Maîtres et Complices

Matzneff : mon autre vice impuni, la lecture...

Par Bernard Le Saux, L'Evénement du Jeudi, 15/09/1994

On le sait, Gabriel Matzneff a des disciples. Il a aussi des maîtres. En littérature. Il leur rend hommage.

S'il est une vertu que Gabriel Matzneff se flatte de pratiquer, c'est bien celle-ci : la fidélité. Non, ne sursautez pas, il n'est question ici que de la fidélité de l'écrivain à ceux qui, écrit-il, "furent les éveilleurs de mon adolescence, demeurent les compagnons de mon âge mûr, et seront les témoins de mon crépuscule". Bref, à ses vieux maîtres. Pour ce qui est de la fidélité à ses jeunes maîtresses, notre homme le confesse d'emblée, c'est une autre paire de manches... Dans Maîtres et complices, il rend donc un hommage fervent à cette petite troupe d'écrivains, triés sur le volet de sa subjectivité qu'il n'a, à vrai dire, jamais cessé d'explorer dans son oeuvre. Cohorte fort singulière, en vérité : Byron et Schopenhauer caracolent en tête, suivis dans le désordre du cardinal de Retz, de Dostoïevski, Nietzsche, Alexandre Dumas et quelques autres, sans oublier un gros bataillon d'auteurs latins, ces "Romains" également chers à son mentor disparu, Henry de Montherlant. Le tout dessinant les contours d'une bibliothèque très privée et passablement hétéroclite, où cohabiteraient en bonne intelligence les Mémoires de Casanova et les oeuvres spirituelles de saint Isaac le Syrien, les albums de Tintin et les écrits de l'abbé de Saint-Cyran... Le tout dessinant surtout l'autoportrait, sans doute le plus ressemblant, d'un franc-tireur des lettres, qui, pour certaines narines, continue à sentir fort le soufre d'oser se revendiquer à la fois comme libertin et fils insoumis, quoiqu'un brin prosélyte, de l'Eglise orthodoxe. Prosélyte modéré au demeurant, tant il est vrai que cet incorrigible dandy ne cache pas qu'il se félicite que son Eglise "ne soit en France qu'une communauté restreinte, un Jockey-Club de la chrétienté".
Au fil de ces "exercices d'admiration", il lui arrive également de glisser, ici ou là, une contre attaque vigoureuse contre la cabale des bigots et des cuistres dont il s'estime, depuis des années, la cible privilégiée. Et il ne cache pas que, de ce point de vue, maints exemples du passé lui sont d'appréciables baumes : "Lorsque mes livres suscitent des réactions incroyablement violentes et que l'on me traite comme un pestiféré, souligne-t-il, je songe à Byron, à Baudelaire, à Wilde, et je puise du réconfort dans la pensée que le lynchage médiatique n'est pas une invention du XXe siècle finissant." Mais plus que ces arguments défensifs, ce que l'on retiendra de ce vingt-troisième ouvrage de Gabriel Matzneff, assurément l'un des plus réussis, c'est qu'il est le livre de toute une vie. Une oeuvre "matznévissime" et la plus brûlante des déclarations d'amour à la littérature.


Sa bibliothèque idéale
Au fil de son livre, Gabriel Matzneff dresse la liste des ouvrages (plusieurs dizaines) qui, à travers l'histoire de la littérature, sont pour lui essentiels. Nous avons choisi de sélectionner dix de ces oeuvres (parmi celles que l'on trouve les plus aisément et à moindre prix en librairie) dont on peut considérer qu'elles composent, en quelque sorte, une esquisse de la bibliothèque matznévienne idéale :

  • Lettres à Lucilius de Sénèque, G-F (43 F) ou Presses-Pocket (40 F).
  • Le Satiricon de Pétrone, Folio (27 F) ou Arléa (120 F).
  • Pensées morales de l'abbé de Saint-Cyran, Nouvelles Editions latines (30 F).
  • Manfred de Lord Byron, éditions Ressouvenances (100 F).
  • Les Trois Mousquetaires dAlexandre Dumas, Folio ou Presses-Pocket (40 F), J'ai Lu (43 F).
  • Le Fondement de la morale d'Arthur Schopenhauer, Livre de Poche, 32 F.
  • La philosophie à l'époque de la tragédie grecque de Nietzsche, Folio (26 F).
  • Athènes et Jérusalem de Chestov, Autier (130 F).
  • Précis de décomposition de Cioran, Gallimard, coll. "Tel", 47 F.
  • Les Aventures de Tintin d'Hergé, Casterman, chaque volume 52 F.

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page