avec s

228 - Le 25/06/2012 par Lulu

Le passage de l'émission où notre écrivain favori parle longuement des tongs à Catherine Rouvier est formidable, ça valait le déplacement de Naples à Paris !

229 - Le 28/06/2012 par Barbara

J'ai bien noté la date de parution du nouveau livre de Gab la Rafale, "Monsieur le comte monte en ballon" : le 4 juillet. Mais dès aujourd'hui on peut acheter dans les kiosques le numéro 1 d'une revue d'art où Gabriel publie un magnifique article : c'est la revue intitulée PrussianBlue.

230 - Le 28/06/2012 par Mécénat socialiste

A propos d'Aurélie Filippetti, un bon point que signale "Le Canard enchaîné" de cette semaine : la ministre de la Culture a fait "capoter une réforme voulue par Bercy et Matignon, en l'occurrence une réduction de l'avantage fiscal pour le mécénat d'entreprise à des fins culturelles...". Bonne nouvelle pour les artistes et les écrivains en particulier. Que cette sympathique ministre continue dans cette voie, et nous aurons enfin un "président-soleil" !

231 - Le 28/06/2012 par Oxymore

Bof... Rien de nouveau sous le soleil. Mais je suppose que vous ironisez ? Pour ma part, le seul vrai mécénat devrait être celui qui donne sans attendre rien en retour d'autre que le plaisir d'admirer et soutenir celui à qui il donne. Peut-être va-t-on enfin découvrir qui étaient en définitive les véritables mécènes de coeur et d'esprit, et non des opportunistes ? Même si ceux qui préfèrent rester dans l'ombre et dont la main droite ignore ce que donne la gauche, comme dans la parabole, n'ont jamais été légion. A propos, je serais curieuse de savoir ce qu'en pense Jean-Luc Mélanchon ?

232 - Le 28/06/2012 par Gomme

Jean-Luc Mélenchon, pardon ! Et je serais curieux et curieuse, bien évidemment.

233 - Le 28/06/2012 par ....

et non curieuse, décidément.

234 - Le 29/06/2012 par Paulo Lacoste

Mélanchon est une ordure trotskyste, qui ne rêve bien sûr que d'un art académique sous contrôle. Le contraire d'un mécène, le contraire d'un dandy. Même Jérôme Leroy (cf. son blog) le déteste...

235 - Le 29/06/2012 par Marie

Espérons que Vuitton avec sa façon désinvolte d'envahir ce site (et en anglais, circonstance aggravante)offre de temps à autre, pour se faire pardonner, une belle malle ou une jolie valise à Gabriel Matzneff !
Merci à Barbara (230) de nous avoir signalé Prussianblue. Et moi aussi je guette le 4 juillet pour monter avec le comte en ballon !
"Une ordure trotskyste" (Paulo Lacoste, 237). Mélanchon est un homme très bien, le seul candidat de gauche (à la présidentielle)qui donnait envie de voter pour lui, le contraire d'une "ordure". Et Trotzky (qu'a publié l'éditeur et écrivain Dominique de Roux, grand ami de Gabriel Matzneff)n'est pas quelqu'un dont on se débarrasse avec une épithète injurieuse.

236 - Le 29/06/2012 par Sonia

Marie, pour Vuitton, je vous rejoins en pensées, car figurez-vous que j'y avais songé aussi ! Quoique, maintenant en revoyant les prix affichés, il n'est à exclure qu'il s'agit peut-être de contre-façons sévèrement punissables par les lois internationales ? Décidément les pirates ne changeront jamais !
Quand à Mélanchon, malgré que je ne sois directement concernée, depuis qu'en son commentaire (82), "Surpris" nous ait invités à nous y percher de plus près, pas une seule fois je n'ai été déçue. Son franc-parler spontané d'homme passionné, et que d'aucuns confondent à tort avec de la grossièreté - car lui au moins il lit ! - m'a semblé tellement éloigné des discours formatés de la politique marqueting, que je pense qu'il serait fort dommage de passer à côté. A mon humble avis...
PS : Chouette ! Plus que quatre nuits à dormir avant de se rallier aux guetteurs du grand envol spadien de ce coquin de Monsieur le comte !

237 - Le 30/06/2012 par Paulo Lacoste (à deux balles)

Ce serait intéressant de connaître l'avis de Matzneff sur Mélanchon : mais je vois déjà avec amusement que ses lectrices se sont laissé prendre aux propos roublards de l'infâme trotskyste ! Regardez dans les livres d'histoire et vous comprendrez ! Le ventre est fécond d'où sort la bête immonde, et le FN de Marine Le Pen est bien là, et dangereusement, pour nous le montrer. Moi, je n'ai voté pour personne, ce qui choque quelques-uns de mes amis; je suis resté chez moi à boire de la bière, comme un Oblomov de comptoir.

238 - Le 30/06/2012 par Vérabambelle de Bruxelles

Cher Paulo Lacoste, peut-être que ces "lectrices qui se laissent prendre" - le terme est joli - aèrent leurs dents et ne votent pas davantage ? Certaines sont très oblomovistes - fatalistes - aussi vous savez. Sauf qu'à la bière, de loin, elles préfèrent le bon vin !

NB : Quant à moi, j'aurais voté pour le diable en personne pour que ni la Royal ni la Marine ne l'emportassent... Déjà que la "victoire" de sa trop jeune nièce - ma foi fort jolie, la "pétasse" - nous prouve que le show politico-marketinge à la française a encore de très mauvais jours devant lui. Mais comme le pouvoir aurait, dit-on, une puissance "aphrodisiaque" hors du commun, espérons qu'elle tombe raide dingue amoureuse d'un fougueux trotskyste de renom. Et qu'on n'en parle plus !
PS : A propos, Mélanchon, a-t-il des fils ? §(*_°)§

239 - Le 30/06/2012 par Paulo Lacoste (deluxe)

A Véra : vous dites cela sur les bières, alors qu'il y en a de si bonnes à Bruxelles ! Nulle n'est prophète en son pays ! Rassurez-vous, j'aime aussi beaucoup le vin (notamment le saint-émilion), mais il m'arrive volontiers de faire un détour pour boire une excellente Gueuze !

240 - Le 30/06/2012 par Surpris

Prêt pour le voyage ? un petit clic sur mon chapeau !
Pauvre de vous Monsieur 237 ! Je ne rajouterais rien à ce que disent très bien Marie (238) et Sonia (239)...Il vaut sans doute mieux être dans l'air du temps et se présenter sous l'étiquette FN comme C.Rouvier !

241 - Le 30/06/2012 par Sonia c'est pas moi ! <°)))))))))-->->

Très cher Surpris, là vous m'étonnez... Du FN, Catherine Rouvier, elle serait ? Première nouvelle. Moi, quidam, j'entends surtout que sous le slogan de "Radio Courtoisie", les gens y sont surtout et avant tout très polis et se marrent comme des petits fous, avec beaucoup de légèreté et d'esprit. Et s'expriment, c'est utile pour l'exemple, en un joli français. Et non comme sur ces chaînes si bien épinglées par notre "Energumène", il y a peu. Et pis c'est tout. Néanmoins, merci pour pour votre chapeau. Il me revient bien, car je l'avais perdu lors d'une perte de "marteau" (PV)

242 - Le 30/06/2012 par <°)))))))))-->-> (

Pardon, pas PV mais PJ :)

243 - Le 30/06/2012 par # 245

A oui, cher Surpris, j'oubliais. Savez-vous depuis quand ce texte introuvable se trouve sur Rapminot, alias Wikipédia ?

244 - Le 30/06/2012 par bruno

Bonjour
Comme on peut le lire dans l'historique de cette page :
http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Voyage_a%C3%A9rien_de_Paris_%C3%A0_Spa&action=history

donc, depuis le 5 février 2009

245 - Le 30/06/2012 par Merci

Merci. A lot, dear Bruno !

246 - Le 01/07/2012 par Surpris

Chère Sonia (245) oui hélas ! (à mon sens) c'est vrai, je suis d'accord avec vous mais..sur mon chapeau, vous trouverez la confirmation.....
Bref...passons , je vais me consoler aujourd'hui avec les douze poèmes en E.O. signé par GM, que je viens de me procurer à prix d'or certes mais heureux de cette acquisition !

247 - Le 01/07/2012 par Pas surpris pour un sou

Sur la photo, Catherine Rouvier ressemble à Pierre Boutang, physiquement. Notre Gabriel Matzneff a toujours été fidèle à l'idée royaliste, tendance romanov, en l'occurrence. Pourquoi pas. J'attends avec impatience de pouvoir lire son prochain livre, qui, je l'espère, nous en apprendra un peu plus là-dessus.

PS. Tout ceci ne voulant pas dire que Catherine Rouvier est un astre intellectuel ni politique; ni que Matzneff vote FN !...

248 - Le 01/07/2012 par Vérabambelle de Bruxelles

Oui oui, cher "Pas surpris pour un sou", d'accord avec vous, mais fidèle à "l'idée" (royaliste) seulement. Celle des fameux Mousquetaires du Roy d'Alexandre Dumas ! Au même titre que nous, les femmes, pouvons l'être par le truchement des contes de notre enfance, sans pour autant croire aux princes charmants.

D'ailleurs, Gabriel Matzneff - mais je ne vous apprends rien - est très clair sur le sujet, lorsqu'il en parle. Jamais il ne se laisse embrigader par quelque mouvement de récupération que ce soit. Vous dirais-je qu'il est comme le chat ?

La comparaison n'est pas de moi, mais j'ai pu, par chance et mon "expérience", vérifier qu'elle lui va comme une paire de gant. Trop de lecteurs, à mon sens, ont tenté de l'attirer dans les parts d'ombre de leurs propres galops d'enfer, dès lors que lui il cherchait avant tout la "lumière". (Je mets des guillemets, parce que ce vocable a pris des connotations un peu mièvre depuis je ne sais plus trop quand. Sur Internet, peut-être ?)

Pour Catherine Rouvier - à chacun son métier - mais je me dis que c'est inouï à quel point, quelquefois, une voix joyeuse peut correspondre si peu à l'expression d'un visage pris en photo. En tout cas, si c'est grâce à elle que la Marine Le Pen etc. c'est tant mieux !

249 - Le 01/07/2012 par 252

gants ?

250 - Le 01/07/2012 par 252

mièvres


Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires sur cette chronique

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page