Les Moins de seize ans

Les délices de Matzneff

Par Roger Peyrefitte, Pariscope, 14/11/1974

Gabriel Matzneff vient de publier chez Julliard, dans la collection "Idée fixe", un essai explosif intitulé "les Moins de seize ans", où il détaille son amour de l'extrême jeunesse, filles et garçons. Ce livre lui a valu une lettre de Roger Peyrefitte. La voici :

Merci, cher ami, de ce charmant rectangle dédié aux "moins de seize ans". (On aurait pu dire, avec la même justesse, aux "mains de seize ans".)
Il est "rose et noir", comme un "bijou" célèbre et poètique, mais - aurait écrit certain ami nôtre, dont vous dispersâtes les cendres aux quatre vents du Forum -, ce bijou est d'une roideur ("roide" était son lien verbal avec le grand siècle) qui le rend, en dépit que vous en ayez (je subis l'entraînement du style !), plus masculin que féminin.
Bijou, mais aussi sorbet, que l'on gobe avec délices en cet automne, comme une évocation des joies de l'été, comme le jus d'une noix de coco à l'ombre d'un palmier dans une oasis.
Est-il besoin de vous dire que nous pratiquons la même morale, sinon toujours les mêmes jeux ? Vous montrez abondamment que vous l'avez puisée aux mêmes sources et c'est sans doute ce qui, dans nos générations respectives, suffirait à nous distinguer. N'avez-vous pas dit ailleurs que nous sommes à peu près les seuls écrivains français à savoir le latin ? Ajoutons-y le grec. Il me semble que vos lecteurs et vos lectrices sentiront que c'est même un avantage pour savoir écrire en français.
Puisque vous me citez - et à deux reprises - souffrez que je vous fasses remarquer que "Notre amour" (livre aussi important à mes yeux que "les Amitiés particulières") atteste ma foi dans la réciprocité de l'amour entre adulte et jeune garçon : lorsque j'écrivis "Jeunes Proies", je n'avais pas encore cette expérience... Consolante, exaltante et définitive.
Je disais, l'autre jour, tout le bien que je pense de votre livre à la femme la plus adorable et la plus intelligente de Paris : Lucie Faure. Et j'ai appris d'elle, à cette occasion, non seulement qu'elle était du même avis, mais de vos amies. Cela m'a fait grand plaisir.
Tous mes voeux de succès et de travail et d'amour. A vous.

Site Gabriel Matzneff - V. 2009 •
internautes connectés au cours de la dernière heure • Retour en haut de la page