Les Nouvelles Chroniques de Gabriel Matzneff


Amis italiens, aux urnes !

Chronique du 01/03/2018

Paolo Modugno, que connaissent tous les étudiants de Sciences’ Po, tous les Parisiens cinéphiles amoureux du cinéma italien, tous ceux, dont je suis, auxquels il a fait découvrir et aimer la chanson napolitaine, se présente aux élections législatives du 4 mars sur une liste du Parti Démocrate dont Matteo Renzi est le secrétaire général.

Je forme le vœu que les Italiens qui, vivant en France, votent soit par correspondance soit au consulat se prononcent en sa faveur. Ceux qui savent la médiocre sympathie que je nourris pour les sociaux-démocrates ne doivent pas s’en étonner. Certes, la social-démocratie française, depuis toujours (au moins depuis le sinistre Guy Mollet qui la dirigeait lorsque, dans mon adolescence, se sont éveillées mes passions civiques) à genoux devant l’impérialisme américain, n’est pas ma tasse de thé, mais Paolo Modugno, esprit libre, homme lettré, amoureux des beaux-arts, épris de beauté et de liberté, passionné par la transmission de notre patrimoine intellectuel et artistique, n’a rien de commun avec le catastrophique Guy Mollet, avec le catastrophique François Hollande. J’ajoute : Matteo Renzi et le président du Conseil Paolo Gentiloni n’ont, eux aussi, rien à voir avec ces funestes figures du socialisme français.

Paolo Gentiloni aura été un excellent président du Conseil, un des meilleurs qu’ait connus l’Italie depuis trente ans, droite et gauche confondues. Matteo Renzi, lui aussi, après avoir pris le pouvoir dans des circonstances spécialement difficiles, n’a pas démérité. Il a déçu la gauche (il a surtout excité la jalousie de ses vieux crabes institutionnels), il a déçu la droite (au début, Silvio Berlusconi se plaisait à croire que Matteo Renzi, nonobstant son étiquette de gauche, était un de ses fils spirituels), mais, vu de Paris, ce désamour des Italiens pour celui que Giuliano Ferrara, le plus cultivé, intelligent et lucide des journalistes italiens, appelait en 2015 The Royal Baby, est excessif et injuste. Que Paolo Modugno se présente sous l’étiquette du Parti démocratique ne me gêne donc pas. Si j’étais italien je le voterais sans la moindre hésitation, senza se e senza ma.

Au demeurant, sous quelle autre étiquette Paolo Modugno aurait-il pu, ou dû, se présenter ?

Le président du Sénat, le médiocre Pietro Grasso, a créé un groupuscule de gauche pure et dure, « Libre et égaux », dont l’unique but est de voler des voix à Matteo Renzi. Ses chances sont quasi nulles, mais son pouvoir de nuisance ne l’est pas. Je viens de voir sur une chaîne de télévision son spot électoral. Plus « politiquement correct », plus niais que ça, tu meurs ! C’est hélas la raison pour laquelle il peut plaire aux crétins.

Moins sot, mais dans son genre mêmement gratiné, est le spot de CasaPound, parti d’extrême-droite dont la notoriété est essentiellement due à la bonne idée qu’eurent les responsables, créant leur mouvement, de lui donner le nom d’un grand poète américain. Spot majestueux, voire solennel, style Mussolini, qui met en scène le chef du mouvement, Simone Di Stefano. Certes moins bête que celui de Pietro Grasso, mais seuls des électeurs résolument d’extrême-droite votant CasaPound leur vote ne peut être que protestataire, sans la moindre espérance d’accéder au pouvoir. Autant amener sa petite amie à Venise et déposer des fleurs sur la tombe d’Ezra Pound au cimetière Saint-Michel.

Par la faute des criminelles guerres des États-Unis, hier contre les présidents Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi, aujourd’hui contre le président Bachar el-Assad, l’Italie est depuis des années envahie de manière ininterrompue par des populations venues d’Afrique et du Proche-Orient. Une invasion qui, c’est compréhensible, inévitable, suscite des peurs, des rejets xénophobes. D’où le durcissement droitier de l’actuelle campagne électorale. Merci, monsieur Bush, merci monsieur Obama !

Certains électeurs qui ont perdu confiance en Matteo Renzi pourraient être tentés, le 4 mars, de voter en faveur de la coalition de droite. Somme toute, Berlusconi est rassurant. Une sorte de sympathique vieux papa gâteau. Cependant, chacun de nous, qu’il soit de droite ou de gauche, sait que même si Matteo Salvini, Silvio Berlusconi et Giorgia Meloni (qui constituent le triumvirat de cette union boiteuse) triomphaient, ils sont des antipodes, ils n’ont pas deux idées en commun. S’ils accédaient au pouvoir, leur fragile union ne tarderait pas à éclater, déchirée par ses contradictions, et il n’est pas nécessaire d’avoir écrit une thèse de doctorat sur Karl Marx pour le comprendre.

Reste le mouvement Cinque Stelle, les Cinq Étoiles, et sur ce point je vous renvoie, n’ayant pas un mot à y modifier, à la chronique intitulée « « Connaissez-vous Di Maio ? » que j’ai publiée dans ces colonnes le 25 septembre 2017. Ce jeune Di Maio, avec sa tête de premier communiant, je ne l’imagine pas président du Conseil. Certes, l’anarchiste qui en moi ne dort jamais que d’un œil s’amuserait d’une spectaculaire victoire des Cinq Étoiles, vive le chaos !, mais je ne suis pas certain que ce soit, en 2018, ce dont l’Italie a besoin. Italiens de France, voter Paolo Modugno me semble plus sérieux.

Gabriel Matzneff
www.lepoint.fr
27 février 2018


Commentaires

1 - Le 03/03/2018 par l'Italie..

Je ne saurais commenter cette chronique.Il s'agit bien de politique intérieure qui nous échappe. Aussi cette chanson d'amour napolitaine peut nous rassembler

2 - Le 03/03/2018 par Zaza...

Prodigieux ! Mille et une fois Mercis. Il certain que votre lien italien plaira à Gabriel Matzneff.

3 - Le 07/03/2018 par Jeune lecteur baba de Gab la Rafale

Bonjour ! Quelqu'un aurait-il des nouvelles de la soirée du 6 mars à Bruxelles consacrée à Gabriel Matzneff par la librairie Chapitre XII proche des étangs d'Ixelles ? A.P.

4 - Le 07/03/2018 par Victoria Samain

Oui, aux dernières nouvelles, comme à l'accoutumée, l'invité de la jolie librairie aurait charmé l'assistance composée de jeunes et moins jeunes, tant par son élégance discrète, sa courtoisie, son humour, son extrême gentillesse naturelle, sa patience et sa spontanéité innée. Conquis, le public de jeunes et vieux confondus semblait enchanté et ravi. Il paraît même que rendez-vous fut pris par Madame Toussaint et Monsieur Matzneff pour débattre - en 2019 (?) - de la suite de La Jeune Moabite.

5 - Le 07/03/2018 par Marc

Chère Victoria Samain, permettez-moi d'ajouter un bémol à votre enthousiasme. Figurez-vous que de nombreux admirateurs invités, dont je suis, ont été surpris et fort déçus de ne pouvoir pas empoter un volume dédicacé du Journal 2013-2016 de Gabriel Matzneff, puisqu'il n'y avait, m'a dit la préposée qui tenait la caisse, qu'un très petit nombre d'exemplaires mis à la disposition du public. J'aimerais savoir pourquoi.

6 - Le 08/03/2018 par 5

Prière de bien vouloir excuser mon r manquant.

7 - Le 09/03/2018 par Parasionok 693

Cher Marc du numéro V, je vous rejoins 5/5. Je dirais même plus. La redoutable M.T. (sic Claude D, un journaliste retraité de la RTBF) a eu la chance que Gabriel Matzneff ait souverainement, joyeusement, sauvé la mise, dès lors que la préparation des invitations de la célèbre et jolie librairie-galerie, proche des Étangs d'Ixelles fut quelque peu bâclée ¹. C'est à n'y rien comprendre. Quant à débattre de la suite de La Jeune Moabite, il est indéniable que cela devra se mériter.

1- Un proche copain, membre-abonné du Chapitre, a eu la bonté de bien vouloir me monter le contenu du dernier Bulletin. Plus bâclé que ça, tu meurs ! Une vraie catastrophe. (Soupir).

8 - Le 09/03/2018 par Z

Et ça ne vous est pas venu à l'esprit que la librairie avait peut-être fait preuve de discrétion ?

9 - Le 09/03/2018 par Furax

Non, pourquoi ? Quelle discrétion ? Parce que d'après les échos, la dynamique patronne de ce lieu magnifique n'aurait probablement pas dû avoir le temps de lire la moindre ligne de La Jeune Maobite - avec majuscules s.v.p. Un comble, non ? Mais j'espère me tromper.

10 - Le 09/03/2018 par Z

Vous suivez les actualités ? Il y a un certain contexte depuis un an, un an et demi non ?

11 - Le 09/03/2018 par Certes !

Notamment celui, probablement, de préférer le marchandage commerçant des cimaises à trente-trois pour cent, aux clopinettes que génèrent même les plus beaux livres ? J'avoue n'éprouver aucune bienveillance ni sympathie envers les avaricieux irrévérencieux. À fortiori lorsqu'il s'agit, quasi, de vampiriser un artiste de génie comme faire-valoir. C'est une question de respect et non de porte-monnaie. L'esprit commerçant en art me pompe l'air "grave" ! Pas vous ?
Claude D.

12 - Le 10/03/2018 par Achtung !

N'oublions surtout pas que le lundi 3 septembre 2018, le jour de la rentrée scolaire des classes en Belgique, le cher et fameux professeur de lettres, Alphonse Dulaurier, fêtera, je compte bien, son cent-treizième anniversaire. (Oui oui oui, il naquit en 1905 à Paris !) Je pense qu'il faut s'attendre à ce qu'une des sept boules de cristal de la revue Raskar Kapac nous réserve une jolie surprise. Quant au reste, ma foi... Tant pis pour ceux et/ou celles qui se dispersent en courant plusieurs lièvres à la fois. (En même temps).

Sur ce, m'en vais rechercher la fameuse recette solaire du poulet Héliogabale dont Alphonse Dulaurier était friand. J'en rêve depuis le mois de juillet 1972. Mais ne dit-on pas que tout arrive à qui sait attendre ? N'est-ce pas ? Donc, à dans six mois et demi ou quasi.

13 - Le 10/03/2018 par Furax bis

Pour La Jeune Moabite, franchement, j'aurais dû compter le nombre de fois où Gabriel Matzneff s'exclame, à raison : Ah ! les femmes ! (Souvent de vraies petites pestes, ai-je très envie d'ajouter).

NOTA BENE. En lien (URL) ci-dessus. Comprenne qui pourra, tant il est vrai que la nouvelle directrice des ELS semble avoir la mémoire très courte. Parce que s'il y a un nom qui manque à l'appel de son récent Collectif (sic), répertoriant les auteurs à qui on a pourri la vie, c'est bien celui de Gabriel Matzneff ! C'est trop louche.

14 - Le 11/03/2018 par Chut... 13

Relisez LA CARACOLE, l'édition du mois de décembre 1968 - une rareté bibliophilique ! (sic) Souvenez-vous qu'à la sixième partie, intitulée PARALEIPOMENA, Gabriel Matzneff mit déjà en exergue la citation de son cher Abbé Galiani (extraite des Lettres à Mme d'Epinay). "Planer au-dessus et avoir des griffes". Tout était dit...

15 - Le 11/03/2018 par Anonyme

16 - Le 11/03/2018 par Douze 09:30

Quant à la citation d'Alexandre Dumas - Les Trois Mousquetaires - à la première page de l'ouvrage, elle est d'un érotisme viril torride ! (Le lourdingue alias Stalker qui tout dénigre peut aller se rhabiller).

— Il fait très chaud, dit Athos en tirant son épée...

17 - Le 11/03/2018 par Z

Pour Furax Bis, vous ne voyez vraiment pas la raison de cet "oubli" qui n'en est pas un ? Sérieusement ?
Un petit indice : si vous ne l'avez pas fait, regardez la courte prestation du "maître" dans l'émission Stupéfiant! du 22 janvier...

18 - Le 11/03/2018 par Excusez-moi..

cher @ 13, mais le collectif répertoriant les auteurs malmenés, ne concerne t-il pas ceux dont les idées politiques, religieuses auraient choqué tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de nos frontières, auquel cas selon moi, Monsieur Matzneff ne serait pas concerné. Merci de m'éclairer et de me corriger éventuellement,n'étant pas connaisseur. C'est une réflexion soudaine que je vous livre, qui m'est venue tout soudain à l'esprit

19 - Le 12/03/2018 par XIII

@ Z, votre # 17 & @ Excusez-moi, votre # 18. Pour tout dire, figurez-vous que j'y ai songé après coup. Parce que si pour la postérité de l'opinion, Gabriel Matzneff passe enfin en blanc-bleu (...) ce n'est que tant mieux ! Les moins de seize ans nous rattrapent ! Ne suffit-il pas d'ouvrir un tant - temps - soit peu nos oreilles et nos yeux pour s'en covaicre ? Toutefois, il m'a semblé que la dynamique et voluptueuse Léa Salamé aurait pu ou eut-être dû se pencher davantage sur le cas insolite de Gabriel Matzneff. Dont une certaine presse a vainement tenté d'en faire un bouc émissaire avant la lettre.

20 - Le 12/03/2018 par VII

"bouc émissaire", "nouveau M le maudit", "étoile sur la veste" etc. C'est vrai que Matzneff n'a pas ménagé ses efforts pour apparaître comme un écrivain sulfureux et lier cela à la parution des Moins de seize ans. Un vrai pestiféré publié par Gallimard et invité deux fois par an à "Apostrophes" durant plus d'une décennie...!

Si Matzneff a été effectivement voué aux gémonies à partir du début des années 90 c'est pour ses "aventures mercenaires" (comme aime les nommer le "maître") narrées dans son journal et pour rien d'autre. Ah les méchants "sycophantes" ! Ils ont fait voter des lois pénalisant le tourisme sexuel à l'étranger (1994, 1998). Et ces vilaines "dames quakeresses" avides de censure qui liraient de travers tout volume inédit des Carnets Noirs !

On se demande vraiment pourquoi GM n'est pas dans le recueil sur les réprouvés, les bannis et les infréquentables...

21 - Le 12/03/2018 par 3XIII

22 - Le 12/03/2018 par

Le NOTA BENE de mon #13 à l'attention du #20 ambigu (?) qui en ce lundi 12 mars 20185, s'est pris pour le numéro 7 de Parasoniok 693 du vendredi 9 mars 2018. Bref.

@ VII. Détrompez-vous. Peut-être êtes-vous trop jeune pour savoir que Gabriel Matzneff n'a pas du tout dû attendre le début des années nonante pour être livré aux vindictes des ennemis de la libre pensée d'un artiste tel que lui ? Lui faire le procès d'intention pour n'avoir pas ménagé ses efforts, je vous cite, "pour apparaître comme un écrivain sulfureux" etc. frise, me semble-t-il, non seulement une totale méconnaissance de ce que l'art de se mettre en péril et à nu pour louer la beauté d'un monde, est un procès simpliste voire mesquin, ordinaire. Ou alors pire, carrément vulgaire ! Douter, à priori, de la sincérité d'un être qui crée est le comble d'une faute contre l'esprit, très proche d'un crime. À mon avis.

23 - Le 13/03/2018 par ma petite opinion..

Il ne figure pas au club des réprouvés parce que la globalité de ses écrits est fondée sur le respect, la liberté, la tolérance, l'amour, le bonheur à atteindre.
En aucun cas, il ne véhicule une idéologie sectaire dans les domaines sociétaux, politiques, religieux qu'il appuierait de toutes ses forces,quitte à choquer diverses communautés de pensées différentes.
S'il a pu paraître dérangeant par certains côtés, ce fut à cause de sa liberté
d'écrivain qu'il a matérialisée par une expression non dissimulée, ne regardant que lui, et dont nous n'avons pas à juger au regard de la méconnaissance de faits soit réels,imaginés ou transformés, laissés entrevus

24 - Le 13/03/2018 par et je vous assure..

que le premier alinéa de mon 23 ne laisse pas la moindre place à une éventuelle pensée douteuse, attaquable quant à la haute valeur indiscutable de cette âme (jy) que l'on doit d'acclamer

25 - Le 13/03/2018 par Une autre opinion

Dérageant à cause de sa liberté ? Celle avec les petits philippins ?

26 - Le 13/03/2018 par Il est impossible..

de discuter avec vous. Vous ne prenez aucun recul, aucune distance par rapport à l'écriture. Relisez les deux dernières lignes 23

27 - Le 13/03/2018 par Possible

Il est parfaitement possible de discuter sur des bases saines, c'est-à-dire à partir des écrits et d'eux seuls. Les faits sont têtus comme dirait l'autre.
GM est réprouvé pour ses actes et non ses écrits, telle est la différence...

28 - Le 13/03/2018 par Non..

S'il est réprouvé, c'est pour ses actes d'écriture. Quant à des actes en tant que tel, croyez-moi, comme je l'ai déjà souligné sur un autre site,depuis bien longtemps une justice soit humaine ou immanente s'en serait déjà emparée. Et nous n'aurions plus jamais entendu parler de l'écrivain. Notez qu'il est toujours réédité.Pour moi cet homme est vraiment bon car il a Aimé avec un grand A

29 - Le 13/03/2018 par Si si...

Vous jouez sur les mots. Matzneff est réprouvé pour ses actes, qu'il consigne dans son journal intime, lui-même publié.
Les romans et les essais de Matzneff sont réédités, pas les volumes de son journal. Vous parlez de poursuites judiciaires mais, à votre avis, pourquoi la période 1990-2006 des Carnets Noirs sera posthume ?
Ah oui, les sycophantes...

30 - Le 13/03/2018 par Ce n'est toujours..

que de l'écriture. Je ne m'en tiens qu'à mon 23 et 28 ; n'en démordrai jamais.

31 - Le 13/03/2018 par Encore

Et Hamilton disait que ce n'était que de la photographie.

32 - Le 13/03/2018 par En attendant,

Monsieur Gabriel Matzneff, assurément, n'a rien perdu ni de son peps devenu quasi légendaire, par la grâce au temps. Ni, par ailleurs, perdu une once de son talent reconnu par tant de pairs. Pas plus que sa luciférienne-lucidité-lumineusement-étoilée et vivante.

33 - Le 14/03/2018 par Anonyme

Le zinzin du 29 vous a coupé la chique...

34 - Le 14/03/2018 par J'ai dit..

ce que j'avais à dire. Un point c'est tout.Il ne sert à rien de vouloir convaincre obstinément.

35 - Le 14/03/2018 par Anonyme

Plus que convaincre il faut parfois rééduquer...

36 - Le 14/03/2018 par rééduquer non..

mais enseigner ce que peut-être une fiction, une exagération, un faux-semblant en matière d'écriture, ou même une provocation, que sais-je, si ce n'est que la lecture des coeurs des écrivains nous est totalement opaque.C'est du domaine de leur savoir-faire, et nous y sommes étrangers. A quoi bon les préjugés stériles, inutiles

37 - Le 14/03/2018 par Z

Je pense que Matzneff restera dans l'histoire. Reste à savoir à quel titre !

38 - Le 14/03/2018 par Pour moi..

mais ce n'est que personnel, (je n'ai beaucoup lu Monsieur Matzneff) un merveilleux conteur, enseignant de l'histoire poétisée, transcendée, qu'elle soit antique ou plus contemporaine,je pense à Lord Byron. Il fait rêver Monsieur Matzneff

39 - Le 14/03/2018 par Stupéfiant !

À l'Anonyme du 33. Dites-nous, ne pensez-vous pas que le zinzin (ou la zizine) en question, aurait dû avaler ses médicaments au préalable ?

40 - Le 15/03/2018 par Dîtes 33

A coup sûr les zinzins devraient prendre leurs médicaments et les malades victimes de pulsions soignés...

41 - Le 15/03/2018 par Ce genre ?

42 - Le 15/03/2018 par Membre

C'est franchement plus qu'assommant, cette fixette que vous faites sur les touche-pipi de la quéquette. D'autant plus que Gabriel Matzneff est, ne vous en déplaise, un excellent écrivain qui a prédit l'air du temps ambiant bien avant la lettre. Nonobstant qu'il ne ferait pas de mal à une mouche, tant il est prouvé qu'il a un cœur d'or d'amoureux, est généreux, charmant et délicieusement courtois. Alors, de grâce, fichez-lui la paix ! Essayez de jeûner, vous verrez, cela purge les méninges des vilaines pensées. Vous n'ignorez tout de même pas que pour déverser de fielleuses inepties assassines, il existe d'autres lieux tristement illustres. Hélas.

43 - Le 16/03/2018 par rengaine..

ou ritournelle si lancinante. Elle en devient dénuée de tout intérêt.Pourquoi n'écririez-vous pas un livre, une série d'articles. Ce serait plus intelligent. On achètera vos publications, on vous lira, et là au moins,les lecteurs seront face à une argumentation plus sérieuse ou consistante

44 - Le 16/03/2018 par Tifouaoua

C'est vrai fichez-lui la paix ! D'autant que Gabriel vient de recevoir le soutien du grand Bernard-Henri Lévy himself ! Et toc !

45 - Le 16/03/2018 par Ce genre ?

Une "fixette sur les touche-pipi de la quéquette" ? Vous parlez du tourisme sexuel en ces termes ?

46 - Le 16/03/2018 par Quelle déplorable..

facilité de médisance vous avez ! vous en êtes bien un touriste et un fameux ! avec vos clichés qui tiennent lieu de réflexion. Allez, continuez à vous détruire ainsi ! Ceux que vous visez n'en seront aucunement atteints ; selon un proverbe grec,la calomnie n'en veut à ce qui est élevé

47 - Le 16/03/2018 par Fact

Où est la calomnie ? C'est drôle, chez vous les faits sont des clichés et la pédophilie un art.

48 - Le 16/03/2018 par Un fait..

est corrélé avec le réel et vous le savez bien.(dernières lignes 23) Nous n'en savons absolument rien

49 - Le 16/03/2018 par La comtesse

Dans la mesure où le "maître" énonce que ce qu'il écrit dans ses carnets est vrai et pourra être corroboré post-mortem par ses archives, qu'il s'en est vanté en son temps à la télé et que ses (piètres) romans puisent dans le même journal... Sauf à voir en Matzneff un narcisse mythomane ?

50 - Le 16/03/2018 par Ne nous mêlons..

pas de la vérité, du secret de l'âme dans sa dimension infinie, qui nous échappe, que nous ne pouvons contrôler, en définir des contours,lui donner des qualifications. Nous sommes incompétents, si petits, et inlassablement, je répéterai : "nous n'en savons rien"

51 - Le 16/03/2018 par Saint Esprit

Vous vous contredisez au fil de vos commentaires (art, fiction réel, mystère...), tant ceux-ci relèvent d'un parti pris borgne et d'une adoration béate confinant à l'idolâtrie. Bientôt vous allez nous confesser avoir vu la vierge ce matin, entre le café et la pêche, au sortir d'un livre du maître...

52 - Le 16/03/2018 par je ne fais que dire..

que la liberté,l'imagination au sein de l'écriture ne présage en rien de la véracité ou authenticité de faits rapportés (voir 23)

53 - Le 16/03/2018 par Petula

Je plussoie. Nous savons très bien que GM tricote et a l'imagination débordante. Dernier exemple, "La Jeune Moabite" : personne ne croit ne serait-ce un instant que les jeunes filles de dix-neuf ans ont pas envie de coucher avec un copain de leur grand-père.

54 - Le 16/03/2018 par Hortense

On dit pourtant que c'est dans les vieilles marmites qu'on mange les meilleures soupes.

55 - Le 16/03/2018 par Hortense

On dit pourtant que c'est dans les vieilles marmites qu'on mange les meilleures soupes.

56 - Le 16/03/2018 par Anonyme

Au Saint Esprit (sic), votre # 51. N'est-ce pas vous qui vous-vous-vous-vous contredites sans discontunier ? Tant ce que vous dites est affligeant. Ressaisissez-vous que diable, et ouvrez vos quinquets !

57 - Le 17/03/2018 par Saint Esprit

La vérité a cela de dérangeant qu'elle est difficile à entendre. "Il a dit la vérité il doit être exécuté" disait l'autre.

58 - Le 17/03/2018 par vérité d'enfant

Il n'y a que Dieu Seul qui puisse voir la Vérité

59 - Le 17/03/2018 par True

Et comme les voix du seigneur sont impénétrables... comme les enfants, fussent-ils philippins !

60 - Le 17/03/2018 par et vous

vous avilissez toujours par vos propos perfides.

61 - Le 17/03/2018 par Me

Je n'ai jamais avili aucun mineur, moi.
Et pour la perfidie, je vous renvoie à ce propos d'enfant : "C'est celui qui dit qui l'est"

62 - Le 17/03/2018 par Vous savez

moi et j'espère,les autres, n'avons rien contre vous. Le Ciel vous aime autant que chacun de nous. Mais essayez de changer un peu. Il ne sert à rien de dénigrer systématiquement. Vous allez vous détruire pour tout de bon. La vie est tellement courte, et l'Eternité si longue. Je ne cherche pas à prêcher, mais je pense à vous ; comprenez que je sois inquiet. fraternellement.

63 - Le 17/03/2018 par Peace

Enterrons la hache de guerre et fumons le calumet de la paix autour d'un livre du maître.

64 - Le 17/03/2018 par Merci beaucoup !

65 - Le 23/03/2018 par ====== > URL (facultatif)

Stupéfiante quoique tardive découverte criblée d'adresses émile confidentiels. Même celle de Christian Domec, alias Arthur Morneplaine.
N.B. Suivre le lien ci-dessus.

66 - Le 23/03/2018 par Coquille...

Prière de lire "adresses émile confidentielles".

67 - Le 25/03/2018 par Hervé

Critique très enthousiaste de la "Moabite" par BHL.
Cliquez sur mon nom.

68 - Le 25/03/2018 par Marie-Bernadette

Ouais bon, BHV ça casse pas trois pattes à un canard...

69 - Le 25/03/2018 par Ouf, Dieu merci ! heureusement que.../..

.../... Gabriel Matzneff, fidèle invétéré à ses Maîtres et complices, dont l'Abbé Galiani, sait mieux que quiconque ce que "Planer au-dessus et avoir des griffes" 1 peut signifier.

1. Citation, comme chacun sait, mise en exergue à deux ou trois (?) reprises dans l'œuvre de Gab la Rafale.

(En aparté à l'attention de Marie-Bernadette). J'avoue ne pas être loin de partager pleinement votre avis. (...)

70 - Le 07/04/2018 par Anonyme

À l'attention de Marie-Bernadette. Votre commentaire numéro 68 du 25 mars 2018 concernant celui de Bernard-Henri Lévy. En effet, c'est le moins que l'on puisse dire... En tout cas, pour une fois que je me dévoue à regarder ONPC, cet extravagant "talk show" animé par Laurent Ruquier sur france.2, et où BHL est invité, je m'aperçois qu'à force, ce dernier finit par dérailler et qu'il doit solidement lui manquer une case. Quel manque de lucidité pour tout ce qui concerne les origines de la culture des USA !

71 - Le 08/04/2018 par Mudra... (*)

À propos d'Italie, justement. Il n'est pas étonnant non plus que Gabriel Matzneff fut loin d'être insensible au génie d'un exilé tel que Maurice Béjart - lien ARTE en annexe ci-dessus (*).

72 - Le 08/04/2018 par X B !

Cher et très affectionné Gabriel Matzneff ! En vérité, que votre joie ensoleillée demeure pour des siècles et des siècles.

73 - Le 12/04/2018 par Oui !

Parce que le vaillant Gabriel Matzneff est non seulement un chantre, un artisan, un gentleman de la langue française et ses origines - certains pontes n'hésitent pas l'assimiler à un oracle - son "immaturité" de poète lui confère cette éternelle jeunesse de cœur, d'esprit et de bonté que des jaloux lui envient sottement. Bref, le charme de l'immaturité lucide ne serait-il pas la seule troisième voie vers la Sagesse, avec un grand S ?

N.B. Lien ci-joint. Copyright Le Point.

".../... Gabriel de Mirabeau est mort, Gabriele D'Annunzio est mort, le grand-duc Gabriel de Russie est mort. C'est pourquoi lorsque j'ai été invité durant le carême pascal au colloque sur l'archange Gabriel organisé à l'université d'Artois par le professeur Jean-Marc Vercruysse, j'ai, quoique pauvre pécheur, eu le sentiment de ne pouvoir me dérober. Certes, les auteurs de Hic et Hec, de Nocturne, de Palais de marbre, qui sont mes trois Gabriel préférés, eussent été plus dignes que moi de représenter notre saint patron, mais le bon Dieu les ayant rappelés au Ciel et moi me trouvant encore sur « cette bonne vieille Terre » (comme dit le capitaine Haddock dans On a marché sur la Lune), j'ai répondu présent. Quand il faut y aller, faut y aller.

Je ne connaissais Arras que par le truchement des Trois Mousquetaires, de Cyrano de Bergerac et aussi des insultes dont, jeune chroniqueur à Combat sous la mousquetaire bannière de Philippe Tesson, j'accablais de sarcasmes et de quolibets un politicien nommé Guy Mollet qui fut au gouvernement une catastrophe mais à Arras, dit-on, un bon maire. Tout cela me donnait l'envie de voir cette ville de mes propres yeux. Or, c'était précisément à Arras que se déroulait le colloque sur l'archange Gabriel. Une raison supplémentaire d'y assister.
Le poème blasphématoire du jeune Pouchkine

Assister seulement. Les colloques, ce n'est pas mon genre. Je m'exprime dans mes livres, cela me suffit. Du haut d'une chaire, cela peut certes arriver, mais c'est rarissime. Je suis plus à l'aise avec un stylo et du papier blanc que devant un micro. Bref, à Arras, j'ai surtout écouté, pris des notes. À la tribune un mixte agréable, stimulant d'éminents universitaires : les professeurs Jean-Marc Vercruysse, Régis Brunet, Philippe Faure, Jean-Paul Deremble et de jeunes chercheuses dont les noms sont assurément destinés à briller dans les années à venir. Je ne puis les citer toutes, mais j'ai été spécialement charmé par les communications de Gwladys Le Cuff, d'Émilie Chedeville, de Marie Daouda, d'Alexia Gassin. Celle-ci a parlé de La Gabrieiade, le poème blasphématoire du jeune Pouchkine, celle-là de Gabriel-Gabrielle, l'androgyne archange des désirs, chez Balzac, Nerval et Sand.

Les propos du professeur Deremble sur saint Denys l'Aréopagite me captivèrent, ceux de Mme Cécile Hanania sur Marguerite Duras me divertirent. Quant à Mme Danièle Henky, sa communication sur les anges virtuels, électroniques de Michel Serre, fut très brillante. Je l'ai applaudie en regrettant seulement qu'elle n'eût pas fait allusion aux mystérieux extra-terrestres qui, dans Vol 714 pour Sidney, tels des anges purificateurs, emportent les méchants sur leur astronef.

Le vendredi 18 mars 1983, Michel Serres et moi nous assistâmes, parmi une foule immense, à la messe célébrée pour Hergé à l'abbaye de La Cambre. Quinze jours auparavant, le père de Tintin et Milou avait été ravi au Ciel. Était-ce Belzébuth ? Était-ce Gabriel ? Celui-ci est d'habitude considéré comme le messager des bonnes nouvelles, le divin herméneute ; mais parfois, nous l'a expliqué à Arras Marie Daouda, il peut aussi se révéler l'archange fatal et mortel. Heureusement, en ce temps de Pâques, nous avons présent à l'esprit l'ange qui veille auprès du caveau où est enterré le Christ et que les femmes, venues pleurer celui-ci, prennent pour le jardinier. Pour le Fils de Dieu comme pour Lazare, frère de Marthe et Marie, comme pour chacun d'entre nous, il n'y a pas de résurrection sans tombeau."


74 - Le 12/04/2018 par Véra S. de Bruxelles

Petite pierre au moulin : voir le lien ci-contre.

75 - Le 12/04/2018 par Lapsus du # 77

Prière de bien vouloir de lire au lieu de la petite pierre au moulin par de l'eau fraîche et claire.

76 - Le 13/04/2018 par Et dire que...

...le Spoutnik de l'expo 58' de Bruxelles a déjà soixante années accomplies. À savoir qu'en ce temps-la, Gabriel Matzneff, le fringant auteur de "CETTE CAMISOLE DE FLAMMES" (Journal 1953-1962) ne fêtait encore que ses vingt-deux jeunes années !

77 - Le 14/04/2018 par Là contre ?

@79. Le temps du la ou du là ? Une jeune et bien entendu ravissante amoureuse de Gabriel Matzneff ne l'avait-elle, jadis, comparé à un matou de belle race, libre et insaisissable à jamais ? Miaou !

78 - Le 14/04/2018 par ça pique les yeux

C'est quoi cette nouvelle mode d'écrire en gras ? Encore un coup de la cinglée de Bruxelles ?

79 - Le 14/04/2018 par piratage

à 81, Visiblement des pirates ont pris les commandes des commentaires. Rien à voir avec cette bonne ville de Bruxelles, il fait si bon y vivre depuis que la zone piétonne autour de la Grand-Place a été étendue. C'est devenu un vrai paradis. Et ce n'est pas fini, d'énormes travaux sont en cours place de Brouckère. A sa prochaine visite, Gabriel Matzneff ne reconnaîtra plus cette ville où il compte de si nombreux amis.

80 - Le 14/04/2018 par Pantagruel

Je prends un énorme plaisir à lire Gabriel Matzneff, aussi énorme que les caractères en usage ici.

81 - Le 14/04/2018 par webcam

A quand un livre de Monsieur Gabriel sur Bruxelles ?

82 - Le 14/04/2018 par Porthos en jupette

Merci pour elle, cher Pantagruel du # 83. Malgré que je sache de sources sûres que la prétendue "cinglée de Bruxelles" (sic "ça pique les yeux" du # 81) fut la première surprise et déconfite de soudain découvrir tant de gras. Mais est-ce important ? Après tout c'est au webmestre ou à son assistante qu'il en incombe. En tout cas, semble-t-il, pas de quoi en faire encore une nouvelle guerre mondiale. Pardi !

83 - Le 14/04/2018 par Corrector du # 85

Pardon, "de source sûre" !

84 - Le 15/04/2018 par A une Lectrice de Monsieur Matzneff

85 - Le 15/04/2018 par Nathalie R

Intermédiaire ?

86 - Le 15/04/2018 par Pino Silvestre 72

Concerne : ci-dessus, un discret "private joke" à l'attention des fidèles admirateurs/admiratrices de l'inoubliable et bougrement sympathique professeur de lettres, Alphonse Dulaurier - né en 1905 ! - fêtera son nouvel anniversaire le 3 septembre prochain. Cent-treize ans cela s'arrose doublement ! Une fois à Bruxelles, et pourquoi pas une autre fois à Paris ?

87 - Le 15/04/2018 par Oui mais (URL)

Cher Pino Silvestre (72), en ce temps-là, à Bruges, le professeur Alphonse Dulaurier ne lésinait pas non plus sur une eau de toilette aux parfums et aromates subtils dénommée Aramis... Cela ne s'invente pas !

88 - Le 21/04/2018 par Samedi 21 avril 2018, 21:50'

Au pseudonyme autoproclamé piratage. Votre # 79. En effet, il était plus que grand temps que ces mystérieux et indésirables envahisseurs - dont le 81 disparu depuis - s'en allassent au plus vite. D'ailleurs, il est heureux que l'équipe dynamique du webmestre ait repris les rennes. Comme à l'accoutumée.

89 - Le 21/04/2018 par ...

@79 du 14 avril 2018. Mais où avez-vous donc vu d'indésirables et perturbants pirates dont le numéroté 81 ? Ce n'est tout de même pas la première fois que l'équipe du dévoué webmestre du présent site s'évertue à procéder à un grand balayage dès le moment venu.

Cela dit, j'avoue avoir du mal à imaginer que Gabriel Matzneff pourrait s'extasier outre mesure de la nouvelle zone piétonne de la place de Brouckère à Bruxelles tant c'est urf ¹... Quoiqu'il logea à l'hôtel Atlanta en novembre 1972... Grâce, je suppose, aux bons soins de Pierre de Boisdeffre, l'attaché culturel de l'ambassade de France en Belgique de l'époque - lien URL supra.

1. cf. La Jeune Moabite, page 694, et sourire !

1.

90 - Le 22/04/2018 par Traduction via la Grèce (*)

LA PASSION FRANCESCA - Journal 1974-1976 - Gallimard,1998.

(*). En posant un regard furtif sur la couverture de l'URL supra, comment ne pas être amusé de déceler un-je-ne-sais-quoi de ressemblant avec le profil déposé, il y a peu, par La Jeune Moabite sur un r comme dans Réseau ¹ ?

1. Le nom du cheval de Gabriel Matzneff au temps où il était un jeune cavalier émérite. Cela ne s'invente guère ! Signé : Le Dibbouk - france.3, 0.30...

91 - Le 25/04/2018 par Vous avez dit BREXIT ?

Voilà bientôt 11 ans (déjà) que l'intuitif lucide, Gabriel Matzneff, prévit inconsciemment (?) mais une fois de plus, l'évènement.

— Chronique du 10 juillet 2007 annexée en URL ci-dessus, intitulée Rule, Britannia !

92 - Le 27/04/2018 par mose

wonderful article love to read it again

93 - Le 28/04/2018 par EkoelMer

Can I just say what a relief to find someone who actually knows what theyre talking about on the internet. You definitely know how to bring an issue to light and make it important. More people need to read this and understand this side of the story. I cant believe youre not more popular because you definitely have the gift.

Click Here
Scout.org

94 - Le 28/04/2018 par EkoelMer

Can I just say what a relief to find someone who actually knows what theyre talking about on the internet. You definitely know how to bring an issue to light and make it important. More people need to read this and understand this side of the story. I cant believe youre not more popular because you definitely have the gift.

Click Here
Scout.org

95 - Le 28/04/2018 par Totem

@ EkoelMer # 93 & # 94. Faut-il vous remercier pour le Jamboree ?

96 - Le 30/04/2018 par click on this

great article and great information this can us more to win against now a days

97 - Le 01/05/2018 par Anonyme

Bonsoir. Mais que se passe-t-il donc sur le présent précieux site consacré depuis de nombreuses années à Gabriel Matzneff, grâce aux bons soins du webmestre, Frank Laganier et son énigmatique assistante ?

Mots-clé : Gabriel Matzneff; Nostradamus; lord Byron; Europe; Emmanuel Macron; France; Piton (de la Fournaise...)

98 - Le 02/05/2018 par B.C. 100

Au 99. ??? Nada comprendo ! (...)

NOTA BENE : Gabriel Matzneff est en premier un chantre de la diabolique mais magnifique langue française, n'est-ce pas ?

99 - Le 03/05/2018 par BC, alias Garance

Au # numéro 101. Mystère et marmelade... à l'orange ?

100 - Le 03/05/2018 par Hervé

Émission 93 Faubourg Saint Honoré (Thierry Ardisson)
Diffusée le 17 mai 2005 sur Paris Première

Parmi les invités : Frédéric Beigbeder, Charles Beigbeder et son épouse, Pierre Palmade, Ludovic Chancel(fils de Sheila), Gabriel Matzneff, Audrey Benoit, Aline Gurdiel (attachée de presse de Frédéric Beigbeider), Lolita Pille, ...

101 - Le 03/05/2018 par Hervé

Je découvre ce site consacré à Cioran.
Avec de nombreux articles comme celui-ci, en cliquant sur mon nom, signé de Roland Jaccard et intitulé : "Comment Cioran m'a sauvé la vie".
Où il est question de GM et de sa participation aux dîners organisés par le "Bouddha des Carpates" !

L'anecdote me rappelle un carnet noir où GM évoque les soirées cannabiques avec Cioran mais je ne sais plus dans lequel...

102 - Le 04/05/2018 par Véra

Cher Hervé, mille fois mercis à vous pour votre lien. Mais pour ce qui me concerne, en tout cas, je ne vous cache pas que je me pencherais plus volontiers vers ceux et celles qui témoignent avec passion et reconnaissance que c'est l'étourdissante intuition de Gabriel Matzneff qui leur aurait sauvé la vie - en premier. Ne suffit-il pas d'observer avec attention l'hallucinante actualité pour se convaincre que Gabriel avait déjà tout prévu en son temps ? Celui de La Caracole, un ouvrage devenu rare et quasi introuvable publié en 1969 où tout était dit...

103 - Le 05/05/2018 par Tanslate with Google...


"Quand j'ai commencé à commenter, j'ai cliqué sur la case à cocher «Notifier moi lorsque de nouveaux commentaires sont ajoutés» et maintenant, chaque fois qu'un commentaire est ajouté, je reçois quatre courriels avec le même commentaire. Est-il possible de me retirer de ce service ? Merci ! Cliquez ici Nickiminaj.wun.io".

104 - Le 05/05/2018 par ... ?

http://billets.domec.net/post/2014/01/19/George-Orwell%2C-%C2%AB-Politics-and-the-English-Language-%C2%BB%2C-1946

105 - Le 06/05/2018 par Coucou !

Mais que sont les admirateurs du surréalisme belge - lien URL ci-dessus - présumés grands passionnés de l'œuvre inimitable et considérable de Gabriel Matzneff, devenus ? Après tout, les vieux coucous ne sont que des avions vétustes et démodés. Ajoutons qu'ils ont beaucoup de chance que l'auteur de "Cette camisole de flammes" (1953-1962) soit un garçon très gentil. Un saint ou quasi. À sa place...

106 - Le 07/05/2018 par Véra Clic 110

Incise, en passant. À propos, justement, d'une l'Europe selon Gabriel Matzneff, ci-joint, un entretien inoubliable publié en... 2009 ! Un bel œuf d'un nouvel an tout neuf en gestation. En ce temps-là, le futur président, le sympathique et charismatique Emmanuel Macron, n'était encore qu'un jacobin (?) totalement inconnu au bataillon.

107 - Le 07/05/2018 par ARTE for ever

Lundi 7 mai 2018, 22.25.

Si ! Arte for ever with Gabriel Matzneff ! (URL)

NOTA BENE - cf. La Jeune Moabite, Gallimard nrf, octobre 2017.

P.S. L'auteur évoque également (discrètement) le Mouvement international de la Croix Rouge.

108 - Le 09/05/2018 par Anonyme

"La Caracole, un ouvrage devenu rare et quasi introuvable publié en 1969 où tout était dit..."

C'est si vrai qu'on se demande quelle est l'utilité intrinsèque des oeuvres ultérieures de Matzneff...

109 - Le 09/05/2018 par X P E H

À l'amer (?) Anonyme du # 112. Cher, ce n'était qu'une façon d'évoquer le phénoménal phénomène Gabriel Matzneff toujours courageusement pareil et fidèle à lui-même depuis 1969.

NOTA BENE. Sous le couvert de l'anonymat, il se fait que vous venez de dire quasi n'importe quoi. D'une mauvaise foi gratuite et polluante. Et ce n'est pas l'envie qui manque de vous botter - ultérieurement - une bonne fois l'arrière-train de votre postérieur (...). Tolle, lege ! (cf. URL)

110 - Le 09/05/2018 par Martin Bonheur

Vive la gamomanie ?

111 - Le 10/05/2018 par Concerne page 191 de M et c.

À propos de bonheur, justement.

L'incomparable Maîtres et complices de Gabriel Matzneff, un ouvrage publié pour la toute première fois aux éditions JClattès en août...1994.
Comment se fait-il qu'à l'ère divine ou diabolique, c'est selon, du numérique, il n'y ait, j'espère me tromper, pas la moindre trace-son sur le "web" d'un enregistrement de l'interprétation par Gabriel Matzneff dans le rôle de Charles Baudelaire ? Lien annexé supra.

P.S. L'Anonyme (harceleur ?) du 112 ferait peut-être mieux d'en relire quelques chapitres ? V.S

112 - Le 10/05/2018 par Jean

Pour ceux de nos amis qui recherchaient "La Caracole", en voici quelques exemplaires de 12 à 35 €. Une rareté relative, donc. Bonnes lectures

113 - Le 10/05/2018 par Traduction

114 - Le 10/05/2018 par Boule de cristal

Comprenne qui pourra ou voudra.

115 - Le 16/05/2018 par Chambre 444 © page 57

À Jean du 112, Merci à vous, mais je ne puis cacher que ce sont, présentement, "Les eaux du Léthé" et l' INIMITABLE sens poétique de Gabriel Matzneff qui me poursuivent et m'enchantent depuis toujours. (VNLS)

116 - Le 16/05/2018 par Mazette !

Inimitable, c'est le moins que l'on puisse en dire, en effet. À suivre.

117 - Le 18/05/2018 par Anonyme

"Pour ceux de nos amis qui recherchaient "La Caracole", en voici quelques exemplaires de 12 à 35 €. Une rareté relative, donc."

Très relative. Ce sont des bouquins qu'on trouve pour pas cher et à foison, un peu comme s'ils ne valaient rien.

118 - Le 19/05/2018 par L'Air du Temps

Anonyme 117, mais tout est souvent relatif... Car saviez-vous que la Bible, par exemple, notamment celle traduite par le pasteur protestant, Louis Segond, est offerte gracieusement à qui veut l'entendre ?

NOTA BENE : Il est temps que vous acceptiez, une bonne fois pour toutes les fois, que Gabriel Matzneff est un précurseur dépourvu, lui, de toute vanité. Il suffit d'observer l'actualité ! Faut-il ajouter que "Les moins de seize ans" (1974 etc.) est un ouvrage révolutionnaire ?

119 - Le 20/05/2018 par Fratrie inconditionnelle

À L'air du Temps, votre # 118 du 19 mai 2018. Mais sans oublier d'y joindre le tout aussi révolutionnaire essai, "Les Passions schismatiques" - en lien URL supra - publié chez Stock en 1977; rééd., Léo Scheer en 2005.

NOTA BENE : Nul ne m'ôtera de l'esprit que, par exemple, "Girl, le film belge primé d'or au dernier festival de Cannes - le génial acteur principal n'a que seize ans ! - est la preuve tangible que l'intuitif Gabriel Matzneff fut en avance sur son temps depuis son entrée dans le monde des belles lettres classiques de la langue française. Depuis longtemps !

120 - Le 20/05/2018 par URL - Oui !

En quelque sorte, un medium dont l'âme écorchée d'un authentique poète lirait quasi dans les pensées dont celles du temps. Pourquoi pas ?

D'où, sans doute, son troublant magnétisme dès qu'il vous adresse la parole avec autant de modestie que de bienveillance. En tout cas, pour ce qui concerne "l'adolescent jeune fille" ou le troisième sexe en devenir devenu, Gabriel Matzneff l'avait aussi prévu. Qu'on se le dise. SW


Il n'est plus possible d'ajouter des commentaires sur cette chronique

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page