Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Vu d’Italie

Chronique du 25/09/2016

Durant tout le mois d’août, comme aux temps bénis de la feue piscine Deligny (« fugit irreparabile tempus » soupire Virgile, un poète dont, avec raison, Mme Vajaud-Belkacem recommande la lecture à nos chères têtes blondes), je n’ai pas bougé de Paris ; mais début septembre je suis reparti pour l’Italie, et c’est d’une tranquille bourgade de la côte ligure que j’observe les événements qui agitent le monde.

Le mur que l’actuel gouvernement français s’apprête à ériger à Calais excite la verve de la presse italienne qui prend plaisir à nous rappeler les commentaires indignés que le mur du cruel Walter Ulbricht, le mur du méchant Netanyahu, le mur du fasciste Horban, le mur du vilain Trump ont inspirés et inspirent aux belles âmes de l’intelligentsia parisienne. Nous autres, Français, nous sommes toujours si contents de nous, si gonflés de notre bonne conscience, nous ne perdons jamais une occasion de faire la leçon à autrui.

Hélas, aujourd’hui, il ne s’agit pas d’un mur allemand, ni d’un mur israélien, ni d’un mur hongrois, ni d’un mur américain. Ce mur de Calais, ce sont les Français qui vont le construire, c’est un mur bien de chez nous. Le gouvernement français en avait déjà construit un autre durant la Deuxième Guerre mondiale. La différence est que le mur de l’Atlantique avait été commandé par les Allemands, au lieu que celui de la Manche l’est pas les Anglais. A ce détail près, nous avons plaisir à noter chez le maréchal Philippe Pétain et le président François Hollande une même vocation de maçon, que dis-je de maçon ! d’architecte, de bâtisseur ! Il y a là une splendide continuité, un exemple de cette permanence de l’Etat que, si j’étais professeur à Sciences Po, je proposerais comme thème de réflexion à mes étudiants.

Les Italiens ne s’interrogent pas seulement sur notre béton et nos barbelés ; ils sont également intrigués par les burkinis des plages de la Côte d’Azur et les shorts de Toulon ; ont l’impression que par les temps qui courent il ne fait pas bon en France être une femme. Que vous soyez couverte de la tête aux pieds ou, telle la Perrette de La Fontaine, « légère et court vêtue », vous vous faîtes semblablement insulter, cracher dessus, casser la figure.

Cela dit, dans la belle Italie, les misogynes et les machos ne sont pas, à l’encontre des éléphants d’Afrique, une espèce en voie de disparition. Au contraire, ils n’ont jamais été aussi bruyants, arrogants. Nous le prouve quotidiennement le ton extraordinairement grossier, méprisant, goujat sur lequel la jeune maire de Rome, Virginia Raggi, est traitée par la droite post-berlusconienne, la social-démocratie du Premier ministre Renzi, sans oublier le Vatican qui, lui aussi, n’y va pas avec le dos de la cuillère. En cette occasion, progressistes ou réactionnaires, anticléricaux ou ensoutanés, les phallocrates font chorus. Les grands quotidiens, La Repubblica, le Corriere della Sera, L’Osservatore Romano multiplient les articles sur le chaos qui règne à la mairie de Rome, sur Rome qui n’est pas gouvernée, sur Rome laissée à l’abandon, sur la nullité de la maire nouvellement élue. Seuls quelques journaux plus confidentiels, à droite Il Foglio, à gauche Il Fatto quotidiano (qui, soit dit par parenthèse, sont les deux plus intelligents et intéressants journaux d’Italie), prennent la défense de Virginia Raggi, mettent en lumière la mauvaise foi de ses zoïles, démontrent que la tempête destinée à déstabiliser, affaiblir le Mouvement Cinque Stelle qui a triomphé lors de l’élection du nouveau maire de Rome, n’est qu’une tempête dans un verre d’eau, exigent qu’à présent la cabale prenne fin ; qu’on laisse Virginia Raggi travailler, appliquer le programme pour lequel près de 70% des Romains l’ont élue.

Je me tiens ici la bride courte, ne voulant pas lasser ceux de nos lecteurs que les querelles romaines ne captivent pas, mais j’attire l’attention de Mmes Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet sur le cas de la brillante et courageuse Virginia Raggi ; je leur demande de lui témoigner leur soutien, leur solidarité. Jamais ces messieurs les rouleurs de mécaniques ne se permettraient de traiter de la sorte le maire de Rome si celui-ci était un moustachu. Le précédent, Ignazio Marino, qui était un barbu, ils l’ont attaqué, insulté, mais ils ne parlaient pas de lui sur cet insupportable ton de condescendance, de dérision qu’ils utilisent avec Virginia Raggi. Femmes politiques de tous les pays, unissez-vous !

Gabriel Matzneff
www.le point.fr
12 septembre 2016


Commentaires

1 - Le 26/09/2016 par [Spam supprimé]

2 - Le 27/09/2016 par Y aurait-il un...

... bon traducteur dans la salle ? Que vient donc faire par-ici un visa pour le Congo Brazzaville en anglais, on se le demande, dès lors que Gabriel Matzneff nous invite, nous presse aimablement, à se pencher vers l'Italie et ses femmes ? Celle, entre autres, de " Mamma, li Turchi ! ", un roman (prémonitoire) publié à La Table Ronde en l'an 2000. N.B. Un ancien chouette lien URL, en annexe.

3 - Le 27/09/2016 par ... au # 2

Du mois de janvier 2011, merci.

4 - Le 27/09/2016 par Virgile....

....prétend que le temps s'échappe indomptable,
mais seuls les yeux ne vieillissent jamais. L'âge passe et ne touche pas le regard (Tahar Ben Jelloun)
Vos trois premières lignes, cher Monsieur Matzneff

5 - Le 27/09/2016 par Juste un...

... murmure, en lien.

6 - Le 28/09/2016 par Mutisme

Lors de mes navigations intempestives sur le réseau prétendûment social d'un jeune milliardaire, j'ai cru comprendre que c'est aux Arabes qu'il revient d'attribuer un vieil adage disant qu'il vaut mieux se taire si ce que l'on a à dire n'est pas plus beau que le silence. Dans sa vieillesse, ma Nonna Olga traitait souvent sa coquette de fille de "poustaslovka", du verbe russe - intraduisible en français ? - "poustaslovite" ; ce qu'elle considérait comme "un péché" pas toujours véniel ; tant elle se reprochait d'avoir elle-même, en son jeune temps, trop parler, par insouciance, inconscience, au point d'avoir peut-être été la cause indirecte de l'emprisonnement de son brillant mari adoré qui périt en camps de concentration sous l'ère stalinienne. Mot-clef : Trotski...

7 - Le 28/09/2016 par 1972...

Sur le pont, jamais sous. En Avignon, ville des papes mais aussi de la ravissante Marthe Keller de Germanie.

Quant aux murs évoqués plus haut, ils ne les emporteront pas au Paradis, les brutes ! (Le plus cruel d'entre tout sera toujours de se soumettre à l'étrange Fatalité qui a voulu que tant d'innocentes victimes soient sacrifiées pour de prétendûment desseins "plus grands", ndlr...)

8 - Le 29/09/2016 par Liber

À lire : "Vous avez dit métèque ? - Gabriel Matzneff, publié en 2008 à "La Table Ronde", en pleins feux de la période électorale.

9 - Le 29/09/2016 par Raphaël R. *

Au # 8, oh que oui ! *
Un profond merci du conseil.

10 - Le 29/09/2016 par X

*** ^Ô^ * ^Ô^ * ^Ô^ ***

11 - Le 29/09/2016 par Vendredi

<*))))))><<(

12 - Le 30/09/2016 par Amateuse... ©

... en peinture. Pesle-mesle, sans cesse l'histoire se renouvelle - en un mélimélo bohème ©.

13 - Le 01/10/2016 par La Nonna Olga S. née Z.

Comment dire ? Un(e) Russe de souche et Belge d'adoption ou alors quoi ?
Une Allemande (1) de souche et Belge d'adoption à la fois ? Quand donc sortirons-nous des auberges ?

(1) À Ouffet, pour ma petite-fille Bepa C., jadis, ils disaient "la petite Boche" (sic).

P.S. À propos de ceux qui s'inspirent ou tentent d'imiter Monsieur Matzneff, qui a dit ? "D'accord, copiez-moi, pourquoi pas ? Mais alors, copiez-moi bien !" Ce qui est rarement le cas puisque son style est roi (ndlr).

14 - Le 02/10/2016 par Chère Vénérable Bonne Maman

C'est plutôt dans l'Auberge Espagnole que l'on entre.(c'est du sourire de souris ; ce n'est pas méchant)

Chaque style d'écriture est personnel et inimitable à mon avis lorsqu'il n'y a pas plagiat. Mais il faut admettre aussi que si le moule d'origine ainsi forgé est unique, sa façon dépend bien aussi de l'influence d'autres modèles. Et comment en pourrait-il être autrement
(D Roucou)






+++++++++++++++++++++

15 - Le 03/10/2016 par Dvd.

Pour en revenir à la chronique ci-dessus, il est vrai que les dames ayant accès aux responsabilités sont bien plus enclines et disponibles à l'attention, à l'écoute puis à la discussion et échange pour une construction et harmonie des plus enrichissantes. Parfois, car ce n'est pas une généralité, les messieurs de leur intransigeance cassante à effets de manche, ne perdent jamais de vue leurs rivalités d'entre chefs et ambitions d'ascension. Je l'ai bien vécu en entreprise. Le machisme dont parle Monsieur Matzneff s'est d'ailleurs étalé dans toute sa splendeur lorsque Madame Edith Cresson, désignée par François Mitterrand expérimenta les fonctions de Premier Ministre.

16 - Le 03/10/2016 par Une archiduchesse...

... de l'ombre.

Chère ou cher Dvd, j'imagine que si un lecteur(trice) devait se remettre à penser à la royale quakeresse (sic), je me dis que votre propos ne convainc point. Ou alors modérément. N.B. Avez-vous vu/lu la nouvelle Chronique pétillante sise au Bénitier ?

17 - Le 03/10/2016 par Oui, j'ai lu....

.... et comme le fait remarquer Monsieur Matzneff en citant Benoît XVI, cela prouve bien que chacun de nous, en ce monde, ne sommes pas inutiles, du plus obscur clochard à la plus grande célébrité. Ne souligne pas t-on dans le rite catholique, lors de célébrations de funérailles : "Pour tout ce qu'il a fait de vrai, de beau et de grand dans sa vie"

18 - Le 03/10/2016 par Bepa C.

À mon avis, l'élégant pape Benoît XVI a dû beaucoup lire Dostoïevski... Qui sait ?

19 - Le 04/10/2016 par Sophie

Certes le Pétrone que célèbre en ce 4 octobre l'église catholique n'est pas celui cher au coeur de Gabriel Matzneff, mais qu'il me soit cependant permis de placer sous son invocation cette journée décisive. Sursum corda, cher Gab La Rafale !

20 - Le 04/10/2016 par Oui...

....Et c'est une belle journée ! le soleil est revenu ! Je vais ouvrir une bonne bouteille. Belle fête très Saint Père !

21 - Le 04/10/2016 par Églantine de S-F

Coucou ! Et pour la bonne bouteille, je propose que vous la dégustiez tous ensemble en un joli jardin du passé dont un lien ci-joint. Qu'en penserait le très Saint Père ?

22 - Le 04/10/2016 par Chère Eglantine

C'est fait ! Nous l'avons bue ce midi à trois. Maman était si contente. Le Saint Père, mais il est Argentin. Ne dit-on pas aussi que le bon vin réjouit le coeur de l'homme ? Je ne sais pas de qui ça vient. Certainement pas de l'Evangile, comme je l'ai longtemps cru à tort, mais peut-être d'un Latin et Ancien ?

23 - Le 04/10/2016 par Ca y est !

C'est de la Bible ! l'Ecclesiaste ! On est en pleine Sagesse !

24 - Le 04/10/2016 par Pas de soucis ♫

Et des Noces de Canna, vous en faites quoi, cher Ça y est ! du com' numéro 24 ?

25 - Le 04/10/2016 par Rapminot

Hum. Cana, rien qu'un seul N et souci sans S, bien entendu.

26 - Le 04/10/2016 par Véra S.

Cher 23, pour le vin qui réchauffe le cœur de l'homme et de la femme, la talentueuse Juliette le chante itou - mis en lien. J'aime beaucoup aussi sa belle voix de gorge pleine et profonde, l'intelligence de ses textes.

27 - Le 04/10/2016 par Oui,Cher mon sans souci 25

C'est bien des Noces de Cana que m'est venue aussi cette confusion, comme à beaucoup. Mais c'est AUTRE CHOSE. La Vierge dit au Christ : "Ils n'ont plus de vin" et Jésus fait remplir les jarres d'eau, mais ne fait pas de commentaires. C'est le maître de maison qui s'étonne de ce que l'on sert de l'excellent vin alors que le repas est déjà bien entamé. Pour lui, le bon vin, c'était au départ, puis la "piquette" ensuite. Et tout le contraire s'est passé

28 - Le 04/10/2016 par Merci Chère Vera

Ca me fait penser à la chanson : Il était gai comme un Italien, quand il a de l'amour et du vin. C'était qui déjà cette dame ?

29 - Le 04/10/2016 par Ca y est !

Nicole Croisille : tu étais gai comme un italien quand il sait qu'il y aura de l'amour et du vin

30 - Le 04/10/2016 par V 27 à # 29

Laquelle ? Nicole ? Je préfère le style de Juliette...

31 - Le 04/10/2016 par C'est malin !

Vous m'avez devancée. 20:53

32 - Le 04/10/2016 par Il faut me pardonner !

j ' étais en effervescence hier

33 - Le 05/10/2016 par Gynécée...

À propos de la nouvelle Chronique du Bénitier de Gabriel Matzneff au Point - voir lien # 17 de l'archiduchesse - aux pieds nus ¹ du 3 octobre 2016 - j'ai souri en consultant rapminot (*) ce matin. À savoir que le couturier Annibale Gammarelli salué par Calamity Gab, fournit aussi les républicaines chaussures de MM François Fillon et Édouard Balladur. Si !

1. Nus, ses chaussettes n'ayant sans doute pas encore eu le temps de sécher...

34 - Le 05/10/2016 par Labyrinthe à Gynécée

(*) Ci-dessus, un lien pour les ignorant(e)s qui auraient le culot de ne savoir pas qui est "rapminot" par rapport à wikipédia. Avec toutes mes excuses anticipées pour l'éventuel hors-sujet.

35 - Le 05/10/2016 par pour le

36 - Le 05/10/2016 par Mais non mais non !

Voyons ! Votre Grâce (17), n'avez-vous donc plus la curiosité de connaître l'objet de l'effervescence qui anima le numéro 33 ?

37 - Le 05/10/2016 par Entrechat * * *

Arabesque, pirouette ou grand écart ***

38 - Le 06/10/2016 par Ni l'un, ni les deux ou trois....

....mais une sacrée dose d' autosatisfaction de pose d'oeillères.
et les Chinois ? et les Hindous ? et les Turcs ?
Faîtes Gaffe !!!
Eux, non marqués par le sceau du Baptême, par leur comportement humain,fraternel, pourraient bien en décaper de notre soi-disant blancheur !

39 - Le 06/10/2016 par Romain CLICALIAS

À qui donc vous adressiez-vous, cher ou chère "Ni l'un, ni les deux ou trois...." du 39 ? Admettons qu'en ces temps aux relents apocalyptiques - n'ayons plus peur des adjectifs gros - ceux que vous espérez voir décaper, pour le moment, pencheraient plus volontiers, même sans toujours le savoir, vers ceux qui décapitent, puisque l'islam n'est PAS une nationalité ni dans nos paysages ni dans nos contrées. Or !

40 - Le 06/10/2016 par Je m'adresse....

.... surtout aux contenus des liens.Et là, j'avoue que je suis très surpris de voir apparaître ces lignes (lien 38) sur un site Chrétien.Je suis en total accord avec le théologien Protestant Raphaël Picon qui dit que Jésus nous mène au Père et qu'il ne faut pas croire que tout autre chemin s'en trouve condamné. Le Père n'est-il pas une manière particulière d'un Dieu toujours plus enveloppant, embrassant et définitif

41 - Le 06/10/2016 par Quelques nouvelles...

42 - Le 07/10/2016 par Sophie

(44) L'ami en question a d'ailleurs épousé BB.

43 - Le 07/10/2016 par BB....

Ses yeux sont toujours aussi magnifiques. Ce n'est pas parce qu'elle a forci du visage..A 60 ans, je la trouvais mieux qu'à 3O.

44 - Le 07/10/2016 par S.B.F.

À Sophie (45) Même que Gabriel Matzneff l'évoque dans son Journal.

45 - Le 07/10/2016 par 48

Hum, je présente les excuses de ma distraite souris-arc-en-ciel.

46 - Le 07/10/2016 par Vendredi

Une pensée, juste en passant. Ou plutôt une interrogation en incise.
Lors de la prochaine visite du président Vladimir Poutine, prévue pour le 16 octobre 2016 à Paris, sait-on si un saut à la paroisse (cf. lien) de la rue Saint-Victor est prévu ?

47 - Le 07/10/2016 par 50

Trio !

48 - Le 08/10/2016 par Papiste à demi

Au * (18) alias "Oui j'ai lu..." du 3 octobre 2016. Ci-dessus, un lien qui mène à S.S. le pape Benoît XVI, un autre "prince de l'élégance" (sic).

49 - Le 08/10/2016 par La-Souris-qui-sourit ...

... au(x) chat(s) croise les doigts de ses petites pattes.

50 - Le 08/10/2016 par David Roucou

@ 51 : Merci pour la lecture. Bibliothèque de combat ! Mais vous m'avez donné du Ardu à lire ! Et puis, zut, c'est dimanche. J'ai envie de penser à autre chose, comme par exemple à des doigts de petites pattes de souris. Alors là, je pique de plus belle des crises. C'est plus que trop mignon. Ca va faire un an que ça dure. Mais je vais bien me soigner. Il parait qu'il faut manger beaucoup de chocolat

51 - Le 09/10/2016 par David

@Très cher 49,La visite du Président Vladimir Poutine aura lieu le I9 Octobre. Il va surtout rencontrer notre Président pour parler des affaires syriennes et ukrainiennes, et il ira inaugurer le nouveau centre culturel et spirituel russe situé quai Branly. Les dômes dorés de la cathédrale déjà inaugurée, ont été fabriqués en Bretagne. Que Sainte Anne, de son manteau, couvre aussi la Russie. Pouvez- vous me dire si les reliques de Saint Alexandre Nevski ont été retrouvées depuis le vol d'août 2OI2. (Un film admiré depuis l'âge de IO ans au collège)

52 - Le 09/10/2016 par Celui qui vient vers nous..

....avec l'épée, périra par l'épée.Je me rappelle bien de la citation de Alexandre Nevski ; c'était peut-être la dernière phrase du film sous-titré. Le prêtre professeur dans sa présentation, avant la projection,avait insisté sur cette inspiration de l'Evangile. Je m'en souviens bien.C'est vieux, I962.

53 - Le 09/10/2016 par Cinquante et un (*)

@ David Roucou, votre 53. Cher David, pour l'Ardu, j'ai pensé bien faire, c'est tout.
Car n'était-ce vous qui le 3 octobre, au # 18, rappeliez qu'en son Bénitier très pointu, Gabriel Matzneff soulignait les mérites auréolés d'espérance (*) et de discrétion du studieux et séduisant pape Benoît XVI ? (sourire)

54 - Le 09/10/2016 par Mais non

Je suis très content de ce lien.C'est du très haut et très beau. L'avantage, c'est d'avoir toutes les encycliques. Mais j'ai été trop gourmand. J'ai voulu en lire plusieurs. Et j'ai eu un goût d'indigestion.Je les reprendrai, mais plus calmement. En lire une de temps en temps. Encore merci de cette entière collection à disposition. Mais dans l'ambiance d'un samedi, avec une AGO annuelle de cousins, il est certain que ce n'était pas très propice

55 - Le 10/10/2016 par Iris G

À propos, mais qu'est donc une AGO ?

N.B. "Least but not least", n'ai point vu de Chronique au Bénitier ce lundi. Bizarre ?

56 - Le 10/10/2016 par Anonyme

N'était-ce le 10 ?

57 - Le 10/10/2016 par @ Chère c'est une belle couleur

AGO. Mais si ! Vous le savez ce que vous savez, car vous avez travaillé comme moi dans des bureaux et peut-être du monde des affaires.
La Chronique n'est pas forcément automatiquement hebdomadaire. Rappelons nous. Selon ses disponibilités, et en fonction de l'actualité m'avait dit au téléphone, quelqu'un de la rédaction du Point.

58 - Le 11/10/2016 par Iris G (*)

D'accord, cher 60 (...), mais c'était il y a 100 ans (*) ! (Je plaisante). Ceci étant, votre O (= ordinaire ?), me semble-t-il, n'était point en usage à la Banque Lambert ni plus tard.

Pour l'actualité, entre nous, je pense que pour ce coup-ci, le pingouin métamorphosé en grenouille s'est pris pour le bœuf de la Fable et qu'il vient de signer son arrêté de mort quant à sa candidature, pour toujours. Une fois encore, Gab le Rafale ‡ avait visé pile-poil !

‡ Peut-être son indisponibilité est-elle due à l'élaboration d'un BAT prévu pour le 21 octobre et déjà annoncé pour le 5 ?

59 - Le 11/10/2016 par Vous êtes trop gentille !

Chère Iris 61 ! M Degas!je l'ai vu en vrai dans votre lien. Le peintre de mon coin, de mes ruelles, de mon quartier..
François Hollande, dire qu'il s'y était aussi promené avec Mme Valérie, en fin d'été 2O11. Par contre, Mme Valérie y est revenue sans lui, je crois en 2OI3.
J'ai été très intéressé par le lien 59 (Anonyme) Parlons d'orthodoxie. Pensez-vous que je puisse y aller aussi ? et que je pourrais discuter avec ces dames Justine et Marie ? Je ne suis pas Orthodoxe. Alors je ne sais pas

60 - Le 11/10/2016 par Iris G (*)

62. Allez où ? À Paris (*) ? Vous êtes un comique vous, et je ne vois guère ce qui pourrait vous en empêcher. (J'ignore qui sont les dames Justine et Marie).

61 - Le 11/10/2016 par Tête en l'air (*)

Vous rendre au quai Branly (*), je suppose ?

62 - Le 11/10/2016 par Non

Aller sur le site. J'ai pensé qu'il avait siège en Belgique. Ces dames sont deux commentatrices. Elles ont bien discuté du voyage du Pape en Géorgie

63 - Le 11/10/2016 par Dulaurier

Le Diable ne sortira pas du bénitier le 21 octobre malgré ce que racontent les outils informatiques grippés de tel libraire en ligne. Pour le reste, laissons l'Archange goûter un repos bien mérité (cf. com' 20 et 44)

64 - Le 12/10/2016 par Nonna Olga

Ah ? Bonjour Monsieur Dulaurier ! Quelle belle surprise ! De mon vivant, de votre personne, ma petite-fille m'a souvent dit beaucoup de bien.

65 - Le 13/10/2016 par @ 66 Cher Monsieur Dulaurier

Vous êtes le Vrai du Ciel ! car dans votre commentaire, l'on perçoit que vous dégagez notre Ecrivain d'affaires accessoires qu'il a vécues, pour ne lui laisser le sublime qu'il a accompli (D)

Notre très chère Nonna Olga 67, je serai plus sceptique quant à vous, car lorsque l'on est angélisé, l'on ne se dit pas bonjour comme ça, comme si l'on se serrerait la main.Vous êtes sans arrêt, tous les deux côte à côte pour toujours.

66 - Le 13/10/2016 par Arthur du Point d'Alençon (D)

Cher Monsieur Dulaurier du 66,

Pour la non-sortie du bénitier le 21 octobre, il n'y a pas trop mal, il me semble, puisque la plupart des Chroniques sont logées sur le présent site que le webmestre, Frank Laganier, consacre à votre grand ami Nil.

67 - Le 13/10/2016 par 69

Prière de lire : pas trop "de" mal (dans l'immédiat).

À (68)&(D), puis-je vous demander avec qui et pourquoi la Nonna Olga 67 serait côte à côte sans arrêt et pour l'éternité ? N.B. Vous vous trompez GRAVE si vous imaginez qu'elle se croit "angéisée" !

68 - Le 13/10/2016 par Lire...

..."angélisée". Décidément !

69 - Le 13/10/2016 par Mais non je ne me trompe pas grave

Mme Nonna Olga née en I898 et décédée en I977
Celui qui a inspiré M Dulaurier né en I9O5, sûrement décédé mais en ??
(là, je ne sais pas)
Soyez assurée que votre grand-mère et M. Dulaurier sont ensemble au Royaume Divin. Essayez un peu de vous adresser à eux, et vous allez voir ce que vous allez voir. La pluie de grâces qui va vous tomber dessus va vous transformer en poussinette sans défenses, qui ne cherchera qu'à se blottir contre tout ce qui pourra la protéger ou rassurer

70 - Le 13/10/2016 par Péricope(s) ...

Bien, oublions, si vous permettez Messieurs, la chère Babouchka Olga ou son fantôme bienveillant et fantasque. Et ainsi dire que pour croquer le sympathique et craquant personnage de Monsieur Alphonse Dulaurier, Gabriel Matzneff ne s'est pas limité à un seul modèle mais à plusieurs. D'où une silhouette devenue un savoureux archétype entre le physique du critique Abramovitch, par exemple, ou celui d'Olivier Clément. Ce qui fut le cas, avant lecture du Journal intime, de Bepa C. et sa ribambelle...

71 - Le 13/10/2016 par Véra S.

73, hum... Non !

Il s'agit de Georges Adamovitch, de "La pensée russe" ancienne mouture, voyons !

72 - Le 13/10/2016 par A cappella...

Au 66, auto-proclamé Dulaurier, ce mardi 11/10/2016.

Par la même occasion, pensez-vous que votre/notre Archange dégusterait volontiers des pralines du chocolatier bruxellois préféré (en lien) de feu son ami Hergé ? N.B. Désolée pour le tout en anglais...

73 - Le 13/10/2016 par [Spam supprimé]

74 - Le 13/10/2016 par Je lisais ou relisais....(D)

....dans mon lit hier soir pour essayer de m'endormir ; mais notre Homme adorait le chocolat ! (Bld St Germain). Il a parlé d'un gâteau confectionné de cet ingrédient puis d'un punch qui rendait des princesses (des vraies ?) terriblement jolies, et il va de soi, les écrivains encore plus brillants

75 - Le 14/10/2016 par Lysandre * Vendredi

... C'est du joli ! Mais comment pouvez-vous, osez-vous, venir dire que vous lisez du Matzneff pour essayer de vous endormir ? Si j'étais très méchante, je vous conseillerais volontiers un auteur soporifique dont je préfère traire le nom célèbre. I'm "choquinge" !

(D), c'est quand même amusant, je trouve, que par la faute de ce "Recep masakan" 76 (...) votre commentaire a porté le numéro 77... *

76 - Le 14/10/2016 par J'ai cru que ....

.... c'était soporifique par exemple, la collection Harlequin très " fleur bleue". C'est ce que l'on m'avait dit. J'ai été très surpris ! Monsieur Matzneff à côté, c'est du gentillet de gentillet.

77 - Le 14/10/2016 par Sandra * Dimanche

Au 77 (D). Mais pourquoi donc conjuguez-vous au passé la sympathique gourmandise de l'Homme (...) Matzneff pour le chocolat ¹ ?

1. Celui du gâteau de Jacques de Ricaumont et dont la recette - très simple et dépourvue de farine ! - figure à la page 74 de ce joyau qu'est l'incomparable (j'insiste) récit intitulé "Boulevard Saint-Germain" qui vous a tant plu, vous aussi ou itou.

78 - Le 14/10/2016 par 4 x 20

Récit publié la première en 1998 !

79 - Le 14/10/2016 par Prière de lire...

... la première "fois".

80 - Le 15/10/2016 par Iris G des 61 & 63

À 62, par " Vous êtes trop gentille ! " du 11/10/2016.

Cher(s) 62, savez-vous que le Professeur de Latin, Alphonse Dulaurier, aurait eu - il a - 111 ans depuis le 3 septembre 2016 ? Et je vous assure qu'il ne les paraît pas ! Cette crème d'homme nous a simulé (sourire) un grand départ dans "Voici venir le Fiancé", publié à La Table Ronde & Gallimard... en 2006, en pleine campagne littérato-électorale (...).
Si vous voyez ce que je veux dire ?

N.B. Vous ou votre famille, avez-vous connu la défunte Cravache d'Or de Bruxelles etc. évoqués dans le lien supra ?

81 - Le 15/10/2016 par Biquette, Kozlik ou Kaza

Promis, à 88, je m'arrête !
De commenter par liens (url) interposés.

82 - Le 15/10/2016 par Lien du 84 ===>

Car il s'agissait d'un bouc.

83 - Le 15/10/2016 par David @ 83 84 85

Vous me semblez bien en forme en cette fin de semaine.
Non, ma famille et moi, ne connaissons pas Bruxelles, à part Waterloo,une passion de mon père.
Par contre, Kaly et Ryme,les deux biquettes trop mignonnes qui pâturent actuellement au cimetière de Bruxelles m'intéressent.
Car elles me confortent dans la pensée qu'à force de couper à ras plusieurs fois dans l"année, la plante que l'on ne désire plus voir, l'on en viendra à bout, au bout du compte. J'en veux pour preuve, la prolifération des chardons, qui succombe et ne revient plus à force de coupe motorisée dans la verte prairie, que l'on ne connaissait pas trop dans les années 5O et 60

84 - Le 15/10/2016 par A Nice....

....ce matin, Monsieur Hollande a prononcé un beau discours.
Puis j'ai pensé à Monsieur Matzneff et "aux valeurs de la République".
Je sais qu'il n'aime pas trop cette expression.
J'ai pensé à un autre synonyme, peut-être plus juste : les références de la République.
En effet, le mot valeur est tellement universel et spirituel
(à me contredire)

85 - Le 15/10/2016 par Grosse lectrice de Gabriel Matzneff

Merci à Franck Laganier pour avoir éclairé notre lanterne sur la lamentable affaire du Diable dans le bénitier. Et félicitations aux internautes de ce site qui avaient vu juste : c'était bien un coup des Dominicains !
Bravo aussi à Manuel Carcassonne grâce à qui nous pourrons, en dépit de leur véto, lire ce testament spirituel de notre grand écrivain.

86 - Le 15/10/2016 par Véra de Bruxelles - Brussel ===>

Je me joins aux remerciements de la Grosse Lectrice de Gabriel Matznneff du 88. Tout est bien qui finit bien comme dans les contes de fées, mais serait-ce indiscret de vous demander si ces vilains Dominicains ont eu le courage de fournir les raisons à leur stupide voire indécent veto ? Pauvre Sœur Sourire...
N.B. Il est amusant, me semble-t-il, de noter que "Les Passions schismatiques" furent, justement, éditées chez Stock en 1977 ¹.
1. Rééd. chez Léo Scheer, comme chacun sait.

87 - Le 16/10/2016 par Gros lecteur de chroniques

en ref à 88, et pour mémoire, cet internaute remarquable est remarqué au commentaire 228 de la chronique Saint-Netanyaou-du-Chardonnet

88 - Le 16/10/2016 par Merci chers nonante et 88.

Hello ! Le Soleil brille sur Bruxelles - 19 degrés - et revenez-lui vite si le pays vous plaît ♫ ♫ ♫ À vite !

89 - Le 16/10/2016 par En tout cas cher nonante +un !

je suis peut-être hors sujet, mais vous m'avais fait redécouvrir un trésor que je croyais à jamais perdu ! "Une jeune Grenouille" "Ah les cro cro" "Ah le bricou qui ne veut pas planter les chous"
que j'ai pu réentendre après " Bon Voyage Monsieur Dumollet"
En I965, notre premier électrophone. J'étais chargé des fonctions de sonoriste, pour que les petits soient sages lors des soupers.

90 - Le 16/10/2016 par Coefficient

Oh ... vous savez, cher ou chère (92), pour ce qui concerne les hors sujets reprochés ou non, il n'est pas rare qu'en cherchant un tantinet ou au plus profond - c'est selon -, de découvrir des corrélations surprenantes. Il suffit, je pense, d'avoir pour ça d'un peu d'imagination ! Comme dit la chanson dans un jardin extraordinaire. Coin coin...

91 - Le 16/10/2016 par Tam-tam maTznevien ♫ ♫ ϗ

@ # 90 du Gros Lecteur des chroniques matznvo-bénito-pointesques.

Cher Gros lecteur de chroniques,
Franchement, n'auriez-vous vraiment pas pu vous fendre et joindre le précieux lien ci-contre et référé 88 ? (Sourire).

92 - Le 16/10/2016 par 95

Rappel aux étourdi(e)s.

93 - Le 16/10/2016 par Je dirais même plus... §(*_ °)§

... puique vous le permettez, 88 mille mercis à Frank Laganier d'avoir pris la peine de si bien nous éclairer jusqu'à la mi-janvier de l'an 2017.

94 - Le 17/10/2016 par À propos *

Quelqu'un m'a dit avoir aperçu Gabriel-Soleil (sic) samedi à Bruxelles dans un restaurant en joyeuse compagnie. La quelqu'une, une étudiante venue de Liège *, qui accompagnait le quelqu'un, regrette de n'avoir pas osé déranger l'écrivain afin de lui demander une signaturee et de le complimenter pour la beauté de sa bonne mine de pacté au... Diable !

95 - Le 18/10/2016 par Victor le Bossu (...)

* 97, quel restaurant ?

96 - Le 18/10/2016 par Véra S.

URL Urgent - Matzneff - Poutine et Le Point, bravo !

97 - Le 18/10/2016 par ==== > URL

@ 99, oh que oui !

98 - Le 19/10/2016 par Merci à...

Madame Véra S. 99.

Pour ce qui concerne les fines réserves émises par Matzneff (1) quant à la nouvelle cathédrale orthodoxe de Paris, là encore Gab la Rafale avait sacrement tapé dans le mille ! L'actualité du président Poutine en... etc. etc. etc. Est-ce faire preuve d'une auto-satisfaction prétentieuse que de se dire que le(s) responsable(s) de notre pays magnifique sont devenus des handicapés du neurone, euh... de l'âme - ou du cœur ?

1. Au Point.

99 - Le 19/10/2016 par Jean David

Mon opinion :
Peu importe si l'on y trouve une connotation diplomatique, politique,tapageuse ou de vitrine...

Tout ce qui est destiné à promouvoir la Gloire de Dieu, n'est JAMAIS ASSEZ et je rejoins Monsieur Matzneff quand il a écrit en 2O14. "l'église, qu'elle soit Russe est secondaire. L'important est qu'elle soit orthodoxe et que, dans cette ville déchristianisée qu'est Paris, des êtres en quête de beauté, de liberté, puissent y entendre la voix de l'Evangile, y rencontrer le Christ". (Dômes si beaux et si dorés, qui élevez instinctivement le coeur, vous avez déjà et allez encore accomplir du si beau travail !)

100 - Le 19/10/2016 par Jean David

Mon opinion :
Peu importe si l'on y trouve une connotation diplomatique, politique,tapageuse ou de vitrine...

Tout ce qui est destiné à promouvoir la Gloire de Dieu, n'est JAMAIS ASSEZ et je rejoins Monsieur Matzneff quand il a écrit en 2O14. "l'église, qu'elle soit Russe est secondaire. L'important est qu'elle soit orthodoxe et que, dans cette ville déchristianisée qu'est Paris, des êtres en quête de beauté, de liberté, puissent y entendre la voix de l'Evangile, y rencontrer le Christ". (Dômes si beaux et si dorés, qui élevez instinctivement le coeur, vous avez déjà et allez encore accomplir du si beau travail !)

101 - Le 19/10/2016 par Bepa C

Oui, Dieu et Sa gloire... Néanmoins, j'ai encore en mémoire que Gabriel Matzneff a quelquefois évoqué Son émouvante et déroutante impuissance tout en appuyant ses louanges pour l'icône du Christ de sa plume poétique. Si j'ose dire ? C'est curieux que vous évoquiez le Dieu de gloire, car j'y pensais encore ce matin. Qu'en ces temps tragiquement agités où le Bon Dieu est sauvagement mis à toutes les sauces et pour causes. Probablement parce que de crédules ou incultes mahométanistes ignorent sans doute encore que le Christ qui précéda leur ère n'était pas un guerrier envahisseur et qu'il ne leva jamais d'armée, Lui !

Extrait : Gabriel Matzneff, Les passions schismatiques, Paris, Éd. Stock (Le monde ouvert), 1977, « Le Christ », p. 26.

Dieu est au-delà de tous les noms de Dieu, au-delà de l’idée de Dieu. Pour pressentir ce que peut être l’existence de Dieu, nous n’avons que deux voies, qui d’ailleurs se confondent : l’amour et la beauté. L’amour de la créature et la beauté du monde créé sont les vitraux à travers quoi nous recevons, en transparence, la lumière du Christ, « soleil de justice ».

102 - Le 19/10/2016 par Convive

À Victor # 98. Si vous cherchez bien, le nom du restaurant est cité par Gabriel Matzneff dans le saisissant tome de son Journal ultime 2009-2013 - "Mais la musique soudain s'est tue" - publié chez Gallimard en 2015.
N.B. Pour le menu, le lien joint vous donnera un petit indice...


Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires sur cette chronique

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page