Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Chapitre XII

Chronique du 24/02/2017

Les lecteurs attentifs de la rubrique « Infos » le savent : je m’apprête à retourner en Belgique où, le jeudi 2 mars, j’aurai la joie de présenter mon nouvel essai, Un diable dans le bénitier, qui vient de paraître chez Stock. Où aura lieu cette rencontre ? A Chapitre XII, une des plus célèbres librairies de Bruxelles, une des plus belles aussi.

Enfant, adolescent, à l’époque où j’avais des chevaux et montais en concours hippique, chassais à courre, j’étais déjà venu en Belgique, mais de ces temps lointains mon journal intime, que j’ai commencé d’écrire le 1er août 1953, douze jours avant mon dix-septième anniversaire, ne garde aucune trace.

Le premier séjour bruxellois qui apparaît dans mes Carnets noirs, pour être précis dans le volume intitulé Elie et Phaéton, est celui que j’y fis en octobre 1972. Un séjour essentiel puisque, lié d’amitié avec Hergé et Fanny depuis décembre 1964, si je les avais revus plusieurs fois à Paris, ce fut la première fois que j’eus le privilège de déjeuner chez eux – ils habitaient alors rue du Vert Chasseur -, de visiter avec Hergé les Studios de l’avenue Louise, d’y découvrir avant tout le monde les premières planches de l’album qui en 1976 paraîtrait sous le titre Tintin et les Picaros. J’ai, si ma mémoire est bonne, détaillé cela dans Maîtres et complices.

Séjour également essentiel pour une autre raison : il allait être le dernier où je pris la parole à un congrès de la jeunesse orthodoxe. A l’époque, j’étais, comme on dit, très « engagé » dans la vie de l’Eglise orthodoxe, en particulier à l’émission télévisée Orthodoxie et au Comité de coordination de la jeunesse orthodoxe, mais avec mon divorce ma vie ecclésiale allait dans les mois qui suivirent voler en éclats.

Aujourd’hui, je suis un orthodoxe quasi clandestin et bien que mes livres aient permis à de très nombreux lecteurs (et lectrices) de rencontrer l’Eglise et le Christ, vous ne lisez jamais mon nom dans les revues ou sur les sites Internet de l’Eglise orthodoxe. J’y suis persona non grata. Je me console en songeant que vous n’y trouvez pas davantage ceux de Basile Rozanov et de Nikos Kazantzaki, qui sont, eux aussi, des auteurs orthodoxes réputés peu orthodoxes, des scandaleux hérésiarques.

Dans Un diable dans le bénitier, l’Eglise est néanmoins présente ; et le sont aussi Hergé et les aventures de Tintin et Milou, mes éternels compagnons de route, mes complices, mes amis. Voilà, n’est-ce pas un joli trait d’union entre mon séjour bruxellois d’octobre 1972 et celui que je m’apprête à vivre en mars 2017. Entre ces deux dates, s’étend la période la plus mouvementée de mon existence. La plus créative aussi, de Nous n’irons plus au Luxembourg à La Lettre au capitaine Brunner.

Plus un artiste a une vie passionnée, plus il est prisonnier de ses obsessions, de ses idées fixes. Dans un certain sens, les thèmes qui nourrissent Un diable dans le bénitier, essai écrit entre 2013 et 2016, se trouvent déjà dans le premier volume de mon journal intime, Cette camisole de flammes, qui recouvre les années 1953 à 1962. Romans, poèmes, essais, récits, journal intime, genres littéraires confondus, j’ai toujours écrit le même livre, au sens où l’on peut dire que Fragonard a toujours peint le même tableau, Fellini tourné le même film.

En ce qui regarde mes essais, j’avais dit en 1997 que De la rupture était mon testament spirituel. Je puis le dire aussi en 2017 d’Un diable dans le bénitier. Et j’aurais pu avec autant de raison le dire en 1984 de La Diététique de lord Byron.

Je change peu. Je suis celui que j’étais à l’âge de douze ans. Cela dit, mes souffrances, mes épreuves ont approfondi la connaissance que j’ai du cœur humain, et un incessant travail, un opiniâtre désir d’atteindre à la perfection m’ont au cours des années fait progresser dans la maîtrise de mon art, qui est l’art d’écrire. C’est pourquoi, bien que l’amour de la liberté, l’amour des jeunes personnes, l’amour de l’Italie, l’amour du paganisme gréco-romain, l’amour du Christ, l’amour de la langue française, le slavophilisme, l’obsession du suicide, qui sont quelques-uns des thèmes d’Un diable dans le bénitier, soient déjà ceux de mon premier essai, Le Défi, paru en 1965, j’ose espérer que mon dernier enfant est plus nourrissant, plus captivant que celui avec lequel je fis mon entrée dans la vie littéraire. Nous en parlerons, si vous le voulez bien, le jeudi 2 mars chez cette grande libraire qu’est Monique Toussaint, à Chapitre XII.

Gabriel Matzneff
www.matzneff.com
24 février 2017


Commentaires

1 - Le 25/02/2017 par Votre 5ème paragaphe, Cher Monsieur Matz

A la I4 ème minute vingt trois ou vingt quatre secondes............
dans la chaleur de l'été passé. Un lien mis en ligne par une de vos lectrices. Je ne l'ai plus retrouvé dans le site. Mais je m'en étais bien souvenu. Aussi je l'ai recherché ailleurs, car j'en avais été frappé et vous le redonne (jy)

2 - Le 26/02/2017 par Bepa C.

Cher Jean Yves, un immense merci bis !

3 - Le 27/02/2017 par jy

J'espère ne pas trop vous déplaire avec mes goûts musicaux..

4 - Le 27/02/2017 par Merci...

Bien au contraire ! (D'ailleurs, l'ai déjà transmis via réseau F...) VS

5 - Le 27/02/2017 par Anonyme

Test

6 - Le 27/02/2017 par Le troisième paragraphe de Monsieur Matz

apparait à la fameuse video à I H O2 du cher Anonyme 5. Il faut la reprendre ailleurs, ce que j'ai fait, car elle n'a pas marché. Je me suis donc rendu à la chronique précédente au numéro 75. C'était la première

7 - Le 27/02/2017 par Amour et Beauté de l'Italie..

sans Claudia Cardinale présentement

8 - Le 27/02/2017 par @ # 6

De quel numéro 75 parlez-vous donc ?

En aparté... Il est fort à craindre que Piton va finir par vous/nous tirer les oreilles à raison, tant nous nous éloignons de la divine et précieuse Chronique du 24 février destinée aux lecteurs et lectrices de Bruxelles !

9 - Le 27/02/2017 par Je stresse..

.. Il y a longtemps qu'il est sorti de ma vie, M Piton. Ne le faisons pas revenir. Non,non je parlais très gentiment de la première vidéo apparue quant à l'interview (cinéphile) de Monsieur Matzneff. Je pense sincèrement n'avoir pas quitté le sujet. Croyez moi. La vidéo du numéro 5 n'a pas marché.C'est pour cela que j'ai repris celle du 75 où j'ai trouvé mon bonheur quant à la corrélation avec le troisième paragraphe de la chronique du 24 Février.Je vous la redonne. Allez à une I H O2..

10 - Le 28/02/2017 par VS à 9

Merci ! Merci Merci ! Mais pas de panique ni de stress A.U.B. Ou alors, dites-nous en les raisons. Quant à Piton, d'après rapminot, il s'agirait d'un volcan... Ce qui pourrait nous ramener illico à la poésie de lord Byron...

11 - Le 28/02/2017 par Poésie ?

Et celle, très incarnée, de Gabriel Matzneff aussi ou itou !

12 - Le 28/02/2017 par de Lord Byron ,

vu sur une poésie sur Venise : Le paradis de la terre, le masque de l'Italie

13 - Le 28/02/2017 par Oui,

et sans oublier les masques matzneviens du Casanova cher à Fellini. Ou l'inverse...

14 - Le 01/03/2017 par Demain..

je suppose, que certains d'entre vous, vont le voir en vrai, Monsieur Matzneff ?

15 - Le 01/03/2017 par À ne pas manquer ! (*)

Cher Demain 14, d'après les échos, le Chapitre XII de Bruxelles a dû faire parvenir la bonne nouvelle matznèvienne à, au bas mot, au moins cinq cents membres de son fichier, lesquels, depuis, doivent être avertis, sauf éventuel retard postal ou autre. À suivre...

(*) La toute nouvelle Chronique du Bénitier de Gabriel Matzneff de ce mercredi 1er mars 2017 - cf URL - n'est pas triste non plus !!!

16 - Le 01/03/2017 par Julie la Teigne...

@ À ne pas manquer (*), votre # 15. Hum... Vouiche, c'est bien gentil de nous inviter aux fastes des Gilles de Binche, mais savez-vous qu'en outre, nombreux sont les écolo(gistes) du royaume qui s'indignent que l'incendie du théâtre mythique - voir l'URL ci-dessus - ait nécessité plus de quatre-vingt-mille litres d'eau, peut-être potable, pour l'éteindre, dès lors que des multitudes d'êtres sur terre meurent d'être privés d'or bleue ?

17 - Le 01/03/2017 par @Julie la Réfléchie..

C'est très important ce que vous dîtes. Merci de votre rappel et pour moi, le premier. Nous sommes tous des enfants gâtés, insouciants et aveugles. J'ai dû y penser dans le passé, mais l'abondance plaisante a refoulé ces pensées

18 - Le 01/03/2017 par Madame de Chaillot ***

Julie non plus ne manque pas d'R ! Elle qui n'est jamais la dernière à batifoler, les pieds en éventail, dans son immense baignoire couleur parme, tout en s'imaginant qu'elle est un dauphin dodu. Faut l' faire !

19 - Le 02/03/2017 par Evitons en ce jour

Noble Dame, que je respecte, admire et apprécie autant que les gentils dauphins

20 - Le 02/03/2017 par correction

21 - Le 02/03/2017 par Artémis...

Merci.

22 - Le 02/03/2017 par Belle soirée..

aux participants de la réunion de tantôt

23 - Le 04/03/2017 par Grosse lectrice de Gab la Rafale

Les plus âgés d'entre nous s'en souviennent, l'émission en lien, diffusée en janvier 1968 sur France-Culture, et rediffusée la nuit dernière, fut un événement. À noter que trois mois plus tôt, la plupart des participants (Gabriel Matzneff, Olivier Clément, Stanislas Fumet, Pierre Pascal) avaient déjà été réunis au sommaire d'un numéro de revue de La Table Ronde, tout aussi mémorable, consacré à "la révolution russe et son destin". Ah, certes, en ce temps-là, ceux qui parlaient de la Russie le faisaient en connaissance de cause.

Cette nuit de vendredi à samedi, ce fut décidément la fête à la famille Matzneff : on put réécouter sur les mêmes ondes une passionnante conférence de "l'oncle Jean" (l'académicien Jean Mistler) consacrée à Gaspard Hauser. J'en mets le lien dans le message suivant.



24 - Le 04/03/2017 par Grosse lectrice de Gab la Rafale

Ci-dessus le lien de la conférence de Jean Mistler, oncle de Gabriel Matzneff, consacrée à Gaspard Hauser.

25 - Le 04/03/2017 par Clic 21

Chère passionnante lectrice de Gab la Rafale, mille et une fois mercis. Vive la Matzneff-vie !

26 - Le 04/03/2017 par Anonyme

Oui, mais après combien de minutes du fort long enregistrement peut-on espérer entendre la voix de Gabriel Matzneff ¹ ?

1. "Par Stanislas Fumet - Avec Pierre Pascal, Jean Laloy, Nikita Struve, Gabriel Matzneff, Olivier Clément, Stanislas Fumet et Boris de Schloezer - Réalisation Hélène de La Bruce."

27 - Le 04/03/2017 par Je ne connaissais..

pas du tout Gaspard Hauser. Merci de m'y avoir conduit. Légendes, mystères beaux et étranges. Je repense au Masque de Fer, à l'Enfant du Temple, à la Grande Duchesse Anastasia

28 - Le 04/03/2017 par Grosse lectrice de Gab la Rafale

@ 27, Verlaine a consacré à ce jeune homme un beau poème, "Pauvre Gaspard", que Georges Moustaki a mis en musique et interprété. Le lien oriente vers la version de Serge Reggiani.

29 - Le 04/03/2017 par Grosse lectrice de Gab la Rafale

C'est une émission passionnante qui, dans sa première partie, aide à comprendre de quel terreau a surgi la révolution bolchévique. À partir de la 5Oe minute, et pendant une douzaine de minutes, M. Gabriel Matzneff rend un vibrant hommage à deux de ses maîtres (et complices), Vassili Rozanov et Léon Chestov. Dimitri Merejkovski, pour sa part, reçoit quelques louanges, mais n'est pas l'objet de la même ferveur.

30 - Le 04/03/2017 par J'ai bien prêté attention..

Les interventions sont brillantes et magistrales. Mais il faut être connaisseur. Ai très apprécié celle relative à Berdaiev, plus à ma portée. Elle me parlait davantage

31 - Le 05/03/2017 par Vu aussi..

cet autre poème. Mais grâce à notre lectrice de Gab la Rafale qui me fait chercher

32 - Le 05/03/2017 par Et vive...

... le site que Frank Laganier a consacré - le premier - à Gabriel Matzneff depuis de nombreuses années ! Qu'il soit, encore une fois, remercié. BC

33 - Le 05/03/2017 par @Chère BC..

Et d'autant plus que c'est entièrement libre. Pas de censure ! Nous ne sommes pas confrontés au barrage de la validation !

Moi ce qui me m'étonne depuis I4 mois que je vous visite . Pas d'insultes, de propos anti raciaux ou haineux

Ce site doit bénéficier d'une Protection Spéciale de la part du Ciel. Comment en pourrait-il être autrement ? Dans un monde malgré tout assez terrible

34 - Le 05/03/2017 par 750

À la chère Grosse lectrice de Gab la Rafale. Votre # 29.
Pour ce qui concerne l'intervention de Gabriel Matzneff en janvier 1968 à France-Culture, n'est-il pas bouleversant de constater à quel point votre/notre/leur Écrivain préféré soit inexorablement resté toujours pareil à lui-même ? C'est vraiment extra-ordinaire !

35 - Le 05/03/2017 par Incise =^:^= ...

... sous forme de devinette, à l'aimable attention de la Grande Lectrice de Gab la Rafale. Je ne connais, hélas, plus la réponse, mais quelle est encore la jeune héroïne qui trouvait (ou trouve toujours) que Gabriel Matzneff a toutes caractéristiques d'un chat ?

36 - Le 05/03/2017 par Toutes "les" @ (35)..

Normal, car à défaut d'avoir 7 boules de cristal (quoique...), tout comme les chats, Gabriel Matzneff a sept vies. C'est même lui qui le dit !
(cf URL)

37 - Le 06/03/2017 par hors sujet..

Je vais vous quitter un peu. Ma maman hospitalisée ne va pas très bien. Ses yeux de petit chat écorché s'accrochent à moi. Je l'ai assistée à la maison à temps complet depuis ces 5 ans. Depuis que j'y suis revenu. Elle ne sait pas quel bébé perdu, elle va laisser

38 - Le 06/03/2017 par Que vous souhaiter...

... d'autre qu'un bon Courage ?

39 - Le 06/03/2017 par Hervé

Portrait posé de GM à Bruxelles.
En cliquant sur mon nom.

40 - Le 07/03/2017 par Véra

Cher Hervé, comment se fait-il que le lien logé en votre numéro 39 - URL - ne mène qu'au réseau (1) Facebook ? Mais sans plus.

41 - Le 08/03/2017 par Juste en passant..

À l'aimable attention du pseudo Hors Sujet 37 de Jean Yves.
Puis=je me permettre de vous offrir un bon conseil d'encouragement ? Penchez=vous très attentivement = dans la mesure du possible = sur le nouvel ouvrage (vital) intitulé : "Un diable dans le bénitier" de Gabriel Matzneff. En cas de coup dur, pour la plupart de ses lecteurs, jeunes et moins jeunes, lire ou relire du Matzneff est quasi devenu un viatique.
Je vous embrasse,
Alias

42 - Le 08/03/2017 par Merci..

De votre touchant message. Ci-joint la chanson que Maman a encore chanté en entier cet été à Audresselles. Née en I927, elle marqua sa jeunesse

43 - Le 09/03/2017 par Hervé

@40 Il s'agit d'un post sur la page Facebook de Christopher Gerard. Je suppose qu'il faut être "ami facebook" pour y accéder ?

44 - Le 09/03/2017 par Hommage au Roi..

Chevalier et Courage..(jy)

45 - Le 10/03/2017 par (j)

46 - Le 13/03/2017 par À lire

AU SUIVANT (bis) !

47 - Le 15/03/2017 par Un infini Merci ..!!

à la Dame de Votre Famille, qui sur un compte twitter, a posté la chanson Envole Moi.. de Jean Jacques Goldman

48 - Le 16/03/2017 par Jeux de Pistes ?

À 47. Je signe ! &(¨_¨)&

49 - Le 16/03/2017 par Jaune Poussin

Mon # 47 a mal cliqué. Désolée.

50 - Le 16/03/2017 par @ 48 et 49

Mais non ce n'est pas un jeu de pistes. Je remerciais grandement avec ma simplicité une personne que je ne connais pas, Dora en l'occurrence, qui sur son compte twitter, avait mis en lien un texte de Goldman (Envole moi)que j'ai ressenti adapté à ma situation personnelle. Car j'ai été entièrement consacré au service de maman, et n'ai pu vraiment sortir de la maison, me promener, etc..Je ne le regrette pas, même si ce fut dur au début, les trois premières années. Les deux dernières,je n'y pensais plus et ne voyais qu'elle (jy)

51 - Le 16/03/2017 par Dora D à (jy) # 50

Hum... Cher Jean-Yves, ne devrais-je, finalement, avoir grande honte de trimballer autant d'alias ?

Matznèvement,

V.S.

52 - Le 20/03/2017 par Certes...

En tout cas, des mercis à l'infini au bon Samaritain (URL) qui est revenu passer l'aspi !

53 - Le 20/03/2017 par Que je l'aime aussi..

.. ce bon Samaritain que vous remerciez assez souvent. La page devient alors si décourageante, que l'on baisse les bras. On n'a plus envie. Et là, l'espoir renaît (jy)

54 - Le 20/03/2017 par Je pense que...

... que le bon Samaritain en question n'est autre que le jeune Frank Laganier, un fidèle matznèvien créateur du présent site avant la lettre. B.C.

55 - Le 21/03/2017 par Spam supprimé

56 - Le 21/03/2017 par La nonna O.

Saperlipopette ! Encore vous ? Pourquoi envahissez-vous le site consacré à Gabriel Matzneff de la sorte ? C'est discourtois !!!

57 - Le 22/03/2017 par Sniff..

apparemment, nous ne sommes plus qu'un et demi..(jy)

58 - Le 22/03/2017 par Émilie D

Que voulez-vous dire cher Jean Yves de Sniff ? L'anti-spam du bon Samaritain ne laisserait-il à désirer ? C'est bisquant à la fin.
Pa exemple, qui oserait faire un clic de souris sur le crâne de l'enveloppe jaune du commentaire # 55 ? Pas moi, en tout cas !

'Last but not least' : avez-vous, au final, lu "Un diable dans le bénitier", édité chez Stock, il y a peu ? À suivre.

59 - Le 22/03/2017 par Je voulais..

..tout simplement dire qu'il manque de spécialistes comme vous, d'après ce que j'ai pu voir dans le passé sur ce site. Pages si jolies et embellies


Ajouter un commentaire


Nom ou pseudo :

Email (facultatif) :

URL (facultatif) :

Commentaire :

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page